L’équipe de tournage a suivi cinq femmes francophones dans la réalité anglophone de Vancouver.
L’équipe de tournage a suivi cinq femmes francophones dans la réalité anglophone de Vancouver.

Maman ou Mommy?

Mario Boulianne
Mario Boulianne
Le Droit
Une série documentaire donne la parole aux mères francophones en milieu anglophone

Est-ce possible d’élever des enfants en français dans une communauté anglophone ? 

C’est à cette question, et bien d’autres, que tente de répondre la série Maman ! Mommy !, disponible sur ICI TOU.TV depuis vendredi.

L'équipe de tournage du documentaire Maman! Mommy!

L’équipe de production a suivi, pendant presqu’un an, cinq mamans francophones qui tentent d’élever leurs enfants en français à Vancouver, un milieu majoritairement anglophone. 

En plus de mettre l’accent sur les défis rencontrés par ces femmes au quotidien, la série veut aussi lever le voile sur les réalités vécues par les communautés francophones hors Québec.

Coréalisée et scénariste par Sandra Fortin – une Chicoutimienne d’origine qui habite maintenant à Ottawa –, la série de cinq épisodes de 30 minutes chacune est produite par la société Red Letter Films, basée à Vancouver et dirigée par la productrice Sylvie Peltier. 

Comme pour les 71 000 francophones vivant dans cette province, cette boîte de production se décrit comme une « bulle d’irréductibles vivant en banlieue de Vancouver ».

« La Colombie-Britannique est au 5e rang des provinces canadiennes pour le nombre de francophones sur son territoire, explique Mme Fortin. Et laissez-moi vous dire que cette communauté est tissée serrée et qu’elle se bat pour obtenir tous les services auxquels elle a droit. »

Concernant la série, Sandra Fortin a puisé son inspiration de ses expériences personnelles.

« Étant installée dans un milieu anglophone, je m’inquiétais pour l’intégration de mes deux enfants qui entraient dans l’âge adulte et qui ne parlaient pas anglais, confie-t-elle au Droit. Eh bien, je me suis inquiétée pour rien et en à peine quelques mois, mes enfants étaient totalement bilingues. C’est donc à ce moment, en rencontrant d’autres mères dans ma situation, que l’idée est venue de réaliser ce documentaire. »

La réalisatrice et scénariste Sandra Fortin.

Cinq « immigrantes »

Sandra Fortin souhaitait – avec cette série – mettre de l’avant non seulement l’importance de la langue française au pays, mais aussi ces femmes, courageuses et positives qui veulent transmettre leur langue et leur culture à leurs enfants.

Elle et son équipe ont donc suivi Hélène, une Franco-Manitobaine de Saint-Boniface, Joanie, une Innue de Mashteuiatsh au Lac-Saint-Jean, Emmanuelle, originaire de la région de Montréal, Lise, d’origine camerounaise, et Cynthia, qui est née en France, mais qui a vécu à Québec. Toutes ces femmes sont mères d’enfants âgés de 3 à 6 ans et elles ont un conjoint anglophone.

« Je voulais savoir comment font ces mamans pour garder la langue dans leur famille, explique la coréalisatrice. Selon plusieurs études, si le père n’embarque pas dans les efforts de la mère, il y a peu de chance que ça fonctionne. On dit même que la langue doit être parlée en dehors de la maison pour qu’elle reste vivante. On estime aussi à 30 % seulement le temps consacré au français si la langue est parlée seulement à la maison. Il faut donc que les enfants soient exposés au français en dehors du noyau familial. »

Pour raconter l’histoire de ces cinq mères « immigrantes », comme les a décrits Sandra Fortin, l’équipe de production s’est plutôt attardée à leur quotidien à la maison et dans les loisirs, pendant les week-ends et les vacances. Malgré que toutes ces femmes aient un emploi à temps plein, la réalité familiale était plus importante que le reste, pour la réalisatrice.

« Je voulais vraiment montrer ces femmes dans leur réalité de tous les jours, au sein de leur famille et leurs relations avec le voisinage et les amis, dit-elle. Elles ont d’énormes défis à relever que ce soit l’école, les loisirs et les amis de leurs enfants. Pour transmettre la langue, elles doivent penser à tout. »

Également, en voyant ces mères de famille à la maison, l’équipe de production voulait que les mamans de partout au pays se reconnaissent. On voulait les présenter telles qu’elles sont, autour de la table de la cuisine ou dans les gradins d’un parc de soccer.

« Les réalités familiales au quotidien ne sont pas vraiment différentes d’une communauté à l’autre, insiste Mme Fortin. Par contre, pour ces mamans qui tiennent à transmettre leur langue et leur héritage culturel à leurs enfants, les défis sont nombreux. Pendant le tournage du documentaire, on s’est également rendu compte que les Britanno-Colombiens ont un grand respect pour la dualité linguistique du Canada. On en a même rencontré plusieurs qui inscrivent leurs enfants dans des cours d’immersion francophone. C’est, pour tous ces gens, considéré comme un atout important d’être bilingue. »

Avec comme toile de fond la ville de Vancouver, ce fut un tournage qui aura duré neuf mois et qui s’est terminé en mars dernier, quelques jours à peine avant les mesures de confinement imposées par la pandémie de la COVID-19.


« Je voulais savoir comment font ces mamans pour garder la langue vivante dans leur famille. »
Sandra Fortin, réalisatrice

Sur le web et à la télé

Depuis le 25 septembre, ICI.TOU.TV propose la série documentaire Maman ! Mommy ! sur sa plate-forme internet. 

Mais pour les provinces de l’Ouest, Radio-Canada a décidé de présenter la série à la télé, et ce, dès le 2 octobre.