Le film Shannon Amen de Chris Dainty sera présenté jeudi à 21h15 au cinéma ByTowne et samedi 1h15 au Musée des beaux-arts du Canada.

L’animation fait son festival

Du 25 au 29 septembre, la capitale accueille la 43e édition du Festival international d’animation d’Ottawa (OIAF). L’événement, qui se veut le plus grand festival du genre en Amérique du Nord, projettera pas moins de 266 films provenant de 36 pays.

Les mordus de films, les férus d’art et les adeptes de dessins animés auront de quoi rassasier leur insatiable appétit de passionnés. Tout au long des cinq journées du festival, ils auront l’occasion de découvrir plusieurs œuvres de grands studios, ainsi que des projets d’innovation créés par des cinéastes émergents, assister à des ateliers et parcourir des expositions.

Le cinéma ByTowne, la Cour des arts, le Musée des beaux-arts, le Centre national des arts, le Château Laurier, et la Galerie d’art d’Ottawa deviendront dès mercredi des centres névralgiques de l’animation.

La programmation filmographique a été pensée pour tous, les ateliers adaptés à tous les niveaux, sans oublier InGenius Jr – une journée en famille, Animation Exposé et la soirée NiteOwl.

Programmation canadienne

Riche de 266 films – dont 74 canadiens – la programmation compte également cinq productions de l’Office national du film (ONF) : quatre courts métrages d’animation, dont Shannon Amen, du réalisateur Ottavien Chris Dinty, présenté en première mondiale, et une nouvelle expérience en réalité virtuelle.

Le candidat aux Oscars et déjà primé au OIAF, Theodore Ushev est de retour à Ottawa avec Physique de la tristesse – qui revient primé du Festival du film de Toronto.

Après avoir récolté deux prix au Festival international du film d’animation d’Annecy, Oncle Thomas – La comptabilité des jours de Regina Pessoa sera présenté en première canadienne à Ottawa, tout comme Sans objets, première œuvre réalisée à l’ONF par l’artiste audiovisuelle et musicienne de Québec Moïa Jobin-Paré.

Par ailleurs, le duo d’animateurs sélectionné aux Oscars, Clyde Henry Productions, alias Chris Lavis et Maciek Szczerbowski, offre une incursion en réalité virtuelle dans leurs souvenirs d’enfance.

Plusieurs projections spéciales se tiendront au cours des cinq jours du festival dont It Happened in France : Selection of French Animation From 1894 to 2018. Présentée le jeudi 26 septembre à la Galerie d’art d’Ottawa et le samedi 28 septembre au Musée des beaux-arts du Canada, cette séance qui retrace 125 ans de « production à la française » projettera de grands classiques, des courts métrages expérimentaux et des films restaurés.

+

NOS SUGGESTIONS

Parmi les 266 films, voici quelques propositions qui retiennent l’attention :

Les hirondelles de Kaboul de Zabou Breitman et Éléa Gobbé-Mévellec (mercredi à 19 h et samedi à 21 h 15 au cinéma ByTowne)

Le film, adapté du bestseller de Yasmina Khadra paru en 2002 se déroule à Kaboul, en 1998, alors contrôlée par les talibans. Zunaira et Mohsen, un jeune couple, espèrent que les choses vont s’améliorer ; jusqu’au moment où Zunaira est envoyée en prison. À la façon d’une aquarelle, Les hirondelles de Kaboul dépeint l’environnement sombre qui entoure les personnages en adoucissant ainsi le régime de terreur des talibans. Le film est en compétition dans la catégorie Longs-métrages.

J’ai perdu mon corps de Jérémy Clapin (vendredi à 19 h 15 et dimanche à 17 h au cinéma ByTowne)

Le film qui a récolté le prix de la Semaine de la critique à Cannes suit la vie de Naoufel. Orphelin et amputé, il s’efforce de trouver un sens à sa vie. Intelligent, poétique et drôle, J’ai perdu mon corps explore l’identité, le deuil, l’amour et le courage. Le film est en compétition dans la catégorie Longs-métrages.

Shannon Amen de Chris Dainty (jeudi 21 h 15 au cinéma ByTowne et samedi 21 h 15 au Musée des beaux-arts du Canada)

Le film du réalisateur, animateur et professeur au collège Algonquin, Chris Dainty, s’inspire des mots, de la musique et de l’art de Shannon Jamieson, pour partager le témoignage d’une jeune femme submergée par la culpabilité et l’anxiété, qui lutte pour concilier son identité sexuelle et sa foi religieuse. En plus d’avoir eu recours à différentes techniques et formats, dont l’animation 2D, Shannon Amen est le premier film à avoir utilisé la glacimation – une technique d’animation employant des sculptures de glace grandeur nature. Il est en compétition dans la catégorie Courts métrages

Le Tigre sans rayures de Raul ‘Robin’ Morales

Le film suit le périple d’un petit tigre parti à la recherche de ses rayures. Il compétitionne dans la catégorie Courts métrages d’animation pour jeune public préscolaire.

+

POUR Y ALLER

Quand ? 25 au 29 septembre

Où ? Cinéma ByTowne, le Théâtre de la Cour des Arts, la galerie Saw, le Musée des beaux-arts du Canada, le Centre national des Arts, le Château Laurier, et la Galerie d’art d’Ottawa

Renseignements : www.animationfestival.ca

+

EN CHIFFRES

28 000 Plus de 28 000 artistes, producteurs, étudiants et amateurs d’animation de partout dans le monde sont attendus au Festival international d’animation d’Ottawa fondée en 1975.