Harvey Weinstein a dit peu de choses en arrivant au tribunal, mercredi matin. Lorsqu’on lui a demandé s’il croyait pouvoir bénéficier d’un procès équitable, il a répondu que oui. «J’ai de bons avocats».

Début du procès de Weinstein pour viol

NEW YORK — Le procès de Harvey Weinstein, moment historique pour le mouvement #MoiAussi, s’est ouvert mercredi à New York avec les déclarations préliminaires des avocats.

La poursuite a d’entrée de jeu décrit l’ancien magnat de Hollywood comme un prédateur sexuel qui a utilisé sa stature pour abuser des femmes pendant des décennies. La défense a de son côté essayé de discréditer les deux accusatrices et de qualifier leurs relations sexuelles avec le producteur de consensuelles.

La procureure Meghan Hast a déclaré au jury de sept hommes et cinq femmes que l’ancien patron de studio n’était «pas seulement un géant à Hollywood : c’était un violeur». Elle a soutenu que Weinstein avait hurlé à l’une de ses victimes qu’elle lui «devait» des faveurs sexuelles, qu’il avait utilisé des injections pour provoquer une érection avant d’agresser une femme et qu’il avait forcé la porte de l’appartement d’une autre pour ensuite l’agresser.

«C’est pour son manque total d’empathie qu’il doit être tenu responsable», a lancé la procureure Hast.

L’avocat de Weinstein, Damon Cheronis, a répliqué en annonçant qu’il présenterait des courriels «amicaux», des notes aux agendas et d’autres éléments de preuve pour mettre en doute le récit des accusatrices, qui soutiennent avoir été forcées.

Ce procès hautement médiatisé s’ouvre plus de deux ans après qu’une avalanche d’allégations contre Weinstein a donné lieu au mouvement #MoiAussi, considéré par les militantes comme un jalon historique dans la lutte mondiale contre les inconduites sexuelles commises par des hommes influents.

Harvey Weinstein, âgé de 67 ans, a dit peu de choses en arrivant au tribunal, mercredi matin. Lorsqu’on lui a demandé s’il croyait pouvoir bénéficier d’un procès équitable, il a répondu que oui. «J’ai de bons avocats», a-t-il dit. Guidé par des assistants et ses avocats, il n’utilisait pas cette fois le déambulateur sur lequel il s’appuyait récemment à la suite d’un accident de voiture l’été dernier et d’une opération au dos. Il a indiqué mercredi qu’il se sentait mieux.

Plus d’un mois de procès

Bien que de nombreuses femmes aient accusé Weinstein de les avoir harcelées ou agressées sexuellement au fil des ans, le procès à New York se penche sur deux affaires : il est accusé d’avoir violé une actrice en herbe dans une chambre d’hôtel de New York en 2013, et d’avoir pratiqué de force le sexe oral sur une autre femme dans son appartement en 2006.

L’accusé a plaidé non coupable et soutient que toute activité sexuelle était consensuelle. S’il est reconnu coupable, il pourrait être condamné à la prison à vie.

En plus des deux accusatrices, les procureurs prévoient d’appeler à la barre quatre autres présumées victimes — dont l’actrice Annabella Sciorra — dans le but de présenter Weinstein comme un monstre qui a attiré des femmes en promettant de les aider dans leur carrière, pour ensuite les agresser sexuellement.

Le procès de Weinstein pourrait prendre plus d’un mois, a déclaré le juge James Burke. À en juger par les deux semaines difficiles passées à choisir les jurés, on pourrait assister à un déluge d’objections. Dans un ultime effort pour que le procès se déroule ailleurs qu’à New York, les avocats de Weinstein ont d’ailleurs plaidé que le slogan des manifestantes «Le violeur c’est vous!» lancé dans la rue au début du mois pouvait être entendu jusque dans la salle d’audience 15 étages au-dessus.

Une fois le procès à New York terminé, Harvey Weinstein devra faire face à d’autres accusations de viol et d’agression sexuelle à Los Angeles. Ces accusations ont été déposées alors que s’amorçait la sélection du jury à New York, plus tôt ce mois-ci.