Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Björn Ulvaeus, membre fondateur du groupe suédois Abba qui, à 75 ans, est à la pointe du combat pour réformer l’économie de la musique et de la webdiffusion, encore très inégalitaire.
Björn Ulvaeus, membre fondateur du groupe suédois Abba qui, à 75 ans, est à la pointe du combat pour réformer l’économie de la musique et de la webdiffusion, encore très inégalitaire.

Björn Ulvaeus: au front pour des revenus mieux partagés dans la musique

Maggy Donaldson
Agence France-Presse
Article réservé aux abonnés
«Rééquilibrer l’économie de la chanson», c’est l’ambition de Björn Ulvaeus, membre fondateur du groupe suédois Abba qui, à 75 ans, est à la pointe du combat pour réformer l’économie de la musique et de la webdiffusion, encore très inégalitaire.

Coproducteur, coauteur et compositeur de la plupart des succès du groupe légendaire des années 70, le septuagénaire a été élu l’an dernier président de la Confédération internationale des sociétés d’auteurs et compositeurs (CISAC), qui représente environ quatre millions de créateurs et éditeurs du monde des arts.

Il a coécrit un rapport, publié samedi, qui formule plusieurs propositions de modifications, tournées vers la tarification de la musique et la redistribution des revenus qu’elle génère.

En l’état, «80% va aux Drake, aux (Taylor) Swift», constate celui que le monde a découvert lors du concours Eurovision 1974, remporté par Abba, avec ses bottes argentées et sa guitare en étoile. «Le musicien de jazz de niche, lui, ne gagne presque rien, s’il reçoit quelque chose tout court.»

«Mais il y a peut-être 10 000 personnes qui adorent ce qu’il ou elle fait, poursuit-il. Et si tout cet argent lui revenait, il pourrait en vivre.»

Le rapport suggère notamment de passer d’un modèle market centric à la formule user centric, c’est-à-dire de ne pas répartir les revenus en fonction des écoutes totales, tous utilisateurs confondus, mais en les rapportant aux abonnés.

L’abonnement des utilisateurs qui n’écoutent jamais Drake ou Taylor Swift ne servirait ainsi pas à les rémunérer, ce qui est le cas aujourd’hui, et irait plutôt aux musiciens que l’abonné choisit effectivement d’entendre.

Une étude du cabinet Deloitte pour le Centre national de la musique (CNM), publiée fin janvier, estimait qu’une telle réforme ferait sensiblement baisser les redevances touchées par les dix artistes les mieux payés (-17,2%) et augmenterait de 5,2% les revenus perçus par les musiciens situés au-delà du 10 000e rang en termes d’écoutes.

Plus de transparence 

Le rapport coécrit par Björn Ulvaeus propose également de faire une distinction, en matière de redistribution, entre les écoutes «passives» via des listes de lecture (aussi appelé lean back) et celles qui sont le résultat d’une recherche active de l’utilisateur (lean forward).

«Il y a une différence entre les deux», souligne celui qui a abandonné depuis longtemps les tenues disco extravagantes pour un look passe-partout, avec veste et chemise discrètes. «Il devrait aussi y en avoir une dans les redevances.»

Cette semaine, Apple a révélé verser un cent par écoute sur sa plateforme Apple Music, soit environ le double de ce que paye Spotify, qui a donné des précisions sur son modèle de rémunération mi-mars.

Mais auteurs et compositeurs ne reçoivent qu’une fraction de cette somme, le plus souvent partagée avec labels et éditeurs. Depuis que la webdiffusion est devenue le mode de consommation dominant dans la musique (83% des revenus générés par l’industrie musicale aux États-Unis), de nombreux artistes réclament un autre mode de répartition, parmi eux Robert Smith de The Cure ou le Français Woodkid.

Pour Björn Ulvaeus, la clé d’une réforme réussie tient à la transparence, et pas seulement des plateformes. L’essentiel des transactions se fait encore à l’abri des regards. «C’est un milieu qui fonctionne encore beaucoup à l’ancienne, assez conservateur», décrit le musicien suédois.

Le cocréateur de succès comme Take a Chance on Me, Dancing Queen ou Mamma Mia estime que l’écosystème de la musique actuelle pousse nombre d’auteurs et compositeurs «à se séparer de leurs chansons trop vite», en cédant les droits à des éditeurs.

Depuis quelques années, quelques éditeurs et labels se sont lancés dans une bataille pour acquérir à prix d’or les droits de catalogues prestigieux comme ceux de Bob Dylan, Stevie Nicks ou Neil Young.

Au-delà, le modèle économique actuel de l’industrie musicale affecte le processus créatif, et «a eu un impact énorme sur le type de chansons (qui sont créées) et leur structure», selon Björn Ulvaeus. Il faut sortir plus de titres plus souvent, en prenant le moins de risque possible pour s’assurer des revenus.

Avec Abba, «nous avons appris à différencier un truc pourri d’un morceau de qualité, se souvient-il. «Ça prend du temps, du travail, et de la patience. Comment voulez-vous faire preuve de patience quand vous êtes sous pression?»