Vue des réserves de la Banque d’art du Canada
Vue des réserves de la Banque d’art du Canada

Même fermée, la Galerie UQO reste active

Mario Boulianne
Mario Boulianne
Le Droit
Fermée depuis le 13 mars, la Galerie UQO prolonge cette fermeture jusqu’au 31 août.

Ce prolongement entraîne des conséquences sur les activités de la galerie prévues à sa programmation, dont un impact important sur l’exposition Collection de collections qui devait présenter son vernissage mercredi.

« À cette date, notre équipe aurait terminé le montage de l’exposition et serait aux derniers préparatifs pour le vernissage, d’expliquer Marie-Hélène Leblanc, directrice et commissaire de la Galerie, par voie de communiqué. Ce soir, nous aurions accueilli les visiteurs, verre de vin à la main, en lisant le descriptif de l’exposition rédigé par Jessica Minier. »

Cette exposition devait rassembler des œuvres de Moridja Kitenge Banza, Maggie Groat, Ahmet Ögüt, Marc-Antoine K. Phaneuf et Anna Torma.

Dans Collection de collections, la commissaire se positionne comme collectionneuse-chercheuse et considère les artistes à titre de collectionneurs-créateurs. 

« La notion de collection est donc spécifiquement interrogée dans une perspective de création, d’expliquer sur le même communiqué la coordonnatrice de la galerie Mirna Boyadjian. Cette exposition forme la collection d’étude utilisée par la commissaire pour observer une sélection d’œuvres-collections par cinq artistes. La Galerie UQO se présentait comme l’espace idéal pour explorer ce retour en popularité du collectionnement selon le point de vue des artistes ».


« La crise actuelle, fréquemment comparée à un temps de guerre, engendre des transformations visibles et invisibles qui nous amènent à prendre la mesure de ce qui arrive depuis nos espaces de vie et à même le rapport situé qu’on entretient avec notre milieu »
Marie-Hélène Leblanc

En ce moment, l’équipe de la Galerie UQO n’est pas présente à la galerie, qui est toujours occupée par l’exposition interrompue lors de la fermeture de l’université. 

L’exposition Collection de collections est donc reportée et sera adaptée aux activités de réouverture qui sont en cours de développement. 

Malgré l’interruption de sa programmation et de ses activités, la Galerie UQO demeure active ce printemps et le restera cet été. 

Le projet des Lettres d’un présent précaire a été lancé le 15 avril dernier. Chaque mercredi, une lettre est publiée sur le site web et les réseaux sociaux de la galerie.

« La crise actuelle, fréquemment comparée à un temps de guerre, engendre des transformations visibles et invisibles qui nous amènent à prendre la mesure de ce qui arrive depuis nos espaces de vie et à même le rapport situé qu’on entretient avec notre milieu, d’ajouter Mme Leblanc. Cette situation fait appel à notre capacité d’habiter le trouble, de composer avec le risque partagé, ici et maintenant. »

Dans cette perspective, la Galerie UQO propose une exploration collective à la suite d’une question formulée par l’anthropologue Anna Lowenhaupt Tsing dans son ouvrage Le champignon de la fin du monde. Sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme (2015) : que faire quand votre monde commence à s’effondrer ?

Pour lire le descriptif de projet en entier de même que les lettres parues à ce jour, il suffit de se rendre sur : https://galerie.uqo.ca/