Le Britannique Kenneth Branagh, à la carrière éclectique qui va des adaptations de Shakespeare à <em>Thor</em>, raconte qu’il réfléchissait à <em>Belfast</em> depuis des décennies. Mais c’est finalement le premier confinement en Angleterre qui lui a donné l’occasion de l’écrire.
Le Britannique Kenneth Branagh, à la carrière éclectique qui va des adaptations de Shakespeare à <em>Thor</em>, raconte qu’il réfléchissait à <em>Belfast</em> depuis des décennies. Mais c’est finalement le premier confinement en Angleterre qui lui a donné l’occasion de l’écrire.

Le Belfast de Kenneth Branagh émeut le festival du film de Toronto

Andrew Marszal
Agence France-Presse
Article réservé aux abonnés
Au moment où la paix est précaire en Irlande du Nord, Kenneth Branagh signe avec son film Belfast, qui a fait sensation au festival de Toronto, une lettre d’amour à sa ville natale qu’il a fuie lorsqu’il était enfant.