<em>Ta planète natale</em> sera présenté en avant-première en formule cinéparc à Bourget le samedi 12 septembre.
<em>Ta planète natale</em> sera présenté en avant-première en formule cinéparc à Bourget le samedi 12 septembre.

Ta planète natale: Grandir, dans l’oeil d’un Franco-Ontarien

Catherine Morasse
Catherine Morasse
Le Droit
Premiers amours, premières désillusions, premiers pas vers l’affirmation de soi : le cinéaste ottavien Sébastien Higgins replonge dans sa propre adolescence dans son premier long-métrage Ta planète natale, une production toute franco-ontarienne qui sera projetée en avant-première le 12 septembre.

La production indépendante, réalisée avec un budget de 90 000 $, deviendra bientôt la nouvelle carte de visite du cinéaste.

À 29 ans, son portfolio est déjà bien fourni : par l’entremise de sa compagnie de production Lonely Fire, cofondée avec des amis d’enfance, celui qui a grandi dans le quartier du Vieil Ottawa-Sud a cosigné des vidéoclips d’artistes comme Squerl Noir, quelques documentaires ainsi que des courts-métrages de son cru, que l’on a pu voir dans des festivals dans la capitale.

C’est de façon entièrement autodidacte, sur les plateaux de tournage et loin des bancs d’école — et avec en poche une maîtrise en relations internationales, complétée tant par envie que pour rassurer ses parents, ricane-t-il à demi-mot — que Sébastien Higgins a tracé son propre chemin comme cinéaste. Réaliser un premier long-métrage était un rêve de jeunesse. Et celui-là ne sera certainement pas son dernier, promet-il.

<em>Ta planète natale</em>, par Sébastien Higgins

Parce qu’on ne voit « pas souvent » de films franco-ontariens prendre l’affiche, « c’était important pour moi de raconter quelque chose qui sortait de mon propre vécu », détaille le réalisateur et scénariste, qui a appelé son producteur associé Jocelyn Forgues (Noël en boîte) en renfort.

Le projet s’est mis en branle il y a deux ans, en même temps qu’un soulèvement se mettait en branle pour sauver l’Université de l’Ontario français.

« Ça a été une motivation de plus pour moi ; de raconter cette histoire et de faire en sorte qu’elle se rende à l’écran pour qu’un public franco-ontarien puisse en profiter. »

Patrice Desbiens et la beauté du quotidien 

Ta planète natale a été filmé à Hawkesbury et à Ottawa. Quelques jours avant sa rentrée en douzième année, Nathan (Samuel Glaude), un adolescent romantique, avide de poésie et aux antipodes avec sa propre famille, rencontre Maripier (Célia Fournier-Cantin), une ancienne joueuse de hockey qu’un accident de voiture a écartée de ses rêves. À cette époque charnière de leurs vies où l’on se sent « extraterrestre », leur contact avec l’autre sera déterminant dans leur perception de l’amour, leur passage à l’âge adulte, et de leur émancipation des rôles de genre.

Alors que les protagonistes masculins qui ont des idées très romantiques et poétiques sur l’amour sont rares à l’écran, « pour moi, ça a été mon expérience, et ça a été celle de plusieurs de mes amis », concède Sébastien Higgins.

Sébastien Higgins

Pour s’exprimer, le réalisateur a trouvé écho dans les poèmes de Patrice Desbiens, dont des extraits sont saupoudrés dans tout le long-métrage. « Ce que j’ai trouvé chez lui, c’est l’aspect poétique de qui pouvait avoir l’ordinaire, mondain, quotidien ; il voit de petits moments poétiques dans les petits détails », sans langage fleuri. Pareillement, pour Nathan et Maripier, « ça a été une semaine comme les autres, mais dans les petits détails des émotions de ces personnages, ça devient quelque chose de plus grand et de transformateur dans leurs vies. »

Pourquoi avoir autant mis de l’avant l’identité franco-ontarienne, omniprésente tout au long du récit ? Sans vouloir faire un commentaire fort, assure Sébastien Higgins, l’idée était simplement de créer un récit qui soit authentique à sa réalité. « Je pense que grandir franco-ontarien, c’est avoir le sentiment d’être un peu différent, mais pas nécessairement mal vivre. C’est d’avoir un cadeau, la richesse d’une perspective un peu différente sur sa communauté et les autres. »

Ta planète natale sera présenté en avant-première en formule cinéparc à Bourget le samedi 12 septembre. Il sera ensuite projeté au Ontario International Film Festival ainsi qu’au Montreal International Film Festival. D’autres festivals pourraient s’ajouter à la liste avant que le film prenne l’affiche.

<em>Ta planète natale</em> a été filmé à Hawkesbury et à Ottawa.

+

POUR Y ALLER

Quoi ? Avant-première de Ta planète natale

Quand ? Samedi 12 septembre, 21 h

Où ? 3777 rue Marcil, Bourget, Ontario

Renseignements : Événement Facebook AVANT-PREMIÈRE de Ta planète natale