La commissaire Cornelia Hombourg

«Gauguin.Portraits» prend l’affiche

Un innovateur, un provocateur et l’auteur de sa propre fiction, tout à la fois : la première exposition au monde sur les portraits de Paul Gauguin, qui ouvre ce jeudi, dresse un tableau complexe de l’illustre peintre français.

Comme l’avait fait Van Gogh.De près en 2012, Gauguin.Portraits, l’exposition estivale principale du Musée des Beaux-Arts du Canada (MBAC), revisite l’œuvre d’un artiste célèbre sous un nouveau jour.

Plus de 70 tableaux des amis de Gauguin, de lui-même, d’autres artistes et de femmes françaises et tahitiennes y prennent l’affiche. Étudiés par l’équipe de la commissaire Cornelia Homburg, spécialiste de l’art de la fin du 19e siècle, ils en disent davantage sur le peintre lui-même que sur ceux qu’il peignait. Le postimpressionniste s’y révèle comme un innovateur dans le genre, le premier à ignorer volontairement l’identité et le statut social de ses modèles — mais aussi comme un peintre de fiction, qui représentait ses sujets de façon exagérée, symbolique, de façon à perpétuer ses propres idées et des mythes sur lui-même.

Un reportage complet sera publié dans Le Mag du samedi 25 mai.

Gauguin.Portraits gardera l’affiche jusqu’au 8 septembre.