Cannes express

Appel en faveur du cinéaste emprisonné Oleg Sentsov

PARIS — L’association Un week-end à l’Est a lancé un appel aux organisateurs et au jury du Festival de Cannes pour qu’ils remettent un prix au réalisateur ukrainien Oleg Sentsov, qui purge en Russie une peine de 20 ans de prison pour «terrorisme» après avoir été arrêté en Crimée peu après son annexion. L’avocat du cinéaste a déclaré mercredi à l’AFP que son client avait entamé une grève de la faim pour exiger la libération des «prisonniers politiques» ukrainiens détenus en Russie. Opposés à l’annexion de la Crimée par la Russie en mars 2014, Oleg Sentsov et le militant écologiste ukrainien Alexandre Koltchenko ont été condamnés en août 2015 pour «terrorisme» et «trafic d’armes». Leur procès, qualifié de «stalinien» par Amnistie Internationale, a également été dénoncé par Kiev, l’Union européenne et les États-Unis.

***

Vanessa Paradis productrice de films porno gai

L’actrice Vanessa Paradis était de retour jeudi soir à Cannes avec le très attendu Un couteau dans le cœur du Français Yann Gonzalez, où elle campe une productrice de films porno gai dans les années 70, confrontée à un mystérieux serial killer. Le film est présenté comme un long métrage orgiaque au cœur d’une période de liberté sexuelle, de rupture et d’hédonisme.

***

Le baromètre

Burning du Sud-Coréen Lee Chang-dong, chamboule les pronostics avec des avis enthousiastes, à l’instar de Téléréma: «S’il revient bredouille, c’est à rien n’y comprendre», écrit le magazine français. Le jeu semble malgré tout ouvert: En guerre du Français Stéphane Brizé, film qui suit la lutte de salariés pour empêcher la fermeture de leur usine trois ans après La loi du marché, n’a pas non plus laissé indifférent. Under the Silver Lake, plongée hallucinée dans Los Angeles et dans la pop culture signée du réalisateur américain David Robert Mitchell, a généralement déçu. Dans la soirée de jeudi, était dévoilé Capharnaüm de la Libanaise Nadine Labaki, troisième et dernière réalisatrice en compétition pour la Palme d’or, qui sera décernée samedi soir. Le film traite d’un enfant reprochant en justice à ses parents de l’avoir mis au monde.