Cinéma express

Le Festival du film de Toronto cherche la diversité... journalistique

TORONTO — Jusqu’à tout récemment, la couverture du Festival international du film de Toronto (TIFF) n’était qu’un rêve pour la journaliste indépendante de Los Angeles Yolanda Machado. La journaliste, qui a écrit pour des publications comme Marie Claire et Harper’s Bazaar, et qui s’occupe du blogue sassymamainla.com, admet qu’elle n’aurait jamais cru pouvoir y assister un jour, en raison des coûts. Mais la situation de la journaliste latino-américaine, a toutefois changé le mois dernier lorsque le TIFF lui a envoyé un courriel l’invitant à participer à sa nouvelle initiative d’«inclusion médiatique». Pour la première fois cette année, le TIFF espère accroître de 20 % la diversité de la presse qui couvre le festival. Cela représente jusqu’à 200 nouveaux critiques et journalistes qui offriront une plus grande diversité en matière d’héritage culturel, de genre, d’orientation sexuelle et de situation de handicap. Le TIFF dit répondre ainsi aux demandes de l’industrie d’élargir le débat et la diversité d’opinions pendant le festival. Dans le cadre de cette initiative, le TIFF a inclus un sondage volontaire dans son formulaire d’accréditation de presse cette année. afin d’avoir une idée de l’identité des journalistes et de la façon dont ils s’identifient. Danielle Solzman, journaliste indépendante transgenre de Chicago, raconte avoir contacté le TIFF dès qu’elle a entendu parler de l’initiative. Pour la première fois cette année, elle a maintenant une accréditation pour couvrir le festival. «Je pense que cela fait une différence, en particulier quand près de 80 % [des critiques de films], du moins ceux répertoriés sur le site Rotten Tomatoes, sont des hommes blancs cisgenres», note-t-elle.  La Presse canadienne

***

Morgan Freeman au festival de Deauville

DEAUVILLE — Les acteurs américains Morgan Freeman, Sarah Jessica Parker, Elle Fanning et l’Australien Jason Clarke seront présents au festival du cinéma américain de Deauville, organisé du 31 août au 9 septembre, lors d’une édition marquée par une création plutôt sombre. Freeman, 81 ans, «est un acteur immense qui dans sa carrière a manifesté des choix artistiques et politiques qui honorent l’homme. Il est venu deux fois à Deauville. Il nous a ému par son humilité», a estimé Bruno Barde, le directeur du festival. L’acteur, producteur et réalisateur s’est fait discret depuis qu’il a été accusé en mai de harcèlement sexuel par huit femmes interrogées par la chaîne CNN dans la foulée de l’affaire Weinstein. «Je n’ai pas agressé de femmes», avait répondu la star oscarisée. Certaines des dizaines de personnes interrogées par CNN avaient également décrit un comportement irréprochable. À la question de savoir s’il pensait que l’ombre de l’affaire Weinstein allait planer sur le festival, M. Barde a répondu: «Je m’en fous complètement. Je fais un festival de cinéma. Discuter de faits d’actualité politique, ce n’est pas mon rôle. Je laisse la justice faire son travail.» Sarah Jessica Parker (Sexe à New York) viendra de son côté présenter son dernier film Here and Now de Fabien Constant, tandis que l’Américaine Elle Fanning fera aussi le déplacement pour présente Galveston aux côtés de la réalisatrice Mélanie Laurent. Sont annoncées également sur les planches la Britannique Kate Beckinsale, une des accusatrices de Weinstein, et la star du film pour adolescents Divergence, Shailene Woodley.  AFP