Chaud devant !

La température monte, même si l'automne s'en vient. Voici ceux qui jouent avec le feu...
Arcade Fire sous le feu des projecteurs
C'est au coeur de l'été qu'Arcade Fire a publié son cinquième album Everything now accompagné d'un simple éponyme. En substance, 12 titres oscillant entre euphorie et tristesse, souvent interprétés sur des rythmes endiablés. Le groupe met le feu aux concerts de la rentrée en se produisant le 9 septembre au Centre Canadian Tire.
Arcade Fire
Son précédent passage remonte à 2014 et l'on se souvient encore de la scénographie ultra-réfléchissante du Reflektor Tour. Qu'en sera-t-il pour le Everything now Tour ? Plus difficile à imaginer... Gageons que la formation saura de nouveau embraser l'aréna. [MC]
Funk explosif
Venu de Toronto, le Julian Taylor Band agite la scène nationale en déchaînant une énergie pulsée à l'essence funk. Propre à faire danser, même assis. Habituée du feu Zaphod's, la bande n'a eu aucun mal à trouver une nouvelle salle. Et même deux ! Le premier concert, à l'Université Carleton le 8 septembre, est déjà complet. Il reste encore de la place le 26 octobre au CNA. Dotée d'une section de cuivres imparable, fouettée par la vivacité du chanteur Julian Taylor, la formation ne déroge pas à sa ligne tantôt groovy tantôt planante dans son nouveau simple, Chemical Low. Prometteur et réjouissant. [MC]
En petite tenue
Ils dansent, vocalisent, théâtralisent - mais dédramatisent - et osent, vêtus de peu - costumes de cuir, plumes, dentelles et autodérision. C'est la joyeuse troupe du Cabaret Oh La La, composée de Richard Bénard, Alexandre David Gagnon, Marie Eve Fortier, Julie Grethen, Andrée Rainville et Charles Rose.
<i>Oh La La Suite </i>sera présenté du 13 septembre au 14 octobre au Théâtre de l'Île.
Ces comédiens, tous des habitués des lieux, présenteront du 13 septembre au 14 octobre, au Théâtre de l'Île, Oh La La Suite... suite de leurs «aventures» aussi légères qu'une plume de boa, mais jamais licencieuses. [YB]
Pulsions hors d'âge
Elle est femme de théâtre, femme de paroles, femme de lettres. Brigitte Haentjens est femme, d'abord et avant tout. Dans un récit publié en 2013, elle mettait en scène une Femme comblée et mariée, mais néanmoins chamboulée par l'attirance puissante qu'elle ressent pour un des amis de son fils aîné. Cette fois, la directrice artistique du Théâtre français du Centre national des arts signe un tout premier roman. Et cette fois, dans Un jour je te dirai tout, elle relatera à l'inverse le désir dévorant d'une jeune femme pour un homme plus âgé qu'elle. Une nouvelle histoire de pulsions charnelles, donc. Mais une histoire de révélations, également, où des créatrices ayant elles aussi aimé et écrit à la vie à la mort viendront hanter l'esprit de son héroïne. À paraître chez Boréal, le 3 octobre. [VL]
L'amour avec un grand «B»
Janette Bertrand écrit encore et toujours l'amour Avec un grand A. Ç'aurait tout aussi bien pu être «avec un grand B», puisque la bisexualité s'avère au coeur de son nouveau titre, qui sera publié chez Libre Expression, le 1er novembre.  [VL]
Janette Bertrand
Sous les draps de La grande nuit vidéo, titre de son plus récent album (concocté avec la complicité vocale de Laurence Lafond-Beaulne, de Milk & Bone), Philippe B explore l'intimité du couple, les liens au quotiden. Où finit le réel ? Où commence la fiction ? On ne le sait: c'est l'amour flou, qui se joue du regard d'autrui en basculant de l'intime à l'universel. Philippe B lèvera ce drap à la Quatrième salle du CNA le 17 octobre.  [YB]
Désirs contrôlés
Margaret Atwood n'a assurément pas la plume dans sa poche, quand vient le temps de décortiquer les travers de la société. L'écrivaine récidive avec C'est le coeur qui lâche en dernier: il y est notamment question de couples et de désirs, mais aussi de suicide assisté et de contrôle de la population (Robert Laffont, déjà disponible). [VL]