Tonie Marshall se voyait animée par le désir d’inventer des personnages pleins «de singularité et de fantaisie».

Décès de Tonie Marshall, une réalisatrice engagée

PARIS — «Petite actrice» devenue réalisatrice, Tonie Marshall, décédée jeudi à 68 ans, était la seule femme à avoir remporté le César de la réalisation il y a 20 ans pour Vénus Beauté (Institut).

«Dans la vie, comme dans ses films, elle nous a ému, souvent, fait sourire joliment, elle nous a séduit toujours, a salué sur Twitter Pierre Lescure, président du festival de Cannes. Tonie était forte et attentive, engagée et délicate.»

Son prédécesseur, Gilles Jacob a lui écrit sur les réseaux sociaux : «Quelle tristesse! Elle était vive, rieuse, chaleureuse, folle de cinéma et de la vie. Une belle et bonne personne. Toute mon affection à Micheline Presle, sa mère.»

La Franco-Américaine est donc la seule femme à avoir remporté le César de la réalisation : les femmes et leur place dans la société, c’était d’ailleurs le sujet de son dernier film, en 2017, Numéro Une, ou la bataille d’une ingénieure pour prendre la tête d’une grande entreprise.

«Tout ce qui est dans le film est très réaliste», confiait au moment de la sortie la cinéaste, qui avait rencontré de nombreuses dirigeantes pour ce long-métrage. «Je ne voulais pas montrer des hommes caricaturaux, mais en revanche montrer à quel point ces sphères sont occupées.»

«Les femmes ont du mal à s’y projeter», poursuivait Tonie Marshall, qui dénonçait «une organisation frontale» et «une misogynie bienveillante, paternaliste», pour empêcher les femmes d’accéder aux plus hauts postes.

Dans le monde du cinéma, Tonie Marshall assurait en revanche ne pas avoir souffert de sexisme. «Je n’ai jamais entendu dire qu’un film ne se montait pas parce qu’il était fait par une femme», disait-elle.

La France «est le pays où il y a le plus de femmes en réalisation», se réjouissait la réalisatrice et scénariste, svelte, cheveux blonds coupés courts et ton décidé.

Elle-même, quand elle s’est lancée dans la réalisation en 1989 avec Pentimento, a «eu un peu peur de ne pas y arriver». «Parce que j’étais une petite actrice, que je n’avais pas fait d’école, que je n’avais pas de technique», se souvenait-elle. «Mais j’ai trouvé un réalisateur qui m’a fait confiance et j’ai appris.»

«Les films par cœur»

Le virus du cinéma lui a été transmis par sa mère, qui trouve souvent un petit rôle dans ses films. «Elle m’a communiqué le goût de voir des films, même toute seule, à 2h de l’après-midi», exposait-elle.

Enfant, Tonie Marshall a grandi à côté du cinéma d’art et d’essai le studio des Ursulines à Paris. «Ma chambre donnait sur la cabine du projectionniste et j’apprenais des films par cœur, je voyais même des films que je ne comprenais pas, des Bergman», se souvenait-elle.

Au fil de sa filmographie, elle a dressé une galerie de portraits attachants, souvent féminins, comme celui d’Anémone, sa meilleure amie d’adolescence, dans Pas très catholique, ou Angèle (Nathalie Baye) dans Vénus beauté (Institut).

Engagée, membre du collectif 50/50 en faveur de l’égalité entre hommes et femmes dans le cinéma, la réalisatrice franco-américaine avait été à l’initiative du port du ruban blanc lors de la cérémonie des César en 2018 pour lutter contre les violences faites aux femmes, en association avec la Fondation des femmes.