ᐆᑌ ᓃᑳᓅx (ōtē nīkānōhk), par Joi T. Arcand (2018). Installation en vinyle.

Les finalistes du Prix Sobey au Musée des beaux-arts

Des œuvres des cinq finalistes du Prix Sobey pour les arts 2018 sont au cœur de l’exposition qui s’ouvre le mercredi 3 octobre au Musée des beaux-arts.

Par le biais de divers médiums, les artistes explorent les thèmes des effets de l’architecture sur le comportement (Kapwani Kiwanga, Ontario), de la mise en marché des corps et de la culture autochtones (Jeneen Frei Njootli, Côte-Ouest et Yukon), du territoire, de la langue et des savoirs ancestraux micmacs et béothuks (Jordan Bennett, Atlantique) et de l’étrangeté des mondes virtuels que nous créons et habitons (Jon Rafman, Québec).

Poor Magic, de Jon Rafman (2017). Vidéo HD monocanale avec son stéréo et installation de sièges sculptés.

Pour sa part, la résidente d’Ottawa Joi T. Arcand (Prairies et Nord) imagine des rapports inversés entre Autochtones et Blancs avec deux installations en langue crie et des photomontages qui montrent des scènes de la vie quotidienne où les affichages normalement en anglais ou en français ont été traduits dans son dialecte.

Le nom du gagnant du prix de 100 000 $ sera révélé le 14 novembre prochain.

L’exposition du Prix Sobey pour les arts 2018 restera ouverte jusqu’au 10 février 2019.