La guerre des tuques

La liste: les répliques cultes du cinéma québécois

La guerre des tuques (1984)

«La guerre, la guerre, c’est pas une raison pour se faire mal!»

Déclaration d’une grande sagesse de l’un des jeunes belligérants de ce Conte pour tous signé André Melançon.

Les Plouffe (1981)

«Y’a pas de place, nulle part, pour les Ovide Plouffe du monde entier.»

Gabriel Arcand, incarnant un artiste désespéré et marginalisé dans la Grande noirceur dépeinte par Gilles Carle en 1981.

La Florida (1993)

«Envoye dans l’lit, maudite chanceuse.»

Rémy Girard, sûr de ses moyens, à l’endroit de Pauline Lapointe. 

Le déclin de l’empire américain (1986)

«Excusez-moi, je vais jouir.»

Pierre Curzi pendant qu’une masseuse (Geneviève Rioux) lui parle de millénarisme.

Elvis Gratton (1981)

«J’ai un garage, un gros garage.»

Elvis Gratton (Julien Poulin), dans le film éponyme, expliquant à une étudiante prise sur le pouce ce qu’il fait dans la vie.