Ricardo Trogi

1991 : dans ma valise...

Tant le réalisateur Ricardo Trogi, que son alter-ego à l’écran, le comédien Jean-Carl Boucher et Alexandre Nachi, qui lui donne la réplique dans 1991, sont des amateurs de voyages. On leur a demandé de dresser la liste des trois choses qu’ils mettent de façon prioritaire dans leur valise ou leur sac-à-dos, avant d’aller voir là-bas s’ils y sont. Et quel autre truc, plus étonnant, et franchement pas essentiel, se retrouve quand même systématiquement dans leurs bagages.

RICARDO TROGI
Du Prevacid › C’est plate à dire, mais j’en ai besoin pour mon estomac. Je fais du reflux gastrique depuis 28 ans.

Des souliers de course › J’adore courir n’importe où sur la planète : un jogging de 5 ou 10 km, c’est une façon vraiment unique de visiter une ville. Je trouve que c’est exactement le bon rythme : juste assez vite pour ne pas te faire emmerder, juste assez lent pour [apprécier l’environnement].

Un chapeau › De vieux, un peu. Comme dans ce film. J’ai commencé [à porter des chapeaux] à cette époque ; je n’ai jamais arrêté depuis. [...] Ça peut très mal finir si je l’oublie pendant une heure [dit-il en se passant la main sur son crâne lisse].

Le truc « pas rapport » : un parapluie

Pourquoi acheter un parapluie à 35 euros dans une boutique pour touristes ? [...] Mais j’ai arrêté il y a deux ans, après en avoir perdu trois de suite.

***

JEAN-CARL BOUCHER
Un iPhone › Parce que ça comporte beaucoup de choses » et que ça remplace un radio-réveil, un lecteur de disque, un appareil photo et un carnet d’adresse.

Jean-Carl Boucher

Sculpting In Time de Tarkovsky [Un recueil de réflexions que le cinéaste russe a consacré à son médium] › C’est pas linéaires : tu l’ouvres au hasard et tu picores. Ce sont de belles pensées qui font le lien entre le cinéma et la vie.

Just Kids, de Patti Smith [le récit initiatique, et biographique, de la chanteuse américaine] › Lui, je l’emporte souvent. Il est très important pour moi. Un ami me l’a donné à une époque où je me questionnais beaucoup sur l’art et la vie d’artiste. Il raconte bien le parcours artistique et, surtout, il donne plein d’espoir. Il est "encourageant".

Le truc « pas rapport » : Pierre

J’ai une petit chauve-souris [toutou] qui se nomme Pierre. Si je pars plus qu’une semaine, il vient avec moi. Je le mets sur la table de chevet de toutes les chambres d’hôtel où je reste plus d’une semaine.

ALEXANDRE NACHI
Des condoms › Non, je plaisante. J’emporte mon livre Lettres à un jeune poète, de Rainer Maria Rilke. Je le traîne toujours avec moi, peu importe où je vais.

Un appareil jetable › J’adore les photos que ça prend...

Une ceinture de voyage › Comme [Ricardo] dans le film. Tu sais, le genre de petite sacoche que ta mère t’a fabriquée, et que tu mets sous tes pantalons...

Alexandre Nachi

Le truc « pas rapport » mon cube Rubik ›

C’est comme un porte-bonheur que j’emporte toujours. Je suis très superstitieux. À un moment donné, je l’avais apporté en voyage, et ça s’était super bien passé, alors je m’étais promis de toujours l’emmener avec moi. Depuis, il m’accompagne.