Cette exposition itinérante qui traite de la pollution des océans et des moyens de lutter contre ce problème s’arrête à Ottawa jusqu’au 12 août.

Pour des océans sans plastique

Le Musée canadien de la nature (MCN) a levé un voile, mardi, sur le Labo des plastiques océaniques, une expo gratuite installée pour deux semaines en extérieur, aux portes du musée.

Cette exposition itinérante qui traite de la pollution des océans et des moyens de lutter contre ce problème s’arrête à Ottawa pour deux semaines (jusqu’au 12 août).

Le Labo des plastiques océaniques intègre des animations et un contenu interactif, pour mieux « encourager les visiteurs à prendre conscience de la présence de plastiques dans les océans », tout en montrant plusieurs solutions scientifiques permettant de contrer le problème, dans une perspective de collaboration internationale.

Elle prend la forme de quatre conteneurs, puisque « l’équivalent de quelque 850 conteneurs remplis de déchets plastiques » aboutit chaque jour dans les mers et les océans.

« Catastrophique »
Si ces déchets – emballages, bouteilles, jouets et meubles – « offrent un spectacle affligeant » sur les plages, « la majeure partie de ce plastique est invisible à l’œil nu, car il se décompose en minuscules fragments, sous l’action des rayons UV et des vagues ». Or, « ces microplastiques se dispersent jusqu’aux endroits les plus reculés », indique l’expo, en rappelant l’aspect « catastrophique » de la situation, « car certains matériaux plastiques prennent des siècles à se dégrader entièrement ».

Monté par le ministère allemand de l’Éducation, en collaboration avec la Commission européenne, ce Labo a été présenté à Turin, Paris, à Bruxelles, et Washington. Plus de 60 organismes scientifiques et ONG soutiennent sa démarche.

Monté par le ministère allemand de l’Éducation, en collaboration avec la Commission européenne, ce Labo a été présenté à Turin, Paris, à Bruxelles, et Washington.

« Le Musée a saisi cette occasion d’apprendre aux Canadiens les mesures qu’ils peuvent prendre pour diminuer leur usage de plastique dans leur vie de tous les jours », et de participer ainsi à l’effort de « collaboration internationale visant à protéger la biodiversité marine », a souligné la pdg du MCN, Meg Beckel.

Conscientisation
Au Canada, l’exposition est co-parrainée par les deux ministères fédéraux concernés par la pollution marine : Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) d’une part, et Pêches et Océans Canada d’autre part.

Le Labo des plastiques océaniques « contribue à sensibiliser les gens et à les inciter à agir pour que les plastiques demeurent, à l’avenir, dans notre économie, mais hors de nos océans », a résumé la ministre d’ECCC, Catherine McKenna.

Face à « la menace que pose la pollution par le plastique sur la vie marine, nous avons tous un rôle à jouer afin de garder le plastique hors de nos océans », enchérit le ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Jonathan Wilkinson, qui voit en cette exposition une « excellente occasion [...] d’en apprendre davantage sur ce phénomène mondial ».