Une chercheure, Paula Piilonen, observe attentivement des minéraux. 
Une chercheure, Paula Piilonen, observe attentivement des minéraux. 

Le Musée canadien de la nature lance la Fondation Nature [VIDÉO]

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
Le Musée canadien de la nature (MCN) lance une nouvelle structure philantropique, la Fondation Nature. L’«appui initial» de la fondation s’élève déjà à «près de 4 millions $», indique le musée voué aux sciences naturelles.

Cette fondation, que le MCN dévoile ce mercredi, permettra de financer les recherches du personnel scientifique du musée d’Ottawa. 

Les investissements de la fondation – qui demeure indépendante de l’institution muséale – permettront d’étoffer les collections scientifiques du MCN, ainsi que ses activités de recherche et ses efforts de sensibilisation.

Une collection de minéraux évaluée à 4,5 millions $

Ce lancement est pour le musée l’occasion de dévoiler trois dons d’envergure.

Le premier don est lié à la récente acquisition d’une remarquable collection de minéraux évaluée à 4,5 millions $ – et que le MCN obtient pour un quart de sa valeur grâce au propriétaire de la collection, le Québécois Gilles Haineault, qui la lui cède pour 1,05 million $. 

Il s’agit de «la plus riche collection au monde de minéraux provenant du mont Saint-Hilaire», au Québec, se réjouit le musée, en rappelant que le mont Saint-Hilaire, «riche en éléments rares extrêmement précieux, est l’un des environnements minéralogiques les plus célèbres du monde», . 

La collection est constituée de quelque 8000 spécimens – dont «plus de 1000 ont été déclarés ‘d’intérêt national’ par la Commission canadienne d’examen des exportations de biens culturels», fait aussi valoir le MCN, pour permettre de mieux jauger de son importance.

Ces minéraux permettront aux scientifiques de «mieux comprendre les ressources naturelles en éléments rares» , tout en «améliorant la littératie en minéralogie», estime le musée.

La collection a été constituée au fil des décennies par Gilles Haineault, un ancien apiculteur de la région de Belœil, passionné de minéralogie. « Je savais que le meilleur moyen de protéger ma collection pour les générations futures était de la donner au MCN, un établissement national de confiance qui l’utilisera pour des activités de recherche et d’éducation intéressantes», indique M. Haineault. 

«J’ai hâte de voir quelles espèces minérales et peut-être même quels nouveaux usages minéraux le Musée découvrira grâce à cette collection», ajoute le collectionneur. 

Les minéraux seront conservés à Gatineau, dans l’édifice des collections et de la recherche du MCN, situé sur le chemin Pink.


« Je savais que le meilleur moyen de protéger ma collection pour les générations futures était de la donner au [Musée canadien de la Nature]. »
Gilles Haineault

Entreprises privées 

Toute «récente», l’acquisition de cette collection a été financée par la Fondation Nature, via son «Fonds de découvertes en sciences minéralogiques Hatch». 

Société internationale spécialisée dans l’innovation technologique, Hatch offre des solutions d’affaires respectueuses du développement durable. «Hatch et le MCN partagent un même intérêt : susciter des changements positifs visant un avenir radieux pour notre monde naturel»,  a évoqué le pdg de Hatch, John Bianchini.

L’entreprise Brookfield a accordé 500 000 $ à la Fondation Nature. Ce soutien servira à financer «la formation de jeunes scientifiques et de spécialistes des collections» et facilitera l’«exploration arctique» menée par les chercheurs du MCN .

Le conseil d’administration de la Fondation Nature est composé de chefs d’entreprise et de visionnaires [canadiens] très attachés à la mission du Musée», souligne le MCN en précisant que ces membres ont eux-mêmes injecté «presque 500 000 $» dans les caisses de l’organisme.

Ces dons s’ajoutent à un montant de 4 millions $ offert au MCN en 2017 par la famille Ross Beaty, et destiné à financer la recherche sur la biodiversité et la découverte des espèces.

Laura Evans, directrice de la Fondation Nature.

La nature doit devenir une priorité

Parmi les firmes et organismes ayant contribué à la Fondation Nature figurent Osisko Mining Inc., l’Institut Lassonde de l’Université de Toronto, la fondation Kenneth M. Molson, Robert D. Cudney/Northfield Capital Corp., le Globe and Mail et Deloitte. 

«Par le passé, une infime fraction des dons philanthropiques ciblaient la nature et la situation doit changer», a réagi la PDG du MCN, Meg Beckel. À l’heure où «la planète fait face à des menaces de plus en plus sérieuses», «nous devons tous soutenir la nature!» estime la directrice du MCN.

«Ces investissements nous aideront à mettre en œuvre notre vision partagée d’un avenir durable pour notre monde naturel» a-t-elle ajouté, après avoir partagé sa reconnaissance envers les contributeurs. 

L’objectif de la Fondation Nature est «l’avancement des sciences fondées sur des faits», résume le président de son conseil d’administration, Rob Crosbie. Son travail consistera à «procurer les fonds indispensables aux activités éducatives, à la conservation des collections et aux projets de recherche du Musée », poursuit le gestionnaire, qui compte à présent sur la générosité de tous, pour remplir sa mission.