Comme pour faire bien comprendre à leurs fans d’Ottawa qu’ils étaient heureux d’être avec eux, les Boys ont ouvert la soirée avec I Wanna Be With You. C’était très évident que ces artistes ont mis énormément de travail dans la réalisation de ce spectacle.

Bluesfest : une soirée avec les Boys

CRITIQUE / Le rideau est tombé, dimanche soir, sur la 25e édition du Bluesfest d’Ottawa. Entre alt-J et les Backstreet Boys, on a eu droit à quelques trop rares bonnes soirées et à quelques belles surprises.

Mais avant de faire le bilan de l’édition 2019, parlons de cette soirée de clôture qui restera gravée dans la mémoire des milliers de festivaliers qui sont venus danser — et crier — sur la musique du boys band par excellence : les Backstreet Boys.

C’est Francesco Yates qui avait la mission de préparer les Plaines pour cette soirée où la pop était en vedette. Sans complexe, le kid de Toronto a sauté sur la scène City, guitare au cou, pour nous lancer sa pop/soul appuyée par un bassiste, un claviériste et un batteur. Franchement, on a bien aimé. Il chante, il joue de la guitare et il danse bien, le frisé. Et quand le son se veut un peu plus rock, son jeu de guitare et sa voix trempent dans la sauce Kravitz. Rappelons que Yates assurait la première partie de Justin Timberlake lors de sa tournée de 2018.

Les Boys

Quand Nick, Brian, AJ, Howie et Kevin se sont pointés sur la scène City sur le coup de 21 h, ma foi, le taux de décibels a atteint des records ! Du coup, tous les cellulaires se sont allumés, marquant l’ouverture du spectacle d’une mer de petits écrans, faisant presque partie de la mise en scène. Et parlant de scène, elle était immense puisqu’on y retrouvait seulement les cinq boys. Les garçons chantaient sur des bandes pré-enregistrées. Dommage, on aurait bien aimé les voir interagir avec des musiciens… mais on comprend. La pop c’est aussi ça et les boys le savent très bien.

Et ils étaient en forme, les garçons. Malgré la quarantaine, rien n’y paraît. Même Kevin qui frôle le demi-siècle semblait avoir trempé dans la fontaine de Jouvence.

Comme pour faire bien comprendre à leurs fans d’Ottawa qu’ils étaient heureux d’être avec eux, les Boys ont ouvert la soirée avec I Wanna Be With You, suivie par The Call, Don’t You Back et Nobody Else où Brian a pris quelques minutes pour parler à la foule. Ensuite, les garçons d’Orlando ont enchaîné les hits puisés dans leur abondante discographie vendue à plus de 130 millions d’exemplaires à travers la planète. Sur le setlist, on avait inscrit plusieurs pièces de leur dernier album, DNA, paru cette année. D’ailleurs, leur passage à Ottawa dimanche soir marquait le début de leur périple canadien, la présente tournée s’étant amorcée en Europe le mois dernier.

OK, soyons honnête, on a pris beaucoup de plaisir à voir ces cinq gars enfiler les chansons, toutes supportées par des chorégraphies accrocheuses, rodées au quart de tour. C’était très évident dans New Love, extrait du dernier album, que ces artistes ont mis énormément de travail dans la réalisation de ce spectacle.

Et que dire de l’éclairage ? Tout simplement parfait, tout comme les images et vidéos projetés sur l’écran géant.

Mais la foule s’est carrément déchaînée lors de l’interprétation de Get Down, un des plus gros succès du boys band d’Orlando. Exceptionnellement, le spectacle s’est amorcé à 21 h, trente minutes plus tôt que les habitudes du Bluesfest afin de permettre au groupe d’y aller avec deux heures de show pour y aligner une trentaine de chansons. Une très bonne idée, à notre avis.

Au cours de la soirée, chacun des garçons a joué en solo ou en duo, principalement sur des balades issues de l’album DNA. Il faut dire que leur dernier effort sur disque est inscrit dans l’ADN du groupe. Les changements de costumes ont aussi été nombreux, chacun marquant la personnalité d’un ou l’autre. A.J. et Kevin ont poussé l’exercice en se changeant sur scène. Intéressant, mais inutile à notre avis.

Et au bout de ces deux heures de musique, force est d’admettre que les Backstreet Boys sont encore pertinents, même après 26 ans. Ils nous l’ont prouvé en osant une prestation a cappella — Breathe — qui a démontré sans l’ombre d’un doute que ces gars-là savent aussi chanter en plus de danser.

Toute une fin de festival.