Brigitte Boisjoli, rencontrée à la Maison de la culture, parle de sa carrière et la folle cadence de la vie de tournée.

Brigitte Boisjoli, chanteuse de souche

Elle engloutit une grappe de raisins et repart de plus belle : « je fonctionne aux coups de cœur », résume la chanteuse Brigitte Boisjoli, qui arrive à ne pas s’étouffer. LeDroit l’a rencontrée à la Salle Odyssée. Au diapason avec la folle cadence de sa carrière.

Elle s’excuse, s’éclipse et furète du côté du buffet de grignotines puis change de fauteuil pour se rapprocher, les mains pleines. Entre mille projets, la sortie de l’album Signé Plamondon, un concert collectif de Noël et le spectacle de ses nouvelles reprises, l’ex Star-académicienne s’est octroyé un mois et demi de congé maternité. « La vie de tournée me manquait, avoue-t-elle comme une gourmandise. J’aime le voyagement et les hôtels, je suis faite pour ça ! »

La nouvelle maman appelle volontiers ses musiciens « mes garçons » et recrée une tribu familiale sur la route des spectacles. Cuissardes sur jeans troués, feu roulant en entrevue, Brigitte Boisjoli mène ses affaires tambour battant. 

Dans le sillage des Veronic DiCaire et Céline Dion, pour la conciliation vie privée et carrière professionnelle, elle a choisi : totale fusion ! Son compagnon Jean-Philippe-Audet, « complice de tous les jours » selon le communiqué de presse, endosse les rôles de réalisateur et de guitariste sur le dernier album Signé Plamondon, sorti à la mi-octobre.

On la regarde s’enfiévrer, raconter ses premières rencontres avec le célèbre parolier, en 2011, digresser sur la Suisse, où il l’a invitée chanter à plusieurs reprises, tout en gardant la tête froide : « Je sais ce qu’il aime : une voix forte, des notes hautes, il apprécie surtout quand je chante du rock. C’est la recette gagnante. »

Deux ans après son premier album de reprises, Patsy Cline, qu’elle continue d’interpréter en concerts, la chanteuse remise avec l’exercice de reprises en soumettant une trentaine de chansons à Luc Plamondon. « Ce projet initié par mon gérant est apparu à un moment où je n’aurais jamais eu le temps de le faire, assure-t-elle. Finalement, on trouve toujours le moyen d’avoir du temps quand le projet nous tient à cœur. »

Brigitte Boisjoli se lance de nouveau en studio, armée d’une énergie surhumaine. Elle parvient même à faire chanter le parolier sur J’ai rencontré l’homme de ma vie. « On s’est dit qu’il n’accepterait pas, et jamais personne ne lui avait proposé de chanter ! Mais il m’a avoué, plus tard, qu’il avait écrit J’aurais voulu être un artiste pour lui... »

Dans la réalisation de cet hommage qui sera présenté à la Salle Odyssée le 18 octobre 2018, Brigitte Boisjoli y est allée franco, comme toujours : Je danse dans ma tête devient une ballade rock, Hymne à la beauté du monde, un air quasi sacré avec le quatuor masculin Qw4rtz. L’album caracole en tête des ventes, porté par le premier extrait, Question de feeling.   

Tout n’a pas été rose dans le processus de création qui coïncidait avec la naissance de son enfant.

 Elle préfère passer sur les moments les plus difficiles — « il m’est arrivé de craquer, de subir les effets post-partum » — et nous révèle son secret : « la discipline, la rigueur et l’organisation. » Cela ne surprendra personne, Brigitte Boisjoli a déjà décoré son sapin de Noël. 

POUR Y ALLER

Quand ? 18 octobre 2018 

Où ? Salle Odyssée

Renseignements : 819-243-2525 

EN CONCERT DE NOËL

18 spectacles en 24 jours : c’est le régime que suivra Brigitte Boisjoli en préparation musicale des Fêtes avec la série de concerts « Noël, une tradition en chanson ». 

Au fil de la tournée québécoise, un concert est prévu à la Salle Odyssée, le 17 décembre, à 20 h. 

La prestation collective réunira sur scène Paul Daraîche, Marie Michèle Desrosiers, Laurence Jalbert, Gino Quilico, Guylaine Tanguay et Ima au répertoire des chants incontournables de fin d’année.