La liste : Finissants à l’honneur... ou à l’horreur

1. Carrie, Brian De Palma (1976)

Voilà un bal que vous ne regretterez pas d’avoir manqué. Adaptation du premier roman publié par Stephen King, ce film pousse à l’extrême les conséquences de l’intimidation… Surtout quand la tête de Turc se découvre des pouvoirs télékinétiques qui font des ravages quand elle s’énerve. Carrie a fait l’objet d’une suite en 1999 et de remakes en téléfilm en 2002, puis au grand écran en 2013. Bref, elle n’avait pas dit son dernier mot… ni projeté son dernier couteau.

2. Commencement : Speeches for the class of 2020, artistes divers (2020)

Chez nos voisins du Sud, «Commencement» fait référence à la cérémonie de remise des diplômes lors de laquelle hommages et discours de circonstance sont de mise. Comme ici, la COVID-19 a forcé l’annulation des célébrations. Afin de quand même marquer le coup, iHeart­Radio a mis en ligne ce balado dans lequel des personnalités de tous horizons offrent bons mots et conseils aux finissants de 2020. Entre Hillary Clinton, Halsey, John Legend, Bill et Miranda Gates, Pitbull, Mary J. Blige ou Bobby Flay, il y en a pour tous les goûts.

Green Day

3. Good Riddance (Time of Your Life), Green Day (1997)

Sans s’en douter, les punk-rockers de Green Day ont composé ce qui allait devenir un hymne pour les finissants avec cette chanson immortalisée sur l’album Nimrod. Avec sa simple guitare acoustique et ses arrangements de cordes, la pièce s’éloigne de la griffe habituelle du groupe, mais s’est néanmoins imposée comme l’un de ses plus grands succès. Évoquant une période de transition, voire une croisée des chemins, elle fleure bon la nostalgie et a tout pour résonner dans les oreilles de ceux qui quittent les repères du secondaire pour poursuivre leur parcours de leur côté.

4. Dear Class of 2020, artistes divers (2020)

Une impressionnante brochette de vedettes a répondu à l’appel et a rendu hommage aux finissants de 2020 dans cette émission spéciale diffusée sur le Web : Barack et Michelle Obama, Billie Eilish, Shawn Mendes, Katy Perry, BTS, Beyoncé, Taylor Swift, Bono, Lizzo, Justin Timberlake, Alicia Keys et même la famille Simpson sont de ceux se sont succédé pendant plus de quatre heures pour organiser une fête de fin d’année digne de ce nom. On peut toujours visionner le spectacle sur YouTube.

Les Cowboys Fringants

5. À polyvalente, Les Cowboys Fringants (2009)

Parue sur l’album Break syndical, cette chansonnette des Cowboys Fringants n’aborde pas la fin du secondaire à proprement parler… Plutôt ce qui se passe après, quand le destin s’amuse à inverser les rôles. On songe à ces bollés qui ont essuyé des railleries et qui feront bientôt des jaloux, une fois les affres de l’adolescence derrière eux. Ou au contraire à ceux qui passeront du top au flop, pour citer la bande de Karl Tremblay : «On n’en revient pas de c’qu’y est devenu, dire qu’à polyvalente, c’t’était l’king.»

6. Folies de graduation, Chris et Paul Weitz (1999)

Au chapitre du film d’ado à l’humour niaiseux, Folies de graduation a ouvert la porte toute grande au tournant du millénaire : sept autres films (dont cinq ne se sont pas rendus sur le grand écran) ont suivi l’histoire originale, où un groupe de copains se mettent au défi de ne pas entrer puceaux à l’université. Film-culte à sa manière, American Pie (son titre original) peut se targuer d’avoir changé, pour quiconque l’a vu, l’image qu’on se fait d’une simple tarte aux pommes...

7. Bloqueurs, Kay Cannon (2018)

Variation sur le même thème… Dans ce film plus ancré dans notre époque, trois amies font le pacte de perdre leur virginité le soir du bal de finissants. La promesse viendra aux oreilles de leurs parents, qui feront tout pour les empêcher de passer à l’acte. Ça ne vole pas toujours très haut — le concours de calage auquel prend part le personnage de John Cena vous le prouvera —, mais cette comédie a quand même le mérite d’aborder les thèmes du consentement, de la  diversité sexuelle et du féminisme

8. Les talons hauts, Robert Charlebois (1983)

Petit voyage dans le temps, ici, gracieuseté de Robert Charlebois et du parolier Luc Plamondon. Un parfum bien rétro plane sur cette histoire d’amour en musique qui commence au bal des «finissantes». Elle et son «foulard à la Bardot», lui et ses cheveux «en crête de coq». Et une indéniable insouciance. Considérant que nos tourtereaux se sont «mariés obligés à la fin de l’été», gageons que cette chanson ne figurera jamais dans une pub de méthode contraceptive.

9. Le bal de l’horreur, Paul Lynch (1980)

Dans la bonne vieille tradition du slasher movie, ce film invite un tueur au bal des finissants. Celui-ci prendra pour cible un groupe de jeunes qu’il tient responsable de la mort d’une fillette plusieurs années auparavant. Deux ans après avoir échappé à la lame de Michael Myers dans Halloween, Jamie Lee Curtis devra ici se mesurer à un autre meurtrier masqué. En plus d’avoir fait l’objet d’un remake en 2008, Le bal de l’horreur est considéré comme un classique du genre et a notamment inspiré des productions comme Le pacte du silence (I Know What You Did Last Summer).

10. Bal de finissants annulés, Danick Martineau (2020)

«Pas de soirée princesse à tomber sur les fesses en état d’ivresse», chante l’humoriste Danick Martineau dans cette capsule mise en ligne il y a quelques semaines. «C’est une fin tragique, pas de coma éthylique», souligne aussi le comique, qui passe à la moulinette tous les clichés attendus des célébrations de fin d’études secondaires avant de déplorer que son bal de finissants sera une «conférence Zoom sur le divan». C’est certes moins festif, mais son foie risque d’en être reconnaissant!