Répétition de la pièce/balado «Néon boréal»

C’est électrique

Des rendez-vous électrisants, ou promettant de générer des décharges d’émotions.

Tirer la « plug »

Toute bonne chose a une fin. J’aime Hydro, pièce de théâtre documentaire signée Christine Beaulieu, tire la métaphorique « plug » au terme de trois années de succès retentissant. La pièce en cinq épisodes explore en profondeur la relation qu’ont les Québécois avec Hydro-Québec en s’appuyant sur des rapports, des audiences publiques, des recherches terrain et des dizaines d’entrevues — tant avec des activistes qu’avec le PDG de la société d’État. Incaranant son propre rôle sur scène, Christine Beaulieu livre les résultats de son enquête, à la fois politique et intime, aux côtés de son collègue Mathieu Gosselin, qui joue 28 personnages. J’aime Hydro fera son dernier arrêt canadien au Centre national des arts du 6 au 9 novembre. [Catherine Morasse]

«J'aime Hydro», de Christine Beaulieu

***

Courant Electric

Franklin Electric a livré en août son troisième opus, l’EP In Your Head. Pour Jon Matte, chanteur et noyau dur du collectif québécois, il s’agit de son œuvre la plus introspective à ce jour. Son groupe indé folk a beau avoir la géométrie variable — huit compagnons de scène y ont défilé depuis sa création en 2012 —, quelle que soit sa conformation, Matte tient à la chimie entre ses membres. Et cette connivence, dit-on, est contagieuse sur scène. Le courant Electric passera à la salle Odyssée le 26 novembre. [Catherine Morasse]

«In Your Head» de Franklin Electric

***

Du néon lumineux en zone théâtrale

D’un côté, les néons lumineux et la frénésie de Las Vegas ; de l’autre, le silence et les aurores boréales du nord de l’Alaska. Les quatre épisodes de Néon boréal documentent quatre récits qui connectent les deux antipodes américains dans un format mariant théâtre et baladodiffusion. Le Théâtre du Trillium présentera son dernier-né les 11 et 12 septembre au Centre national des arts, à l’occasion des Zones théâtrales. Tenu du 9 au 14 septembre, le rendez-vous du théâtre francophone canadien offrira la chance de découvrir ce qui se fait de plus surprenant d’un océan à l’autre. En tout, le public pourra assister à huit pièces, découvrir trois œuvres en chantier, et écouter la lecture de cinq créations. [Mario Boulianne et Catherine Morasse]

Répétition de la pièce/balado «Néon boréal»

***

Force éolienne

Le 9 novembre, le souffle puissant du Vent du Nord éventera la salle Odyssée : le groupe trad’ montera sur les planches avec les musiciens de l’Orchestre symphonique de Gatineau (OSG) à l’occasion du concert d’ouverture de la treizième saison de l’ensemble d’ici. À leurs côtés, les interprètes mexicains du Ballet folklorique Aztlan et les danseurs russes de la troupe Kalinka feront mousser l’énergie sur scène. Sortez les éoliennes !

Le 21 décembre, l’OSG poursuit sa saison avec Noëls explosifs. Des airs connus sont au menu de cette grande tablée festive. [Catherine Morasse]

Le «Ballet folklorique Aztlan»

***

Puissance marémotrice

Navigant sur la vague de son album Marée haute, Émile Proulx-Cloutier jettera l’ancre à la salle Odyssée le 25 novembre. Voguant du slam à la berceuse, de la tragédie aux éclats de rire, l’opus en soi est une décharge d’émotions. Deux multi-instrumentistes accompagneront le verbe ciselé de l’acteur, chanteur et « raconteur » lors de ce spectacle. [Catherine Morasse]