Matt Lang lancera, le 5 juin, son deuxième album intitulé <em>More</em>. Depuis vendredi, un premier extrait est disponible sur toutes les plateformes numériques.
Matt Lang lancera, le 5 juin, son deuxième album intitulé <em>More</em>. Depuis vendredi, un premier extrait est disponible sur toutes les plateformes numériques.

Encore plus de country pour Matt Lang

Pour son deuxième effort en studio, Matt Lang n’a pas voulu changer une formule gagnante. L’album intitulé More sera disponible le 5 juin, mais déjà un premier extrait a été lancé vendredi sur toutes les plateformes numériques.

Et ce simple, Getcha, montre d’emblée les couleurs qu’aura ce nouvel opus. Un new country résolument ancré dans son époque, mais avec une touche classique qui plaira aux puristes du genre.

« Getcha est une chanson qui représente bien l’album, de confier au Droit le chanteur originaire de Maniwaki. On entend bien le pedal steel, le violon, le banjo et tous les instruments qui ont forgé la musique country. Je tiens à cette sonorité classique qui me rejoint totalement. Je n’avais pas envie de perdre l’essence du country dans ma musique tout en la gardant très actuelle et accessible au plus grand nombre. »

Cette belle maturité qu’a acquise Matt Lang, on la sent également dans sa musique. Comme pour son premier album, il a confié la réalisation de More à Danick Dupelle.

Membre du groupe Emerson Drive, Dupelle est installé à Nashville depuis une quinzaine d’années. Il opère le studio Vibe où la majorité des pièces ont été enregistrées. L’album a aussi fait un détour par le studio Addiction, également à Nashville.

Parmi les collaborateurs de Lang, on retrouve de vieux complices comme Tebey et Mike Melançon — aussi du groupe Emerson Drive. On y découvre cette fois le talent de Kelly Archer. Cette auteure-compositrice de Nashville travaille avec les plus grands noms du new country américain, dont Chad Brownlee, Brett Young, Justin Moore, Jess Moskaluke, Reba McEntire, pour ne nommer que ceux-là.

Matt a aussi mis sa touche personnelle sur trois des huit chansons qui composent l’album. Better When I Drink — chanson qui l’a fait découvrir au Canada anglais lors du concours Top of the country —, Water Down the Whisky et Getcha sont cosignées par le chanteur.

« Même si je ne cosigne pas toutes les chansons, elles me rejoignent toutes d’une certaine manière, ajoute-t-il. Je suis très fier de cet album et j’ai vraiment hâte de pouvoir l’offrir au public et surtout jouer ces tounes-là sur scène. Ça me manque tellement. »

<em>Getcha</em> montre d’emblée les couleurs qu’aura le nouvel album de Matt Lang.

La production très « nashvillesque » de More classe cet album parmi les produits les plus intéressants du new country canadien cette année. La balade Only a Woman aura certainement une place sur les palmarès autant pop que country, tout comme Turn On Her. Déjà que Better When I Drink et Water Down the Whiskey ont une vie sur les palmarès, on devra inévitablement y ajouter Getcha. Cette pièce sera certainement la préférée des danseurs et danseuses en ligne. Quant à In a Bar, Woke Up like This et More, elles ont ce « twang » qu’il faut pour bien accrocher les cowgirls et les cowboys.

« J’ai été élevé avec du Johnny Cash, du Dwight Yoakam et du Merle Haggard, impossible pour moi de m’éloigner de mes racines. En plus, je trouve que More complète bien mon premier album qui, d’une certaine manière, pavait la voie à ce que je vais présenter. More, c’est moi, c’est ma musique, mon style. »

L’après-crise

Depuis la sortie de ce premier opus qui compte plus de 7,5 millions de streams, l’artiste a reçu quelques reconnaissances comme le prix Top of the country de Sirius XM Canada, le prix Socan musique country, trois Willie au Gala country du Québec et une nomination à l’ADISQ pour l’album anglophone de l’année.

Avant l’arrêt des activités, Lang était en tournée canadienne avec Tebey.

« C’est dommage d’avoir dû tout arrêter, on avait une belle année 2020 en vue, confie-t-il. Mais, on est tous dans le même bateau. J’espère seulement qu’on trouvera ensemble des façons de redémarrer la machine de la bonne façon, sans rien précipiter. Il faut avant tout penser à notre santé et celle de nos proches. »

Matt Lang n’a pas d’idée arrêtée sur l’après-crise.

« La reprise sera lente, selon moi. Je ne vois pas comment on pourra revenir à la normale rapidement. Mais une fois en marche, il faudra faire preuve de solidarité, autant dans le monde du spectacle que dans les autres sphères de l’activité économique et sociale. Je me verrais bien faire de la place à un artiste émergent sur ma tournée et franchement, j’espère que tout monde aura cette pensée pour les artistes de la relève ».