La page d'accueil du site Internet de TFO. Le diffuseur ontarien pourrait avoir un mandat élargi, car le gouvernement ontarien souhaite «accroître les possibilités d’apprentissage en ligne» des élèves au niveau secondaire, entre autres mesures prévues pour faciliter la reprise économique de la province.
La page d'accueil du site Internet de TFO. Le diffuseur ontarien pourrait avoir un mandat élargi, car le gouvernement ontarien souhaite «accroître les possibilités d’apprentissage en ligne» des élèves au niveau secondaire, entre autres mesures prévues pour faciliter la reprise économique de la province.

Éducation à distance: TFO est «ravie» à l'idée que son mandat soit élargi

Groupe Média TFO se réjouit du «nouveau mandat» que souhaite lui confier le gouvernement de l’Ontario.

Dans les nombreuses mesures de son projet de loi déposé mercredi pour « favoriser la reprise économique face à la COVID-19», Queen’s Park propose d’élargir les mandats de TFO et de TVO, afin de favoriser et «accroître les possibilités d’apprentissage en ligne» des élèves au niveau secondaire. « Et ce, où qu’ils habitent ou étudient», précise le projet de loi. 

Si elle est adoptée, la «Loi de 2020», modifierait des éléments de la Loi sur l’Office des télécommunications éducatives de langue française de l’Ontario (OTELFO) afin «d’élargir les mandats de TFO ».

Le projet de loi s’appliquerait aussi à TVO, en modifiant la Loi sur l’Office de la télécommunication éducative de l’Ontario. L’objectif est de permettre aux deux diffuseurs ontariens «d’assurer l’administration, la coordination et le soutien centralisés de cours en ligne animés par des enseignants dans le cadre des systèmes d’éducation [...] financés par les fonds publics». Et ce, dans les deux langues parlées à travers la province.

«Nouveau virage pour l’éducation francophone»

Groupe Média TFO a réagi mercredi après-midi à l’annonce de Queen’s Park en remerciant le gouvernement de «la confiance » qu’il lui témoigne et pour l’«opportunité d’enrichir l’enseignement» qu’il lui offre.

«Ce nouveau virage pour l’éducation francophone va stimuler de nombreuses collaborations avec les conseils scolaires et nourrir de nouveaux modèles d’apprentissage», a estimé la présidente du conseil d’administration du Groupe, Carole Beaulieu.

«Nous sommes confiants que l’expertise de Groupe Média TFO en matière de production de contenus éducatifs et culturels et d’innovation technologique saura soutenir ce grand projet de modernisation de l’apprentissage en ligne pour notre communauté», poursuit-elle, dans un communiqué.


« [...] L’Ontario deviendra un leader mondial dans l’élaboration et la prestation de l’apprentissage en ligne. »
Stephen Lecce

« Le gouvernement a pleinement confiance dans la capacité numérique et le leadership de TFO ainsi que dans son excellence à changer le paysage de l’apprentissage en ligne pour tous les élèves francophones », a laissé entendre le ministre provincial de l’Éducation, Stephen Lecce.

«Leader mondial»

«Fort du nouveau rôle confié à TFO, l’Ontario deviendra un leader mondial dans l’élaboration et la prestation de l’apprentissage en ligne », a poursuivi le ministre. 

Le directeur général des opérations de TFO, Éric Minoli, estime pour sa part que ce projet de loi «ouvre des voies prometteuses». Il voit d’un très bon œil cette «alliance de forces d’innovation reconnues». «Le savoir-faire de producteur de Groupe Média TFO ainsi que sa puissance numérique sont des atouts qui, mis aux côtés de la haute expertise pédagogique des conseils scolaires, nourriront de nouveaux modèles d’apprentissage numérique avant-gardistes et porteurs pour notre province», entrevoit-il.

Cette «collaboration de tous nos organismes» permettra de faciliter «l’important mandat de l’éducation de langue française en Ontario», estime TFO. Et c’est grâce à cette collaboration «que nous pourrons, ensemble, propulser encore plus loin le continuum de l’apprentissage en français, avec une offre de cours en ligne optimisée», analyse le diffuseur public.

La chaîne se targue de servir 2 millions d’élèves et 135 000 enseignant.e.s à travers le Canada. TFO estime que les vidéos diffusées sur son réseau de chaînes YouTube cumulent «plus de 1,3 milliard» de visionnements.