Calendrier culturel, 25 octobre

Les événements à venir dans le monde des arts.

La Place des artistes de Farrellton cherche des fonds

La Place des artistes de Farrellton (PAF) a lancé mercredi la campagne de financement «PAF en élan! » afin d’amasser les fonds nécessaires pour assurer la pérennité de l’immeuble dans lequel sont situés ses locaux. 

En avril dernier, la Commission scolaire des portages de l’Outaouais avait informé les membres de la coopérative PAF de son intention de vendre l’immeuble abritant la coopérative et les 14 studios et espaces de recherche et de création situé au 42, chemin Plunkett, à Farrellton. L’objectif de collecte de fonds PAF en élan!, qui s’étalera sur un an, vise à récolter les fonds nécessaires à la transition de locataire à propriétaire.

«Nous voulons faire en sorte que notre vision pour cet endroit s’intègre bien à un plan réaliste, a indiqué Hannah Ranger, une membre de la coopérative dans un communiqué. Nous souhaitons préserver l’existence de cette institution culturelle et croyons en son impact sur la région. Nous aspirons à ce qu’elle soit le lieu où les gens viennent puiser de l’inspiration, expérimenter leur propre créativité et faire partie d’une communauté artistique florissante.»

Le maire de la Municipalité de La Pêche, Guillaume Lamoureux a également annoncé «le soutien du conseil municipal de La Pêche à la démarche entreprise par PAF».

La PAF a été créée en 2013 et fournit des espaces et des ressources à coûts réduits aux artistes professionnels dans une école réaménagée à Farrellton, La Pêche. L’équipe de 17 artistes de PAF est constituée d’artistes professionnels et émergents, œuvrant sur différents types de médiums, mais avec une affinité pour les arts visuels. 

Max Weinberg

Rock and roll sur demande

Max Weinberg, batteur du E Street Band et à ce titre grand complice de Bruce Springsteen, sera au Théâtres Meridian @ Centrepointe le 25 octobre à 20h, pour proposer son «spectacle jukebox», au cours duquel le public choisit les chansons qu’il souhaite entendre, parmi «des
centaines» de titres allant des Beatles à AC/DC en passant par Tom Petty. Weinberg assure que le répertoire qu’il survole est «tellement vaste qu’il ravit tout le monde». 

« Ça vous arrive souvent de voir un spectacle où vous connaissez toutes les chansons? demande-t-il. Mon jukebox n’est pas un hommage à un groupe en particulier, mais une déclaration d’amour au rock and roll des années 60 et 70. » Le musicien intronisé au Temple de la renommée du rock a commencé sa carrière dans pour un orchestre sur Broadway, avant de rejoindre le E Street Band. 

« Je jubile à l’idée de revenir jouer au Canada. [...] C’est le premier pays en dehors des États-Unis où on nous a accueillis à bras ouverts, avec Bruce Springsteen», indique Max Weinberg.

Billets : meridiancentrepointe.com ; 613-580-2700.

La soprano canadienne Karina Gauvin

Comme à la cour de Russie

Le Pacific Baroque Orchestra et la soprano canadienne de renommée internationale Karina Gauvin viennent célèbrer à Ottawa la grande époque de la cour impériale de Russie. Le concert se tiendra au Centre Dominion-Chalmers de Carleton (355, rue Cooper), le 25 octobre à 19h30, à l’instigation du Chamberfest.

L’orchestre vancouvérois sera dirigé par le chef Alexander Weimann, et mettra en vedette la violon solo Chloe Meyers. Au tournant du XVIIIe siècle, le tsar Pierre Ier «Le Grand» commença à ouvrir la Russie au reste de l’Europe; dans sa quête pour moderniser son pays, il importa à la cour des musiciens allemands, tchèques et italiens, contextualise le Festival de Chambre sur son site Internet. «Pierre et ses successeurs, [dont] Catherine la Grande, ont vu dans l’opéra l’occasion de montrer leur richesses culturelles comme une nation européenne moderne», explique-t-on.

Dans un programme qui « repousse les frontières du baroque », le Pacific Baroque Orchestra interprétera des opéras de l’époque baroque signés Berezovsky et Bortniansky, ainsi que des compositions de Fomin, dall’Oglio, Hasse, Paisiello et Gluck.

Billets : chamberfest.com ; 613-234-6306 (ou en personne au 4, rue Florence, bureau 201).

L'exposition «Qilalukkat!»

Bélugas et Inuvialuits : survivre ensemble

Le Musée canadien de la nature (240, rue McLeod) ouvre une nouvelle exposition liée à l’arctique, le 25 octobre. Proposée jusqu’au 13 septembre 2021 dans la Galerie des perspectives nordiques, l’exposition Qilalukkat! plonge dans l’histoire des Inuvialuits, et les traditions de chasse au béluga de ce peuple inuit de l’ouest de l’Arctique. Cette chasse demeure encore aujourd’hui «essentielle» au mode de vie inuvialuit, rappelle le musée.

Le public pourra suivre l’aventure d’une famille de Tuktoyaktuk, depuis les préparatifs de la chasse annuelle au béluga, jusqu’à l’entreposage des aliments. Outre la reconstitution d’un campement et d’un fumoir, on peut y découvrir d’anciens artéfacts, des outils modernes et des œuvres d’art et d’artisanat sur le thème du béluga.

Renseignements : nature.ca