Le portrait sera exposé aux côtés d’environ 200 dessins de l’énorme collection d’oeuvres de Léonard de Vinci de la Queen’s Gallery, au palais de Buckingham, du 24 mai au 13 octobre.

Un portrait de Léonard de Vinci vient souligner les 500 ans de son décès

LONDRES - Un dessin représentant un homme barbu et pensif appartenant à la reine Élisabeth II est un portrait de Léonard de Vinci, a annoncé jeudi un conseiller artistique royal à l’occasion du 500e anniversaire de la mort de l’artiste polymathe.

Martin Clayton, responsable des gravures à la Collection royale, a déclaré que le dessin avait été réalisé par l’un des assistants de Léonard de Vinci, peu de temps avant sa mort, le 2 mai 1519.

M. Clayton a expliqué que «le nez droit élégant, la ligne de la barbe qui monte diagonalement de la joue à l’oreille» et d’autres détails ressemblent fortement au seul autre portrait connu de Léonard de Vinci réalisé de son vivant par Francesco Melzi.

M. Clayton a ajouté qu’»il y a de fortes indications que ceci est aussi une représentation de l’artiste».

Le portrait sera exposé aux côtés d’environ 200 dessins de l’énorme collection d’oeuvres de Léonard de Vinci de la Queen’s Gallery, au palais de Buckingham, du 24 mai au 13 octobre.

Les présidents italien et français devaient assister à une cérémonie jeudi à Amboise, en France, où de Vinci est décédé il y a 500 ans. Des galeries du monde entier ayant un lien avec l’artiste célèbrent son oeuvre.

Léonard de Vinci est considéré par beaucoup comme le génie ultime de la Renaissance, ayant combiné les rôles d’artiste, de scientifique et d’inventeur.

«Personne à cette époque ni à ce jour n’a jamais réussi à combiner ce génie extraordinaire dans des domaines totalement différents», a déclaré Gregory Rubinstein, responsable mondial des dessins de grands maîtres chez Sotheby’s. «Je pense que c’est ce qui est au c?ur de notre fascination.»

Sotheby’s a annoncé jeudi qu’un dessin majeur de Leonardo, rarement vu, sera exposé à New York.

La maison de vente aux enchères exposera le mois prochain dans des galeries de Manhattan le tableau «Léda et le cygne» - présenté publiquement pour la dernière fois en 2003 - dans le cadre d’une exposition sur les trésors de Chatsworth House, l’une des plus grandes maisons de campagne britanniques.

De Vinci a créé le dessin en 1506, alors qu’il travaillait sur la «Joconde». On y voit Léda, épouse du roi de Sparte, avec le dieu Jupiter, qui s’est déguisé en cygne pour la séduire.

Le dessin était une esquisse préparatoire pour un tableau qui semble n’avoir jamais été achevé.

M. Rubinstein a déclaré que le dessin «très complet et très beau» est «un document clé d’un projet perdu».

«C’était évidemment un projet assez sérieux, mais il est très mystérieux, car il n’y a pas de trace de commande et aucune peinture n’a survécu», a-t-il souligné.

Le dessin fait partie de la collection des propriétaires de Chatsworth House, les ducs de Devonshire, depuis près de 300 ans. Il a été presque perdu quand il fut prêté à une exposition à Milan en 1939, peu avant le début de la Seconde Guerre mondiale. Il a survécu à la guerre, caché dans la forteresse du château Saint-Ange, à Rome.

Les galeries new-yorkaises de Sotheby’s, récemment réaménagées par l’architecte Shohei Shigematsu, seront ouvertes au public vendredi. L’exposition sur Chatsworth House aura lieu du 28 juin au 18 septembre.