<em>Chœur de femmes</em> raconte l'histoire d'Anglaises dont les conjoints sont partis combattre en Afghanistan qui forment une chorale pour sublimer leur peur de perdre l’être cher.
<em>Chœur de femmes</em> raconte l'histoire d'Anglaises dont les conjoints sont partis combattre en Afghanistan qui forment une chorale pour sublimer leur peur de perdre l’être cher.

Chœur de femmes: chanter pour oublier la guerre *** [VIDÉO]

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
CRITIQUE / Il y a de ces histoires vraies, touchantes, remplies d’humanité, de courage et de résilience, qui sont irrésistibles. Prenez celle de Chœur de femmes (Military Wifes) : des Anglaises dont les conjoints sont partis combattre en Afghanistan forment une chorale pour sublimer leur peur de perdre l’être cher et finissent par se produire au mythique Royal Albert Hall. Le film nous livre exactement ce à quoi on peut s’attendre…

Le récit prend place dans la garnison (fictive) de Flitcrof, presque immédiatement après le départ des militaires. Lisa (Sharon Horgan) est chargée pour la première fois du club social des femmes, qui sert à leur faire oublier leurs peurs et appréhensions. Un peu à court d’idées, elle reçoit l’aide non sollicitée de Kate (Kristin Scott Thomas).

L’épouse du colonel, débordante d’énergie et psychorigide, s’est bâti une carapace pour dissimuler la douleur d’avoir perdu leur fils en Afghanistan l’année précédente. Lisa, plus cool et aimant bien la bouteille, a des préoccupations plus urgentes avec Frankie (India Ria Amarteifio), l’archétype de l’ado en mal de sensations fortes.

À la suggestion d’une des femmes, elles décident de créer un chœur même si personne n’a d’expérience à part le duo dépareillé. Chacune va tenter de prendre le contrôle de la situation. L’opposition entre les deux très bonnes actrices permet de maintenir l’intérêt dans ce combat entre le classique et la pop.

Sans surprise, les chanteuses préfèrent répéter Don’t You Want Me, Shout! et Time After Time — on joue la carte de la nostalgie.

La comédie dramatique se situe dans la lignée de films comme Pride (2014) de Stephen Beresford et The Full Monty (1997) de Peter Cattaneo. On mentionne ce dernier à dessein puisqu’il réalise… Chœur de femmes. Il connaît la recette éprouvée du feel good movie.

Le cinéaste se sert de l’antagonisme du duo comme de moteur narratif. Malheureusement, celui-ci s’avère extrêmement prévisible. Même chose pour la relation difficile entre Lisa et son adolescente un brin rebelle.

Le film se sert de la rivalité entre Kate (Kristin Scott Thomas) et Lisa (Sharon Horgan) comme moteur narratif.

Avec un titre comme celui-là, les femmes occupent évidemment tout le plancher — les hommes sont relégués à des rôles très secondaires. La production n’a pas oublié la diversité : Noires et lesbiennes font partie de la distribution — le film est «inspiré par des événements réels».

Et c’est ce qui s’avère agaçant : on sent le calcul, comme dans la façon d’appuyer sur les émotions. Les moments plus émouvants sont surlignés à grands coups de violons et de réactions de personnages les larmes aux yeux… Ce qui tombe un peu à plat.

Le long métrage aborde par la bande les thèmes de charge mentale, d’appréhensions et du deuil (la guerre reste toutefois presque une vue de l’esprit ici). Chœur de femmes insiste plutôt sur le plaisir de chanter, la résilience et de la nécessaire sororité face à l’adversité.

Après tout, le chœur original a fait des petits : 75 formations réparties sur les bases britanniques partout dans le monde. Avec une devise explicite : Plus forte ensemble (Stronger together).

Chœur de femmes est disponible en vidéo sur demande (Crave +, Google Play, YouTube, Apple TV, etc.)

Au générique

Cote : ***
Titre : Chœur de femmes
Genre : Comédie dramatique
Réalisateur: Peter Cattaneo
Actrices : Kristin Scott Thomas, Sharon Horgan, India Ria Amarteifio
Durée : 1h52