Camélia Brind’Amour Riffou, Sophie Aubin et Émilie Trudel

Cinéma étudiant: les Cégepiens de l’Outaouais ont reçu les lauriers à Jonquières

Trois jeunes cinéastes issues du Cégep de l’Outaouais, Camélia Brind’Amour Riffou, Sophie Aubin et Émilie Trudel, ont reçu à Jonquière le prix du meilleur documentaire, dans le cadre du Festival De l’âme à l’écran.

Ce prix leur a été remis pour leur film «Un pas à la fois», qui traite de l’alphabétisation chez les adultes et du Centre d’éducation de base dans l’Outaouais (CEBO). Il est assorti d’une bourse de 500$. Leur film a aussi reçu le coup de cœur du porte-parole du festival – le comédien Jean‑Carl Boucher – qui vaut aux trois cinéastes en herbe une bourse de 1000$ et d’un stage en création.
La seizième édition du Festival De l’âme à l’écran, qui diffuse des courts métrages étudiants. s’est déroulé du 14 au 17 mars 2019.

Les deux courts métrages soumis par les étudiants du Cégep de l’Outaouais ont trouvé une place parmi les films en compétition cette année, précise le Cégep. Il s’agissait de deux documentaires. Le second, intitulé Cœur vaillant, a été réalisé par Isabelle Slattery.

L’Outaouais a remporté les honneurs pour une 2e année consécutive, souligne l’institution d’enseignement, en rapportant que «le Cégep se démarque par la qualité de ses productions cinématographiques» depuis 2010.

Produits dans le cadre du programme Arts, lettres et communication option Cinéma du Cégep de l’Outaouais,les films Before the Gloves (2018), La vie c’est pas comme dans les films 2 (2018), M. Croteau (2017), LE$$ (2015), Maintenant (2014), Chloroforme (2014), La Face cachée (2014), Symbiose (2013), Myosotis (2013), D-Génération (2012), P.O.W. (2011) et Joggeur Hunteur (2010), «ont tous gagné des prix aux différents festivals collégiaux de cinéma».

En faisant la preuve de leurs qualités, ces «projets cinématographiques font du Cégep un lieu important de l’apprentissage du cinéma au Québec», soutient l’institution post-secondaire.