C’est pas bête...

Des nouveautés de tout poil, pleines de mordant.

Le rock du berger

Philippe Brach, étoile montante de la scène d’art-folk underground, sera de passage à la salle Jean-Despréz le 21 septembre et au Centre national des arts le 9 novembre. Son style exubérant s’inspire de plusieurs artistes – Harmonium, Frank Zappa, Radiohead, etc. – et marie des textes mordants à des airs franchement uniques qui s’accompagnent parfois d’arrangements de cordes. Son dernier album, Le silence des troupeaux, ne fait pas exception. [CM]

Philippe Brach en pleine métamorphose pour «Le silence des troupeaux»

***

Plumes noires

Presque 400 ans après sa création, Le Cid sera présenté du 29 novembre au 1er décembre, à La Nouvelle Scène Gilles Desjardins. Attention : l’œuvre de Corneille sera présentée sous une toute nouvelle perspective. Cette relecture propose une version décontextualisée, où les vers classiques sont « un enchaînement de sons », et où la réalité « est traversée par le doute ». [CM]

***

Loup solitaire

Le jeune réalisateur québécois Francis Bordeleau présentera son tout premier long métrage Wolfe, autour du personnage d’Andie, 21 ans, qui organise sa mort devant ses proches. Cette dernière révèle alors sa pensée profonde sur chaque personne qui l’entoure, déstabilisant son groupe d’amis. Dès le 26 octobre. [MC]

***

Mouches-à-feu

Le troisième long métrage de Sébastien Pilote, La disparition des lucioles, met en vedette Karelle Tremblay dans le rôle d’une jeune femme insatisfaite, coincée dans une petite ville de région à la fin des classes et qui entretient une relation équivoque avec son professeur de guitare (Pierre-Luc Brillant). Sortie le 21 septembre. [MC]

***

Animaux colorés

On ira faire un tour du côté de l’Espace Pierre-Debain explorer le travail coloré du couple artistique Marylène Ménard et Robert Biron, avec leurs installations animalières singulières recouvertes de mosaïque (du 7 novembre au 16 décembre). [MC]

***

Coyote et fourmis dans les jambes

L’artiste hip-hop Cody Coyote sera à la Quatrième salle du Centre national des arts le 16 novembre prochain. Inspiré par ses racines irlandaises et ojibwées, le musicien d’Ottawa parle de ses observations de la vie contemporaine, d’amitié et d’amour, et rend hommage à ses ancêtres sur son plus récent album Mamawi (« tous ensemble » en anishinaabemowin). [CM]

Cody Coyote