L'artiste photographe et cofondatrice du centre DAÎMÖN, Marie-Jeanne Musiol.

Hommage à Marie-Jeanne Musiol

Marie-Jeanne Musiol sera la récipiendaire du prix Hommage de la Ville de Gatineau, lors du prochain gala des Culturiades, qui se tiendra à la fin du mois.

Artiste photographe et cofondatrice du centre DAÎMÖN, Mme Musiol a fait paraître en septembre La Forêt radieuse : Un herbier énergétique, un ouvrage photographique qui invite le lecteur à observer l’empreinte électromagnétique des plantes (éditions Pierre-François Ouellette).

Sa sélection pour le prix Hommage se justifie par « son apport remarquable à la communauté artistique », a expliqué mardi 6 novembre Culture Outaouais, par voie de communiqué.

L’organisme en a profité pour dévoiler les 21 finalistes des Culturiades, dont la 19e édition se tiendra à Zibi le vendredi 30 novembre prochain.

Sept prix — et 20 000 $ en bourses — seront remis à cette occasion par Culture Outaouais et ses partenaires.

Prix du CALQ

Le très prisé Prix du CALQ, qui vient couronner l’« Œuvre de l’année en Outaouais », sera remis à une femme. Les trois œuvres concurrentes dans cette catégorie sont la pièce de théâtre MILF, de Marjolaine Beauchamp, l’exposition Tecocuahuitl : l’axe du monde, signée Dinorah Catzalco et l’essai Prendre corps, de Catherine Voyer-Léger.

Le Prix Créateur de l’année sera départagé entre l’auteure et comédienne Marjolaine Beauchamp, la metteure en scène et comédienne Magali Lemèle, et l’artiste visuel Hugo Gaudet-Dion.

AXENÉO7, le Festival Twist de Saint-André-Avellin et la Galerie UQO se retrouvent finalistes dans la catégorie Organisme de l’année, tandis que le Prix de la relève sera décerné soit au slameur Mathieu Bertrand, soit à la musicienne Sophie Bijjani, soit à l’artiste-peintre Dinorah Catzalco.

Lors du gala, la Ville de Gatineau fera connaître son Prix Coup de cœur littéraire, pour lequel six concurrents sont en lice : Julien et la torpille (Martin Dugas ; Éditions Vents d’Ouest) ; La république de l’abîme (Louenas Hassani; L’Interligne) ; La lumière de l’été n’éclaire pas toujours ce que l’on croit (Michel-Rémi Lafond ; L’Interligne) ; Baluchon au Far West (France Bolduc ; Dans la Vraie Vie) ; L’amour dans l’âme (Stéphanie Perreault ; NUM Éditeur) ; L’obscurité a neigé (Guy Jean ; Neige-Galerie).

Pour finir, on saura le 30 novembre qui, d’Éric Perron (théâtre), Dominique Saint-Pierre (musique) ou de Catherine Voyer-léger (littérature), recevra la Bourse de Résidence de création (5 000 $) remise par la Ville.