Un an après l’ouverture du Clap de Loretteville, le dg Robin Plamondon a remis son casque de protection, vendredi, pour faire visiter le chantier aux représentants des médias.

Le Clap vise la perfection [VIDÉO]

Après 33 ans passés à la Pyramide, Le Clap vivra une étape importante de son histoire, à compter du 6 décembre, avec l’inauguration d’un nouveau complexe cinématographique à proximité de Place Sainte-Foy et de Place de la Cité. Des travaux de rénovation de 10 millions $, dans l’édifice qui a accueilli jusqu’en 1999 le Cinéma Sainte-Foy de Famous Players, permettront d’offrir 12 salles à la fine pointe de la technologie visuelle et acoustique.

Un an après l’ouverture du Clap de Loretteville, le dg Robin Plamondon a remis son casque de protection, vendredi, pour faire visiter le chantier aux représentants des médias. À travers le va-et-vient des ouvriers, affairés à la réfection du hall d’entrée et de la façade de l’immeuble, le patron du Clap a décliné les nombreuses particularités des lieux de projection. La capacité des salles, réparties sur deux étages, variera entre 30 et 250 places.

Le nouveau Clap offrira pour «la première fois au Canada» des écrans à «super microperforation», une innovation permettant d’augmenter la «surface efficace» de projection et de limiter la perte de lumière à seulement 3,5 %. À la clé, des images plus éclatantes et mieux définies. Chaque salle sera également dotée d’un projecteur laser 4K RGB, qui assure une «lumière parfaite», ainsi que d’un système acoustique Dolby Atmos de dernière génération.

Quelques-uns des 1065 fauteuils du cinéma seront jumelés à la technologie dite haptique, axée sur l’utilisation des ondes sonores qui vise à augmenter l’«immersion du client» lors d’un visionnement. Il s’agit d’une première mondiale.

«On veut créer un environnement propice pour le cinéma. On a tout mis en place pour rendre l’expérience parfaite pour le client», indique Robin Plamondon.

À l’étage, un bistrot de 65 places sera aménagé dans l’ancien local du restaurant L’Académie. Pendant la belle saison, une terrasse sera ouverte au public, avec vue sur l’œuvre murale de Jordi Bonet qui orne la façade depuis les années 70.

Offrir plus de films

À une époque où les plates-formes de vidéo à la demande profilèrent, incitant du coup les cinéphiles à voir des films dans le confort de leur résidence, Robin Plamondon croit que la demande pour le cinéma en salles reste toujours aussi populaire. Au fil des décennies, fait-il remarquer, l’arrivée des magnétoscopes et des cassettes VHS, puis des lecteurs DVD, devait signer l’arrêt de mort des cinémas, une prophétie qui ne s’est jamais concrétisée.

Au contraire, ajoute-t-il, jamais l’offre n’a été aussi forte, d’où la décision d’emménager dans un espace plus vaste pour satisfaire la clientèle du Clap, dont ses quelque 25 000 abonnés. «Les distributeurs majeurs continuent à offrir des films pour le grand écran. On avait besoin d’augmenter notre nombre de salles. Il fallait au moins cinq salles afin de suffire aux propositions. On est loin d’être dans un ralentissement, c’est même l’inverse.»

Des salles supplémentaires permettront également d’éviter de retirer de l’horaire des longs-métrages qui connaissent encore du succès aux guichets, pour faire de la place à des nouveautés.

Les cinéphiles désireux de s’offrir une ultime projection au Clap de la Pyramide pourront le faire le 1er décembre. Dès le lendemain, la transition se mettra en marche pour en arriver à l’ouverture du nouveau complexe cinq jours plus tard.

L’immeuble qui a accueilli jusqu’en 1999 le Cinéma Sainte-Foy de Famous Players fait l’objet de travaux de rénovation de 10 millions $.