Le calendrier culturel, 14 janvier 2019

Les événements à venir dans le monde des arts.

Le trio HOROJO au Gainsbourg

La scène du bistro Gainsbourg accueille le trio HOROJO le samedi 18 janvier, à 20h. Ensemble soul et R & B, le trio HOROJO a remporté l’édition 2020 du Memphis Blues Challenge, compétition organisée par la Ottawa Blues Society ; cette victoire permettra au groupe d’aller à Memphis pour participer au International Blues Challenge organisé du 28 janvier au 1er février. 

Ce spectacle est donc l’occasion idéale pour souhaiter bonne chance au trio, qui défendra les couleurs l’Outaouais. 

Le groupe est composé de Jamie Holmes (batterie), Jeff Rogers (chant et clavier) et JW-Jones (chant et guitare).

Renseignements : gainsbourg.ca ; Facebook [horojo trio]


L’humanité éclose du chaos funeste

L’exposition Tragi est à l’affiche de L’Imagier du 17 janvier (un vernissage est prévu à 18h) au 8 mars. Tragi réunit des dessins et des sculptures de Hugo Gaudet-Dion, un artiste multidisciplinaire originaire de l’Abitibi-Témiscamingue, mais basé à Gatineau. 

Le commissaire Jean-Michel Quirion a cherché à créer « des associations singulières et improbables, à l’image de l’univers déjanté de l’artiste ». 

Le travail de Gaudet-Dion « se caractérise par la mise en scène de figures expressives » nourries par une « gestuelle impulsive » et un goût pour le « funeste », estime le commissaire Quirion. 

« Les corps décharnés sont largués et condamnés dans des compositions caricaturées improbables ; dans une réalité altérée par d’innombrables hachures expressives » analyse M. Quirion, qui voit naître « une présence humaine » au milieu de ce « chaos morbide ». 

Le centre L’imagier est ouvert du mardi au dimanche, de 13 h à 17 h.

Renseignements : limagier.qc.ca ; 819-684-1445


Un premier Kino-Radio en Outaouais

Transistor Média propose la toute première édition du Kino-radio en Outaouais. L’événement se déroulera au Centre DAÏMÔN, du 17 au 19 janvier. Inspirée par le mouvement mondial 

Kino visant à stimuler la création cinématographique, l’initiative de Transistor cherche à encourager la production et la diffusion d’œuvres radiophoniques en Outaouais. Plusieurs équipes – dont la composition a été dévoilée la semaine dernière –  ont été créées « dans l’optique de favoriser des échanges riches entre les artistes, les concepteur.trice.s et le public ». 

L’événement est gratuit. Le thème et les contraintes de création seront dévoilés le 17 janvier à 17h. 

Les participants auront 48 heures pour concocter une œuvre audio. Leurs créations seront présentées le 19 janvier à 19h, lors d’une séance d’écoute publique tenue au centre DAÏMON (78, rue Hanson). 

Les participants de ce premier Kino-Radio sont : Jenny Cartwright, Vanessa Landry et David Cherniak (équipe 1) ; Nicolas Lachapelle, Éloïse Demers Pinard et Mathieu Bérubé (équipe 2) ; Marc-Alexandre Reinhardt, Sasha Campeau et André Martineau (équipe 3) ; Thibaut Quinchon, Halima Elkhatabi et Laurence Dompierre-Major (équipe 4) ; Clara Lagacé, Maureen Roberge et Sarah Michel-Brunnemer (équipe 5).

Renseignements : transistor.media ; 819-557-3383


Migno aux multiples visages

Du 16 janvier au 1er mars, la galerie Montcalm accueille l’exposition L’Odyssée du visage de Joanne Migneault, fruit de la collaboration de plusieurs artistes visuels. 

Cette installation multidisciplinaire intègre sculptures, performances photographiées et vidéos, autour du visage de l’artiste Joanne Migneault (Migno). 

« Si le visage est plus qu’une simple physionomie faciale, s’il est ce par quoi une personne se révèle et entre en interaction avec les autres, le visage de l’artiste Migno s’exprime par tout son corps », indique Migno, dont le corps a servi de sujet. 

Un vernissage est organisé le 16 janvier à 19 h. Le public est invité à venir maquillé, ou à apporter un masque, une couronne, un panache, un sceptre, un drapé, un bijou ou tout autre accessoire susceptible d’exprimer « l’essence sacrée » de chaque visiteur, ou qui pourrait manifester sa « beauté intérieure ». L’entrée est gratuite.

Renseignements : gatineau.ca/viebranchee ; Facebook [événement L’Odyssée du visage]


Livre hommage à Robert Dickson

Les auteures Lucie Hotte et Johanne Melançon invitent le public au lancement du livre Robert Dickson. Écrire en temps de paix relative, ouvrage collectif qu’elles viennent de faire paraître aux éditions Prise de parole. 

Ce lancement se déroulera le mardi 14 janvier de 17h à 19h au Centre de recherche en civilisation canadienne-française de l’Université d’Ottawa (pavillon Morisset ; 65, rue Université, pièce 040). L’entrée est libre. 

On y projettera des films d’archives montrant Robert Dickson. Une table ronde réunissant Jean Marc Dalpé, Jean Marc Larivière ainsi que MMes Hotte et Melançon, qui ont dirigé ce collectif. 

Professeur, éditeur, écrivain, parolier, traducteur, comédien et auteur de six recueils de poésie – dont Humains paysages en temps de paix relative (2002), pour lequel il a reçu le Prix du gouverneur général – Robert Dickson est une figure majeure de la littérature franco-ontarienne. Il est décédé en 2007. 

Cet ouvrage réunit des textes de chercheurs et d’artistes (dont des témoignages de Louis Bélanger et Jean Marc Dalpé) qui l’ont côtoyé, tout en proposant une lecture renouvelée de son œuvre. 

Lucie Hotte enseigne au Département de français de l’Ud’O ; Johanne Melançon enseigne à l’université Laurentienne. Les deux femmes avaient codirigé Introduction à la littérature franco-ontarienne (2010), un ouvrage de référence publié par le même éditeur. 

Renseignements : Facebook [événement Lancement de Robert Dickson : Écrire en temps de paix relative]