Les cinq Césars qu’a empochés le film le 2 mars dernier rendent justice à cette tragi-comédie

Le film du jour au FFO: 29 mars

"Au revoir là-haut" était intrigant sur le papier. À l’écran, il est carrément visuellement jouissif.

Son réalisateur, Albert Dupontel, jamais à court de propositions décalées, a une filmographie en dents de scie. Il se lance ici dans l’adaptation du roman de Pierre Lemaitre qui reçut le Prix Goncourt en 2013. Les cinq Césars (réalisateur, adaptation, décors, costumes, et, surtout, photographie) qu’a empochés le film le 2 mars dernier rendent justice à cette tragi-comédie, qui nous plonge en 1919, dans la France convalescente de l’Entre-Deux-Guerres. Mais on est dans un univers historique poétique, presque surréaliste, qui nous a rappelé Un long dimanche de fiançailles. On y suit deux anciens «poilus» rescapés des tranchées, qui monteront une arnaque liée aux monuments aux morts.

Projection : 21h, Cinéma Aylmer.

La programmation du 29 mars :

Cinéma 9: Aurore (17h); Pris de court (17h); Happy end (19h); Nous sommes les autres (19h); Django (21h); Vers la lumière (21h).

Cinéma Aylmer: Jeune Femme (17h); Yolanda (17h) ; Lola Pater (19h) ; Tadoussac (19h); 120 battements par minute (21h).