«Après avoir fait disparaître le monument en 2016, JR propose de la faire sortir de terre et d’en révéler le secret» dans «ce qui constitue son plus grand collage», a expliqué le Louvre.

Trompe l’œil géant pour les 30 ans de la Pyramide du Louvre

PARIS — Trois ans après avoir fait disparaître la Pyramide du Louvre, l’artiste français JR revient au célèbre musée parisien pour dévoiler «le Secret de la Grande Pyramide», dans un collage géant sur toute la Cour Napoléon, auquel 400 de ses fans vont participer, a annoncé le musée.

L’installation, à l’occasion des 30 ans de la Pyramide, célébrés le 29 mars, a débuté mardi et va monter en puissance jusqu’à vendredi. Toute la Cour Napoléon sera recouverte, y compris les bassins et les Pyramidions (les petites pyramides).

Le suspense a été maintenu. On sait seulement que JR veut faire surgir la pyramide du sol de manière spectaculaire, comme au milieu d’un gouffre.

400 participants bénévoles se relaieront pendant 4 jours, par groupes de 50, pour installer les lés qui formeront cette image géante en un gigantesque pachtwork. L’installation, qui sera achevée vendredi, sera visible jusqu’à dimanche.

Depuis mi-mars, cet expert mondialement connu du collage photographique conviait ses partisans, sur une plateforme dédiée, à participer à ce gigantesque trompe-l’œil. Il a tout de suite remporté un très grand succès.

Un point d’anamorphose, avec une caméra, est installé sur le toit du Louvre, inaccessible aux visiteurs. Deux écrans doivent être installés sur la cour pour que les passants puissent suivre l’évolution du collage en direct. L’événement pourra être suivi sur les réseaux sociaux.

«Après avoir fait disparaître le monument en 2016, JR propose de la faire sortir de terre et d’en révéler le secret» dans «ce qui constitue son plus grand collage», a expliqué le Louvre.

En 2016, JR avait créé sur la surface de la pyramide une reproduction en trompe-l’œil de la façade du Louvre, masquant la pyramide comme si elle n’existait plus.

En 2016 comme en 2019, JR a fait travailler ses graphistes sur une gravure à l’ancienne, dont s’inspirera l’installation sans la copier.

Trente événements sont prévus jusqu’en février 2020 pour les 30 ans de l’œuvre de verre de Ieoh Ming Pei, inaugurée dans la Cour Napoléon en 1989, à l’issue d’années de polémiques, mais aujourd’hui applaudie comme un succès.