Rose-Marie Perreault, présidente d’honneur du Festival du film de l’Outaouais (FFO), et Ingrid Falaise

Le Festival du film de l'Outaouais s'attaque au «Monstre»

Depuis le lancement de la série «Le Monstre», en février, l’actrice Rose-Marie Perreault et l’auteure Ingrid Falaise ont reçu une vague de témoignages de la part de victimes de violence conjugale. Bouleversante, révélatrice et ô combien nécessaire, l’émission atteint son but premier, souligne la comédienne : « briser ce sentiment de honte et culpabilité du fait d’avoir été une victime ».

Ingrid Falaise et Rose-Marie Perreault, qui endosse la présidence d’honneur du 21e Festival du film de l’Outaouais (FFO), présenteront le premier des six épisodes en formule gala le jeudi 21 mars, la veille de l’ouverture du FFO. Le Monstre peut être visionné sur l’Extra d’ICI Tou.tv.

Pour le contexte : en 2015, Ingrid Falaise racontait dans son livre Le Monstre sa relation dévastatrice avec le pervers narcissique qui lui a fait vivre trois années d’enfer. À 18 ans, Sophie, l’alias autofictif de l’auteure, a rencontré « M », avec qui elle a connu l’idylle et le cauchemar. Abusée verbalement, battue, violée, séquestrée, la jeune femme a frôlé la mort avant de s’échapper des griffes de M. Son emprise sur elle n’a pas cessé immédiatement ; en 2017, elle publiait Le Monstre – La suite, qui exposait sans filtre les années subséquentes, marquées d’une longue et pénible guérison. La série transpose son récit à l’écran.

Même si écrire lui a fait beaucoup de bien, Ingrid Falaise a pris le temps de réfléchir avant de confier son histoire à la scénariste Chantal Cadieux et au réalisateur Patrice Sauvé. « Je savais que ça allait être difficile », s’ouvre l’auteure, comédienne et conférencière, qui a été motivée par la perspective d’aider d’autres victimes. « C’était le seul et unique but : rejoindre le plus de femmes possible et briser le silence de l’ultime façon, soit par le médium de la télévision. »

« Ce n’est pas facile, continue-t-elle, mais le résultat y est, et je suis très reconnaissante et fière quand je reçois des messages comme ceux que je reçois. » À la sortie de chaque livre, le même phénomène s’est produit ; cette fois, la série a déclenché « un déferlement » encore plus fort qu’auparavant de confidences de victimes – femmes et hommes – qui lui communiquent leur parcours ou la remercient d’avoir mis en lumière le triste visage de cette forme d’abus. L’organisme SOS violence conjugale, dont elle fut porte-parole, a aussi répondu à « énormément » d’appels dans le dernier mois. « La série est graphique et visuelle, donc on le voit. C’est difficile dans des situations de violence amoureuse de savoir que tu es dedans, mais lorsqu’on le voit, on se fait valider que c’est peut-être ce qu’on vit, nous aussi ; donc on se reconnaît. »

L’émission montre Sophie dans le bureau de la thérapeute, où ses questions laissent deviner son amour-propre démoli. Comment a-t-elle pu tomber dans le panneau ? Pourquoi elle, une fille brillante et bien entourée, n’a-t-elle pas réagi devant un énième drapeau rouge ? « Des gens qui m’en ont parlé m’ont dit qu’ils ne parlent pas beaucoup de ce qui leur est arrivé. Il y a un sentiment de honte qui vient avec le fait d’avoir été une victime, commente l’interprète de Sophie, Rose-Marie Perreault. Ça devrait être le contraire. »

Défi d’actrice

« Dans l’“après”, on a l’impression d’avoir 100 ans, mais on a 22 ans ! illustre Ingrid Falaise. Ce n’était pas évident de trouver une actrice capable de jouer tout ça. » Rose-Marie Perreault a finalement été sélectionnée pour « sa droiture, son calme et la sagesse et la fraîcheur qui émanent d’elle, parce que c’était tout ce que j’étais dans l’“après”. (...) J’ai rarement vu une actrice aussi solide qu’elle. »

Avant le cauchemar, Sophie a connu l’idylle avec « M ».

Pour la comédienne de 23 ans, qui connaît une carrière fulgurante depuis son apparition dans le film Les démons (2015), il s’agissait du rôle le plus complexe auquel elle ait jamais donné corps. C’est également celui dont elle est la plus fière, et qu’elle a travaillé le plus minutieusement en amont. « On suit ce personnage sur trois ans, donc il fallait montrer son évolution – ou plutôt sa dégradation –, explique l’actrice de 23 ans. C’était important pour moi que tout soit marqué, qu’on n’ait pas l’impression que la première fois qu’elle retourne vers lui soit comme la cinquième fois, ou que le premier coup de poing qu’elle reçoit soit comme le dixième. Il fallait que je construise cette dégradation mentalement, physiquement, dans sa façon de s’exprimer, de se positionner par rapport à M… »

Le tournage, qui s’est déroulé en partie en Afrique du Nord, a été à la fois « la totale », en ce qui concerne l’équipe et l’expérience, et exténuant. « Je n’étais jamais allée aussi loin dans la violence et l’émotion. » La captation a duré 35 jours. Le personnage de Sophie figurait dans toutes les scènes. « Je crois que les scènes de violence nous ont tous les deux (elle et Mehdi Meskar, l’interprète de M) ébranlés plus qu’on ne l’aurait cru, indique-t-elle. Même si on sait que c’est de la fiction, une partie de nous y croit quand même. C’étaient deux rôles assez lourds à porter. »

Chacun de ces moments violents a été filmé en sécurité, précise Rose-Marie, « mais, par exemple, la scène où Mehdi me rentre dans le mur, il le faisait pour vrai. C’était quelque chose ! Juste après ces scènes-là, je sentais que j’avais besoin de me retrouver seule, dans ma bulle qu’il avait violentée. »

Aujourd’hui, Ingrid Falaise s’est mariée et est devenue la mère d’un garçon de 15 mois. « Des ailes, ça repousse. (...) Il faut être capable de se regarder avec douceur et avec amour. Ça m’a pris 16 années. À la place de me violenter verbalement comme M le faisait, j’ai appris à m’aimer, tranquillement. C’est possible, un amour après la violence amoureuse. »

Par ailleurs, l’auteure a travaillé au FFO il y a plusieurs années. « Je suis honorée d’aller en Outaouais pour présenter le premier épisode du Monstre. Ça me touche vraiment beaucoup ! »

+

POUR Y ALLER

Quand ? Le 21 mars 2019, 19 h

Où ? Cinéma 9

Renseignements : offestival.com