Le Recycl’Art de Gatineau est la cible de vandales

Arts à ciel ouvert

Le Recycl’Art de Gatineau est la cible de vandales

Des œuvres présentées dans le cadre de l’exposition Recycl’Art de Gatineau ont été vandalisées.

«Nous connaissons de plus en plus de problèmes avec les vols et le vandalisme», a expliqué jeudi 13 août Gaston Therrien, le président du Centre d’art contemporain de l’Outaouais (CACO), qui chapeaute le Recycl’Art de Gatineau.

Des œuvre signées Jennifer Macklem, Éric Tardic, Angèle Lux et Béla Simo, qui trônaient à l’air libre le long du ruisseau de la Brasserie, ont notamment «fait l’objet d’actes de vandalisme», indique-t-il. 

Depuis le début de l’exposition, le 4 juillet dernier, «nous nous sommes fait voler 10 lampes, 5 piquets en métal pour affichettes et deux piquets en métal pour tenir des bannières», ajoute  Gaston Therrien. 

Une statue de Jennifer Macklem avait dans un premier temps été délestée des stéthoscopes qui la composaient, illustre M. Therrien. 

Mais «les choses se sont vraiment détériorées cette semaine», précise-t-il. «Lundi dans la nuit», quelqu’un a volé l’épée et arraché une main à la sculpture Le Petit Prince, qu’avaient réalisée Angèle Lux et Béla Simo dans le cadre de cette exposition annuelle.

Pour cette 4e édition, le Recycl’art de Gatineau expose 25 œuvres faites à partir de matériaux récupérés, et réunies autour du thème Rêve ou cauchemar.

Le Musée canadien de la nature ouvre le 5 septembre... mais on peut déjà le visiter «à 360 degrés»

Exposition

Le Musée canadien de la nature ouvre le 5 septembre... mais on peut déjà le visiter «à 360 degrés»

« Il est temps de relâcher les dinosaures ! » se réjouit le Musée canadien de la nature (MCN), qui prévoit  d’accueillir à nouveau le grand public le samedi 5 septembre, juste à temps pour la fin de semaine de la fête du Travail.

La réouverture des portes se fera en réalité dès le 29 août, mais l’accès sera réservé aux membres pendant deux jours (les 29 et 30 août), a détaillé lundi le musée d'Ottawa... qui a aussi mis en ligne une vidéo immersive permettant de visiter virtuellement ses galeries, dans un parcours à 360 degrés.

Toutes les galeries permanentes seront accessibles, lors de cette grande réouverture automnale.

En outre, une nouvelle «attraction» attend les visiteurs. Il s’agit d’une représentation de la Terre de sept mètres de diamètre, suspendue au plafond de l’atrium. Cette œuvre intitulée Gaia est signée par l’artiste britannique Luke Jerram. Le musée devait procéder à son dévoilement en avril dernier, à l’occasion de la Journée de la Terre, mais en a été empêché par sa fermeture, liée au contexte pandémique. 


Planète glace

Il faudra toutefois attendre le 25 septembre pour découvrir l’exposition Planète glace : les mystères des âges glaciaires, que le MCN présentera en primeur mondiale.

Produite par le musée, Planète glace s’intéresse au rôle de premier plan que la glace et le froid jouent dans la formation de notre planète. Elle retrace l’histoire de la Terre, en parcourant plus de 80 000 années, et s’appuie sur quelque 120 modèles et artefacts.

L’exposition sera à l’affiche jusqu’au 3 janvier 2021, après quoi elle entamera sa tournée internationale, précise le Musée par voie de communiqué.

Pour assurer la santé et la sécurité des visiteurs et celles de ses employés, l’institution rappelle que des procédures sanitaires et de distanciation physique seront mises en place.

Seules 250 personnes seront admises à la fois dans le Musée. «Les visiteurs auront donc plus d’espace et éviteront les engorgements», soutient le musée.

La billetterie fonctionnera exclusivement sur un  système de réservations en ligne. Les billets seront horodatés, avec des créneaux horaires de 15 minutes. 

De plus, «certaines zones interactives à contact élevé demeureront fermées», précise le MCN, en mentionnant «la clinique de soins aux oiseaux, le navire de recherche dans l’Arctique et le Café Nature»

Musée de l’Auberge Symmes : la mémoire de la rivière

Patrimoine

Musée de l’Auberge Symmes : la mémoire de la rivière

Située dans le Vieux-Aylmer, secteur de Gatineau où l’on préserve avec fierté le patrimoine bâti, le Musée de l’Auberge Symmes a transformé un hôtel ancestral en petit musée dédié au patrimoine régional.

Le magnifique bâtiment en pierres qui surplombe la rivière des Outaouais remonte à 1831, quand le fondateur de la ville d’Aylmer, Charles Symmes, fit construire cet hôtel où les voyageurs en provenance de Montréal avaient pris l’habitude de faire halte, avant de remonter la rivière en bateau à vapeur, vers le nord-ouest. (À cause des chutes Chaudière, ils devaient d’abord débarquer à Hull – Wrightstown, à l’époque – et se rendre en diligence jusqu’à l’auberge.) 

L’Auberge Symmes a eu différentes vocations au fil des siècles. 

Dans les années 90, la bâtisse a notamment servi de petite salle de spectacles, tandis que son deuxième étage était occupé par une galerie d’art (lesquels allaient devenir le Cabaret La Basoche et L’espace Pierre Debain, une fois déménagés), rappelle le président du Musée, Gilles Laroche.  

«Kevin Parent, Ariane Moffatt et Pierre Lapointe sont passés par là, quand ils ont commencé leur carrière», Jouant devant à peine quelques dizaines d’initiés, retrace-t-il. 

L’édifice a été classé monument historique en 1975, puis désigné lieu historique national du Canada en 1976. Cette noblesse retrouvée lui a permis de faire l’objet d’importantes restaurations en 1978-79: «La bâtisse a été entièrement [et fidèlement] reconstruite, grâce à une peinture d’époque de William Henry Bartlett», résume M. Laroche.

Le musée s’y est installé en 2003. Depuis 2016, on peut y découvrir l’exposition permanente L’Auberge Symmes: fenêtres sur l’Outaouais.  Spécialiste de la région, l’historien Roger Blanchette a supervisé le contenu de cette exposition où, d’étage en étage, s’entremêlent l’histoire de l’auberge, celle de son fondateur et celle de l’Outaouais.

L’exposition rappelle le rôle fondamental joué par la rivière des Outaouais dans le développement de la région. En parallèle, elle met en valeur le rôle «économique, social et culturel» qu’a tenu le site de l’auberge, qui sera tour à tour «débarcadère, route de passage, centre d’activité industrielle, corridor des vapeurs et sentier de loisirs».

Un rare autoportrait de Rembrandt vendu 25 millions $

Arts et spectacles

Un rare autoportrait de Rembrandt vendu 25 millions $

LONDRES — L’un des trois autoportraits de Rembrandt détenus par un particulier a été vendu aux enchères plus de 14 millions de livres mardi, chez Sotheby’s à Londres.

L’œuvre était estimée entre 12 et 16 millions de livres. Après six minutes d’enchères, elle est finalement partie pour 14,5 millions de livres (25 millions $).

<em>Racines</em>, l’ultime tableau de Van Gogh, livre son secret

Arts et spectacles

Racines, l’ultime tableau de Van Gogh, livre son secret

PARIS — Racines, l’ultime tableau qu’a peint Vincent Van Gogh le jour de sa mort, a livré son secret: une ancienne carte postale a été retrouvée montrant un taillis où figurent les mêmes racines, a révélé mardi le directeur scientifique de l’Institut Van Gogh d’Auvers-sur-Oise.

La découverte a été faite alors qu’il classait tranquillement chez lui des documents pendant le confinement en avril, a expliqué Wouter van der Veen. «Mon œil a été accroché par un détail sur une carte postale, un détail qui figurait sur le dernier tableau de Van Gogh. La configuration des racines et des troncs sur la carte postale correspondait à celle sur le tableau.»

L’entrée au MBAC sera gratuite pour 25 000 visiteurs

Musées

L’entrée au MBAC sera gratuite pour 25 000 visiteurs

Le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) a annoncé mardi 21 juillet que l’entrée en ses murs sera «gratuite pour les 25 000 premières personnes» qui en franchiront le seuil à partir de jeudi 23 juillet.

L’entrée au MBAC avait déjà été rendue gratuite tout au long de la fin de semaine dernière, façon de célébrer la réouverture du musée au public, le 18 juillet.

Cette gratuité est permise grâce au soutien des mécènes de la Fondation du Musée des beaux-arts du Canada, précise la direction du musée.  La précédent gratuité était le fruit du soutien financier de la firme Black & McDonald.

À LIRE AUSSI : L’entrée au Musée des beaux-arts du Canada est gratuite cette fin de semaine

« Nous avons le plaisir de rendre possible nous aidons le Musée à étendre son accueil chaleureux et accessible beaucoup plus largement. Nous espérons que les visiteurs trouveront du réconfort et de l’inspiration dans les salles emplies d’art du Musée », a souligné la présidente du conseil d’administration de la Fondation du MBAC, Ann Bowman, dans un communiqué.

« Grâce au généreux soutien de la Fondation du, le Musée sera en mesure d’offrir un accès gratuit à l’ensemble de sa collection nationale et de ses  expositions temporaires à 25 000 membres de notre communauté », se réjouit la directrice générale des lieux, Sasha Suda.

Cette annonce coïncide avec la réouverture d’Àbadakone | Feu continuel | Continuous Fire l’exposition acclamée d’art autochtone international dont la présentation est prolongée jusqu’au 4 octobre.

Renseignements: beaux-arts.ca.

L’entrée au Musée canadien de l’histoire et au Musée canadien de la guerre sera gratuite cet été.

Musées

L’entrée au Musée canadien de l’histoire et au Musée canadien de la guerre sera gratuite cet été.

Le Musée canadien de l’histoire (MCH) et le Musée canadien de la guerre (MCG) rouvrent leurs portes le 23 juillet. Qui plus est, «l’entrée générale sera gratuite tout au long de l’été», ont précisé lundi 20 juillet les deux institutions muséales, dans un communiqué de presse conjoint.

Les deux musées fédéraux se réjouissent de proposer «des activités extérieures amusantes pour un public de tout âge», durant leur «offre estivale spéciale».

 Les deux Musées seront ouverts du jeudi au dimanche, de 10 h à 16 h, avec des mesures de sécurité améliorées. 

Au MCH, le public pourra par exemple profiter de prestations de danse et d’activités proposées par Expériences autochtones, tandis que des démonstrations de véhicules militaires seront offertes au MCG. 

Les deux musées confirment aussi qu’ils proposeront des activités en plein-air autoguidées ainsi que des visites architecturales.

«La plupart des aires intérieures demeureront temporairement fermées », rappellent les deux institutions, mais le MCH ouvrira sa Grande galerie (où le public aura accès à des visites guidées) et la galerie LeBreton du MCG sera elle aussi accessible.

L’espace pour les visites sera restreint et «un maximum de 50 personnes par plage de visite de deux heures» sera autorisé à l’intérieur de chaque musée. 

Aussi, le public est-il encouragé à réserver ses billets en ligne (à compter du 21 juillet) sur les sites Web des Musées, pour profiter des activités offertes.

Les musées rappellent que le port du masque sera obligatoire à l’intérieur, que le respect de la distanciation physique sera surveillé, et que le nettoyage des lieux sera accru.

La terrasse du Café Panorama, au MCH, accueillera les visiteurs du MCH du jeudi au dimanche, de 11 h 30 à 20 h, avec un service aux tables.  Au MCG, la terrasse du Café rouvrira du jeudi au dimanche, de 11 h 30 à 16 h.

Des excursions d’une heure en canot (35 $)  sont par ailleurs possibles à partir du MCH, grâce à un partenariat avec Rabaska Canada. Un guide en costume d’époque accompagne le voyage. 

Les services d’Aqua-taxi le long de la rivière seront maintenus, avec des départs des deux musées, avec l’activité «Au Feel de l’eau».

La liste des activités offertes est disponible sur leurs vitrines respectives: museedelhistoire.ca et museedelaguerre.ca.

Plus de détail sur les activités virtuelles proposées se trouvent sur l'espace Musée à la maison du site web du MCH.

Tant le MCH que le MCG disent prévoir «une réouverture plus complète en septembre».

Une nouvelle murale sur la rue Bank veut donner de «bonnes vibrations»

Art urbain

Une nouvelle murale sur la rue Bank veut donner de «bonnes vibrations»

Une nouvelle œuvre murale trône au coin des rues Bank et Lisgar, dans le centre-ville d’Ottawa.

Le public est invité à rencontrer, samedi 18 juillet, entre 13h et 14h30, les auteurs de cette murale: Kalkidan Assefa, Allen André et Jimmy Baptise. 

L’œuvre s’intitule We ‘Gon Be Alright (On va ben aller). Les trois artistes l’ont complétée vendredi 17 juillet, a indiqué The Bank Street BIA (pour Business Improvement Area), l’association des commerçants du quartier. L’œuvre est une commandite de l’organisme, en partenariat avec la Ville d’Ottawa et la bannière Wallack’s Art Supplies. 

Il s’agit de la première murale à voir le jour sur la rue Bank dans le cadre du programme de subventions municipales accordées aux murales.

À bien des égards, l’art public peut servir de miroir à la société, a estimé Allen André, selon qui la murale a été pour lui «une opportunité pour comprendre comment les Ottaviens se sentent vis-à-vis de la présence des Noirs dans la communauté».

Perçue comme une «affirmation joyeuse» et positive par les grafiteurs, We Gon Be Alright est tirée du refrain de la chanson Alright de Kendrick Lamar, indique Allen André. Les paroles de la chanson (lauréate d’un prix Grammy en 2015) abordent la violence policière et les inégalités.

«Nous avons pensé que ce serait approprié, en cette période de protestations mondialisées contre le racisme systémique et des voix qui s’élèvent pour réformer l’administration de la justice et de la police.»

L’entrée au Musée des beaux-arts du Canada est gratuite cette fin de semaine

Musées

L’entrée au Musée des beaux-arts du Canada est gratuite cette fin de semaine

L’entrée au Musée des beaux-arts du Canada (MBAC), qui rouvre ses portes au public la fin de semaine prochaine, sera gratuite les 18 et 19 juillet.

«Des protocoles et des mesures de distanciation physique ont été mis en place afin de s’assurer que les visiteurs se sentent en sécurité pendant leur visite et qu’ils puissent pleinement apprécier l’art», appelle le MBAC.

Le public pourra entre autres y expérimenter l’installation immersive Motet à quarante voix, de l’artiste canadienne Janet Cardiff, et celle de l’artiste sud-africain William Kentridge More Sweetly Play the Dance.

L’exposition Beautés monstrueuses dans l’estampe et le dessin anciens européens (1450–1700) plaira particulièrement aux amateurs de Donjons et de dragons, souligne l’institution muséale.

Les familles auront accès à une trousse d’activités autoguidées ludiques remise sur demande. Ces trousses seront remises dans le jardin intérieur(situé dans les salles d’art canadien et autochtone), entre 10 h 30 et 15 h. Les familles peuvent également s’inscrire à des visites de 30 minutes offrant «des jeux dans les salles, des activités d’observation et une petite leçon de dessin».

L’entrée sera gratuite grâce au soutien financier de Black & McDonald, précise le MBAC.

Les portes seront ouvertes de de 10 h à 17 h.

Renseignements: beaux-arts.ca.

À lire aussi:

Le Musée des beaux-arts du Canada rouvrira ses portes le 18 juillet

Déconfinement: réouverture progressive de trois musées nationaux à Ottawa

Musées

Déconfinement: réouverture progressive de trois musées nationaux à Ottawa

Les trois musées nationaux d'Ottawa se préparent à rouvrir dans les prochaines semaines.

Le Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada (MAAC) sera le premier des musées d’Ingénium à  accueillir le grand public, le 1er août – après avoir procédé à une réouverture réservée aux membres d’Ingénium, les 30 et 31 juillet.

La réouverture de ses musées se fera au cours des prochaines semaines, de façon progressive, a annoncé le vendredi 10 juillet Ingénium.

Ingénium – Musées des sciences et de l’innovation du Canada est la bannière qui regroupe les trois musées fédéraux d’Ottawa consacrés aux sciences.

Le Musée de l’aviation et de l’espace du Canada (MAEC) emboîtera le pas, avec une réouverture pour les membres prévue les 6-7 août, et le 8 août pour le public. 

Le Musée des sciences et de la technologie du Canada (MSTC) accueillera quant à lui ses membres dès les 12-13 août, puis le public dans la foulée, le 14 août.

Mesures sanitaires

Des mesures sanitaires spéciales seront imposées dans le cadre de ces réouvertures, afin de tenir compte du contexte pandémique.

De nouvelles directives de sécurité ont été adoptées «sur tous nos sites», de façon à pouvoir «assurer une visite sécuritaire et agréable pour nos visiteurs, le personnel et les troupeaux» (le cheptel du musée de l’agriculture), précise Ingénium par voie de communiqué.

Chacun des musées acceptera «moins de visiteurs à la fois». Des trajets directionnels baliseront les parcours à l’intérieur des musées et la distanciation physique devra être respectée, énonce Ingénium. 

À l’évidence, puisque Santé publique Ottawa impose le port de masques dans les lieux publics en espaces clos, «les couvre-visage non médicaux seront maintenant exigés» dans les musées.

Une billetterie électronique a été mise en place (à ingeniumCanada.org): le nouveau système en ligne «exige» des visiteurs qu’ils réservent un bloc de temps spécifique, à l’achat de leurs billets. À noter: les heures d’ouverture ont aussi été modifiées.

« Nous sommes ravis de rouvrir de nouveau nos portes au public afin que nos musées puissent encore être une source de créativité, de jeu et d’apprentissage pour nos visiteurs», a commenté la pdg d’Ingenium, Christina Tessier.

«Cette nouvelle expérience muséale suscitera la même curiosité que les visiteurs ont appris à aimer sur nos sites, et ce, tout en veillant à la santé et à la sécurité [de tous]», a-t-elle estimé, «impatiente» d’accueillir à nouveau les visiteurs.

Plus de détails sur cette réouverture progressive sur le site Internet d’Ingénium.

+ + +

Les heures d’ouverture sont modifiées comme suit:

Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canadade 9 h 30 à 16 h 30 du jeudi au dimanche et les jours fériés, 

sauf le 25 décembre (entrée gratuite de 15 h 30 à 16 h 30).

Musée de l’aviation et de l’espace du Canadade 10 h à 16 h du jeudi au lundi et les jours fériés, 

sauf le 25 décembre (entrée gratuite de 15 h 00 à 16 h 00).

Musée des sciences et de la technologie du Canada: de 10 h à 16 h du mercredi au dimanche et les jours fériés, 

sauf le 25 décembre (entrée gratuite de 15 h 00 à 16 h 00).

Valérie Blais:<em> Creuser des montagnes</em> dans le sillon des aînés

Exposition

Valérie Blais: Creuser des montagnes dans le sillon des aînés

Le Centre des arts La Fab présente des oeuvres de Valérie Blais, une céramiste montréalaise à qui le centre de Chelsea consacre l’exposition Creuser des montagnes.

culturechelsea.caL’exposition sera ouverte du 6 au 30 août. Un vernissage extérieur est prévu samedi 8 août, de 14 h à 17 h.

Basée à Montréal, mais native de Chelsea, Valérie Blais «a eu envie de parler des personnes aînées» à travers  son expression artistique. L’exposition cherche donc à tisser «des liens entre les histoires, la mémoire et le geste figé dans la matière».

Jeune artiste «toujours à la recherche de nouvelles textures et couleurs», Mme Blais se concentre sur la sculpture, et mentionne se tenir à l’écart «du monde des marchés et de la production d’objets utilitaires».

Elle a ouvert en 2019 à Montréal un atelier collectif où elle «nourrit ses apprentissages» en se consacrant «intensivement» à la recherche-création, signale La Fab.

Jean-Yves Guindon poursuit sa tradition d'accueillir le grand public chez lui

Arts visuels

Jean-Yves Guindon poursuit sa tradition d'accueillir le grand public chez lui

L’artiste peintre Jean-Yves Guindon s’apprête à accueillir le grand public chez lui, à St-André-Avellin.

Les portes de sa résidence avellinoise (1072, route 321 nord) seront grandes ouvertes du 1er au 9 août, entre 13h et 16h, pour permettre la découverte de ses plus récentes oeuvres.

L’Exposition champêtre 2020 sera aussi l’occasion de mettre la main sur des reproductions giclées et des cartes de souhaits. 

Médaillé de l’Ordre de Gatineau et de l’Assemblée nationale du Québec, Jean-Yves Guindon est renommé pour les paysages champêtres qu’il couche sur ses aquarelles «lumineuses et sensibles».

Il organise chaque année depuis 1990 cette «Exposition champêtre» dans le confort de son domicile.

On peut apprécier certaines des plus récentes œuvres de l’aquarelliste ici.

Renseignements:  aquarelle@guindonjy.com; 819 983-3451

La Galerie d’art d’Ottawa rouvre ses portes

Arts visuels

La Galerie d’art d’Ottawa rouvre ses portes

La Galerie d’art d’Ottawa (GAO) s’apprête à rouvrir ses portes: elle accueillera officiellement le grand public jeudi 9 juillet.

Une ouverture restreinte est prévue la veille, mais la journée du mercredi 8 juillet sera réservée «aux gens qui travaillent aux premières lignes», a indiqué la galerie.

 L’entrée à la GAO demeure gratuite, mais les visiteurs devront avoir préalablement réservé une période, afin d’aider le personnel sur place à «assurer la sécurité du public», rappelle la GAO par voie de communiqué.  «Les visites impromptues ne sont pas possibles en ce moment», insiste l’institution.

Les réservations se font à partir de la plateforme Eventbrite, ou par téléphone, au 613 233 8699.

La GAO demande à sa clientèle de céder la plage horaire de 10h à midi aux aînés et aux personnes dont le système immunitaire est fragile. Le centre de diffusion des arts recommande aussi le port d’un masque en tout temps, durant la visite.

Sur son site Internet, la GAO a dressé à l’attention de sa clientèle une liste de consignes sanitaires et d’informations pertinentes aux visites. On y indique par exemple qu’il faut, une fois entré, se présenter au comptoir Expérience des visites. La structure d’accueil a été modifiée afin d’éviter les contacts, lit-on.

Des tablettes iPad (permettant d’obtenir les sous-titres de certaines vidéos) seront mis à la disposition des visiteurs, qui auront aussi accès à des tabourets pliants et des casques anti-bruit.

Une expo en ligne consacrée aux <em>Femmes en uniforme</em> et au pinceau de Molly Lamb Bobak

Arts visuels

Une expo en ligne consacrée aux Femmes en uniforme et au pinceau de Molly Lamb Bobak

Le Musée canadien de la guerre (MCG) consacre une exposition en ligne à Molly Lamb Bobak

Depuis ce lundi 6 juillet 2020, le MCG accueille sur sa vitrine Internet l’exposition virtuelle «Femmes en uniforme», réunissant 19 œuvres de l’artiste de guerre Molly Lamb Bobak.

Femmes en uniforme» «offre une perspective unique sur les activités quotidiennes et les réalisations des militaires canadiennes», souligne le musée, en rappelant que «près de 50 000 femmes ont servi» leur pays durant la Seconde Guerre mondiale, que ce soit au sein l’armée, la marine ou les forces aériennes.

Enrôlée en 1942 dans le Service féminin de l’Armée canadienne (CWAC), Molly Lamb Bobak fut la toute première militaire canadienne à être nommée «artiste de guerre officielle», titre qu’elle obtint en 1945, rappelle le MCG. 

«Elle a peint des membres du CWAC en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas. «À sa mort, en 2014, elle était devenue l’une des artistes les plus célèbres du Canada», rappelle la directrice générale par intérim du MCG, Caroline Dromaguet. 

 «Les œuvres de cette exposition, tirées de la Collection Beaverbrook d’art militaire du Musée, favorisent une meilleure compréhension du rôle et de la contribution des membres du CWAC», souligne-t-elle Caroline Dromaguet.

Les musées d’Ottawa-Gatineau ne rouvriront pas avant août, voire septembre

Musées

Les musées d’Ottawa-Gatineau ne rouvriront pas avant août, voire septembre

Le Musée canadien de l’histoire (MCH) et le Musée canadien de la guerre (MCG) ne rouvriront pas avant septembre... mais ils pourraient bien proposer des visites guidées extérieures, dès cet été.

Celles-ci seraient consacrées à l’architecture des lieux, précise Stéphanie Verner, du service des communications du MCH. Les deux musées veulent miser sur leur architecture, qui «est quand même assez spectaculaire et unique», dit-elle.

«On cherche à animer nos espace extérieurs. [...] On vise le milieu de l’été, mais on ne peut pas donner de date précise», dit-elle.  La fréquence ou la durée des visites reste à déterminer, tout comme la taille des groupes.

Les deux institutions sont «en train d’explorer ce qu’il est possible de faire pour offrir certaines expériences muséales aux visiteurs, cet été», promet-elle. «On souhaite que les gens puissent profiter de nos établissements, tant le MCH que le MCG», résume Stéphanie Verner. Parmi ces initiatives transitoires, on songe à «ouvrir la Grande Galerie» – tout en limitant l’accès à «un nombre restreint de visiteurs», pour rester en «conformité avec les mesures de sécurité» sanitaire. «On planche sur diverses façons d’organiser tout ça, tout en respectant les règles de distanciation.»

Le MCH envisage aussi de poursuivre – quitte à adapter certains détails – ses collaborations avec certains partenaires traditionnels comme Experience autochtone et le service de navettes d’Aqua Taxi, pour dynamiser l'offre d'activités extérieures.

La Galerie Alpha se veut aux premières loges de la «renaissance des arts» post-COVID

Vernissage

La Galerie Alpha se veut aux premières loges de la «renaissance des arts» post-COVID

Entendant bien «prouver que le confinement n’a pas eu la peau de la culture», la galerie Alpha, à Ottawa, souligne sa réouverture en organisant deux vernissages.

À l’heure de «célébrer la renaissance de l’Art », la galerie Alpha rouvre ses portes au public, ce jeudi 18 juin à 16h, en tenant un premier vernissage qui se prolongera jusqu’à 21h. 

Celui-ci est l’occasion de présenter les œuvres d’une vingtaine d’artistes, et ce dans la perspective de «mettre en avant le travail accompli par les artistes durant cette période d’isolement».

La galerie se dit soucieuse des protocoles sanitaires mis en place un peu partout. Lors de cette réouverture, la capacité d’accueil sera donc limitée à 40 personnes, afin de permettre le respect des mesures de distanciation sociale. On y dispensera aussi des solutions hydro-alcooliques.

Un second vernissage est prévu d’ici deux semaines. Il sera consacré à l’artiste Québécoise Diane Lacaille, qui proposera une nouvelle série d’œuvres.

L’exposition <em>Récits des rivières de la Petite-Nation et de la Lièvre</em> reprendra vie en version numérique

Arts visuels

L’exposition Récits des rivières de la Petite-Nation et de la Lièvre reprendra vie en version numérique

L’exposition permanente Récits des rivières de la Petite-Nation et de la Lièvre, qui a meublé l’ancien Centre d’interprétation du patrimoine de Plaisance de 2012 à 2018, renaîtra de ses cendres sous une formule «en ligne» à compter de l’automne prochain.

L’organisme Patrimoine et Chutes de Plaisance, qui a procédé à la vente de son centre d’interprétation du patrimoine à l’automne dernier, confirme avoir donné le mandat à l’entreprise Cinémanima, détentrice des droits d’auteur de l’exposition originale, afin qu’elle réalise le «reformatage» des quelque 76 capsules vidéos qui composent cette oeuvre proposant «un tour d’horizon complet du patrimoine géologique, naturel, humain, industriel et culturel de la MRC de Papineau».

Les courts métrages mettant en vedette les témoignages de plus de 200 personnes de la région seront mis en ligne sur le site Web de Patrimoine et Chutes de Plaisance au début de l’automne, affirme le directeur général de Patrimoine et Chutes de Plaisance, Pierre Bernier. Le projet réalisé au coût d’environ 13 000$ aurait dû voir le jour plus tôt, mais la pandémie de COVID-19 et la longue période de confinement ont ralenti le processus. 

«C’est une exposition dans laquelle on retrouvait des panneaux d’interprétation, du texte, des photos, mais il y avait surtout 76 vidéos. L’essentiel, c’était les vidéos et ce sont ces capsules que nous allons mettre en ligne. Une exposition permanente dure environ 10 ans et nous arrivions au moment où nous devions repenser au concept, mais avec les circonstances entourant la fermeture des portes du centre d’interprétation, nous avons décidé d’opter pour la mise en ligne de l’excellent contenu que nous avions déjà», explique M. Bernier à propos de la formule choisie pour faire revivre Récits des rivières de la Petite-Nation et de la Lièvre.

«Au fond, notre organisme a une vocation patrimoniale alors on poursuit notre mission patrimoniale de façon un peu différente, même si nous avons dû fermer et vendre notre centre l’année dernière», ajoute-t-il.

Afin de mener à terme le projet, l’organisme a obtenu une aide financière de 4000$ du Fonds culturel de la MRC de Papineau, dans le cadre de l’Entente de développement culturel entre le ministère de la Culture et des Communications et la MRC. La firme Cinémanima (1700$), le Réseau du patrimoine de Gatineau et de l’Outaouais (1 080$) et JLDesign (342$) vont aussi contribuer à la numérisation de l’exposition. Patrimoine et Chutes de Plaisance investit 5000$ dans la réalisation du projet.

Une fois que l’exposition, «la plus complète jamais réalisée sur l’histoire de la MRC de Papineau» sera lancée sur Internet, des capsules seront également diffusées sur les réseaux sociaux afin de promouvoir le tout, a mentionné M. Bernier.

Une œuvre attribuée à Banksy, volée au Bataclan à Paris en 2019, retrouvée en Italie

Expositions

Une œuvre attribuée à Banksy, volée au Bataclan à Paris en 2019, retrouvée en Italie

ROME — Une œuvre attribuée à Banksy, hommage aux victimes des attentats de novembre 2015 à Paris et volée en 2019 au Bataclan, a été retrouvée au cours d’une opération des forces de l’ordre dans le centre de l’Italie, a-t-on appris mercredi auprès des carabiniers.

«Nous avons récupéré la porte volée au Bataclan avec une œuvre de Banksy représentant la jeune fille triste», a indiqué à l’AFP un officier supérieur des carabiniers à Teramo.

Aislinn Leggett réalisera la mission photographique en Outaouais

Arts

Aislinn Leggett réalisera la mission photographique en Outaouais

L’artiste Aislinn Leggett a été sélectionnée pour réaliser la mission photographique en Outaouais en 2020-2021.

Le Centre d’exposition L’Imagier a dévoilé jeudi le nom de la lauréate dont le travail alimentera les Rencontres internationales de la photographie en Gaspésie 

La photographe devra «documenter des aspects du paysage contemporain» de la région. 

Les résultats de ses recherches seront d’abord présentés au centre L’Imagier, en 2021. L’année suivant, son travail sera exposé aux Rencontres internationales de la photographie en Gaspésie. 

Originaire de Namur, Aislinn Leggett avait déjà présenté la série Enter the Great Wide Open aux Rencontres en 2012, rappelle L’Imagier.

Dans le cadre de ce projet, elle a l’intention de poser un regard sur «l’importance de préserver la biodiversité» à travers des images animées et fixes, rapporte L’Imagier. Des réflexions écrites alimenteront son processus.

Préoccupations environnementales

L’artiste souhaite «explorer l’idée de l’art nature et des interventions sur le paysage». «Elle cherchera à modifier l’espace en déplaçant des éléments dans le paysage afin de créer des installations sculpturales éphémères», notamment en y intégrant de la laine et des objets ayant appartenu à sa grand-mère, poursuit L’Imagier. 

Elle s’intéressera plus particulièrement à des lieux de l’Outaouais qui pourraient avoir un lien historique avec ses racines.

« Laisser ma marque sera un rappel visuel de la façon dont l’humain s’impose sur la nature, un rappel que même les plus petits gestes ont des répercussions sur les ressources naturelles », explique l’artiste, Aislinn Leggett. 

L’artiste dit espérer que son travail photographique saura «contribuer au dialogue» sur les préoccupations environnementales croissantes tout en «favorisant la discussion» entre divers groupes sociaux.

Le Musée d’Orsay acquiert un tableau de Manet d’après un portrait de Filippino Lippi

Expositions

Le Musée d’Orsay acquiert un tableau de Manet d’après un portrait de Filippino Lippi

Le Musée d’Orsay a acquis par préemption lors d’une vente sur internet de Christie’s un tableau de jeunesse d’Édouard Manet, «Tête de jeune homme», d’après un autoportrait de Filippino Lippi, enrichissant encore sa vaste collection de l’artiste, a annoncé mercredi le musée.

Le prix au marteau de l’oeuvre lors de la vente était de 95 000 euros.

L’épopée de Hansen au Musée canadien de l’Histoire

Actualités culturelles

L’épopée de Hansen au Musée canadien de l’Histoire

Le périple autour du monde de Rick Hansen sera raconté par l’entremise d’une exposition du Musée canadien de l’Histoire (MCH), situé à Gatineau.

Le Musée a fait l’acquisition de la collection de la Tournée mondiale Rick Hansen. Les artéfacts de cette tournée font désormais partie de la collection nationale du Musée, a annoncé le pdg du MCH, Mark O’Neil.

«Ces artéfacts seront conservés au Musée et aideront à raconter l’histoire impressionnante de Rick Hansen et de son équipe, a indiqué M. O’Neil par voie de communiqué. Cette collection montre comment M. Hansen a rallié le soutien du public au Canada et à l’étranger et a changé à jamais la perception des gens à l’égard des personnes handicapées. Le Musée est ravi et reconnaissant que M. Hansen lui ait fait don de cette précieuse collection, qui aidera à raconter sa remarquable histoire et à inspirer les générations à venir ».

L’annonce de cette acquisition a été faite lors d’un évènement virtuel qui s’est déroulé vendredi dernier. Celui-ci a été mis en ligne sur le site Musée à la maison. Il comprend un entretien avec Rick Hansen, des photos d’archives, des éléments clés de la collection et des vidéos inédits des gens qui ont participé à la tournée à propos d’artefacts significatifs.


Le Louvre virtuel plébiscité par plus de 10 millions de visites en 71 jours

Expositions

Le Louvre virtuel plébiscité par plus de 10 millions de visites en 71 jours

PARIS — Le musée du Louvre, qui a multiplié son offre sur internet et les réseaux sociaux pendant le confinement, a été plébiscité avec 10,5 millions de visites, dont une part considérable depuis les États-Unis, a indiqué le musée à l’AFP.

Ces visites sur 71 jours (12 mars-22 mai) sont à comparer avec l’année 2019 pour laquelle le plus grand musée du monde avait totalisé 14,1 millions de visites.

Alors que le flou règne sur une date de réouverture, qu’elles espèrent à l’été, les équipes du musée sont attentives à proposer chaque semaine de nombreuses ressources virtuelles en anglais, les premiers visiteurs habituels du musée étant les Américains, avant les Chinois.

La fréquentation a connu surtout un pic pendant les premières semaines du confinement avec 330 000 visites en moyenne. 90 % des visiteurs étaient non-francophones, contre actuellement 77 %.

Du 12 mars au 22 mai, 16 % des visites ont été faites depuis la France ... contre 17 % depuis les États-Unis.

Pour Sophie Grange, sous-directrice de la communication du Louvre, «la conjugaison du cellulaire et des réseaux sociaux» consacre le triomphe de l’image virtuelle et les grands musées n’ont pas d’autre choix que d’exploiter au mieux ces médias pour se faire connaître d’un public élargi, à la maison.

«On lutte un peu, car l’oeuvre d’art n’est pas une image et on doit se promener autour d’elle, l’oeuvre d’art exigerait une vraie rencontre», admet-elle à l’AFP.

L’appli proposant une expérience en réalité virtuelle, En tête à tête avec la Joconde (téléchargée plus de 10 500 fois) et un nouveau service pour les enfants (petitlouvre.louvre.fr), qui rassemble des contes animés correspondant à des oeuvres du musée (76 000 visites) ont particulièrement bien marché.

Grâce à #LouvreChezVous, #CultureChezNous ou encore #MuseumFromHome, les comptes du Louvre ont gagné 302 500 abonnés et sont aujourd’hui suivis par 8,83 millions de personnes.

Le compte Instagram est particulièrement populaire, progressant très rapidement : il a franchi les 4 millions d’abonnés, ce qui fait du Louvre le musée d’art ancien le plus suivi sur cette plateforme, selon le musée.

C’est d’ailleurs sur Instagram que des responsables du Louvre se sont librement associés au défi lancé par le Getty et d’autres musées, pour reconstituer en famille des scènes de leurs tableaux préférés.

La visite virtuelle de la salle des Cariatides fait un carton sur les réseaux sociaux. Tout comme les podcasts «Les Odyssées du Louvre» pour les 7-12 ans, lancés en partenariat avec France Inter : 10 épisodes sur les mystères, oeuvres ou figures majeures du musée, comme le vol de la Joconde, la victoire de Samothrace ou encore Akhenaton...

Une Italienne gagne un tableau de Picasso

Expositions

Une Italienne gagne un tableau de Picasso

PARIS — Le tirage de la loterie caritative Un Picasso pour 100 euros devant financer des projets d'accès à l'eau en Afrique de l'ONG CARE, a attribué mercredi la toile Nature morte à une Italienne, et plus de 5,1 millions d'euros ont été au total souscrits.

Le tirage électronique, retransmis en direct sur internet, se déroulait en tout petit comité chez Christie's. La bénéficiaire est une Italienne, qui a décroché le tableau grâce à un billet qu'on lui avait offert.

Même fermée, la Galerie UQO reste active

Arts visuels

Même fermée, la Galerie UQO reste active

Fermée depuis le 13 mars, la Galerie UQO prolonge cette fermeture jusqu’au 31 août.

Ce prolongement entraîne des conséquences sur les activités de la galerie prévues à sa programmation, dont un impact important sur l’exposition Collection de collections qui devait présenter son vernissage mercredi.

« À cette date, notre équipe aurait terminé le montage de l’exposition et serait aux derniers préparatifs pour le vernissage, d’expliquer Marie-Hélène Leblanc, directrice et commissaire de la Galerie, par voie de communiqué. Ce soir, nous aurions accueilli les visiteurs, verre de vin à la main, en lisant le descriptif de l’exposition rédigé par Jessica Minier. »

Cette exposition devait rassembler des œuvres de Moridja Kitenge Banza, Maggie Groat, Ahmet Ögüt, Marc-Antoine K. Phaneuf et Anna Torma.

Dans Collection de collections, la commissaire se positionne comme collectionneuse-chercheuse et considère les artistes à titre de collectionneurs-créateurs. 

« La notion de collection est donc spécifiquement interrogée dans une perspective de création, d’expliquer sur le même communiqué la coordonnatrice de la galerie Mirna Boyadjian. Cette exposition forme la collection d’étude utilisée par la commissaire pour observer une sélection d’œuvres-collections par cinq artistes. La Galerie UQO se présentait comme l’espace idéal pour explorer ce retour en popularité du collectionnement selon le point de vue des artistes ».

Le MNBAQ offre gratuitement ses guides des collections

Expositions

Le MNBAQ offre gratuitement ses guides des collections

À défaut de pouvoir accueillir des visiteurs dans son enceinte, pour l’instant, le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) permettra aux gens de parcourir virtuellement ses expositions. L’institution offre en ligne ses cinq guides : Art inuit. La collection Brousseau; Arts décoratifs et design du Québec; Art ancien du Québec; Art moderne du Québec et Art contemporain du Québec.

Les trois premiers livres seront accessibles à compter du 11 mai sur à la section Le Musée à la maison du site Internet du MNBAQ. Les deux autres suivront dans les prochaines semaines.

Coronavirus: Banksy rend hommage aux soignants britanniques [VIDÉO]

Arts et spectacles

Coronavirus: Banksy rend hommage aux soignants britanniques [VIDÉO]

LONDRES — Une œuvre de Banksy rendant hommage aux personnels soignants, en première ligne dans la lutte contre le coronavirus, a été installée dans un hôpital du Royaume-Uni et sera vendue aux enchères au profit du système de santé britannique.

L’œuvre en noir et blanc du célèbre street artist britannique représente un garçonnet en salopette, à genoux, brandissant la poupée d’une super héroïne, une infirmière portant cape, masque et tablier orné d’une croix rouge, seule touche de couleur. Dans une corbeille près de l’enfant, on aperçoit Batman et Spiderman, délaissés.

Le célèbre photographe américain Peter Beard retrouvé mort

Arts

Le célèbre photographe américain Peter Beard retrouvé mort

NEW YORK — Le célèbre photographe américain Peter Beard, connu pour ses clichés animaliers mais aussi mondains, a été retrouvé mort dimanche non loin de sa résidence de Montauk, à l’est de New York, ont annoncé ses proches.

Atteint de démence sénile, le New-Yorkais d’origine était porté disparu depuis le 31 mars, date à laquelle il avait été aperçu pour la dernière fois à l’extérieur de sa maison. Il était âgé de 82 ans.

Des œuvres d’art aux balcons berlinois [PHOTOS]

Expositions

Des œuvres d’art aux balcons berlinois [PHOTOS]

BERLIN — Alors que galeries et musées sont clos pour cause de pandémie, une cinquantaine d’artistes installés à Berlin présentent leurs œuvres... sur leur balcon et invitent le public à «une promenade intime» à la découverte de leurs créations.

«Alors que notre liberté de déplacement est suspendue, (les balcons) sont devenus des sites uniques de performances au quotidien ou de mobilisation civique», explique le collectif d’artistes qui a monté ce projet dans le quartier artistico-bobo de Prenzlauer Berg, dans l’Est de la capitale.

La «Sainte-Trinité», selon Christian Quesnel [PHOTOS]

Arts visuels

La «Sainte-Trinité», selon Christian Quesnel [PHOTOS]

À l’approche de Pâques, le bédéiste Christian Quesnel a mis en vente trois aquarelles représentant sa « Sainte Trinité ».

Il ne s’agit pas, bien sûr, d’images religieuses, mais plutôt de la représentation des personnages principaux de la trame qui se joue présentement au Québec pour ralentir la pandémie de coronavirus, soit le premier ministre François Legault, la ministre de la Santé Danielle McCann et le directeur de la santé publique, le Dr Horacio Arruda. Ce que le bédéiste appelle affectueusement sa « Sainte Trinité »

« J’ai voulu lancer un message d’encouragement, un message qui donne de l’espoir aux personnes les plus démunies qui vivent cette crise difficilement, de confier l’artiste, lorsque joint par Le Droit. Le confinement, je connais bien ça puisque je travaille toujours seul, dans mon studio. Mais pour d’autres, cette situation peut être un véritable cauchemar. »

COVID-19: un fonds d’urgence pour les artistes visuels

Arts

COVID-19: un fonds d’urgence pour les artistes visuels

Le Regroupement des artistes en arts visuels du Québec (RAAV) a annoncé mardi 7 avril la mise en place «immédiate» d’un fonds spécial destiné à aider les artistes en arts visuels victimes  d’annulations de contrats en raison de la pandémie du Covid-19.

Cette aide spéciale ne se substitue pas au programme d’aide financière d’urgence existant déjà via le Fonds Serge-Lemoyne (FSL), mais vient s’y ajouter, précise l’organisme par voie de communiqué. Les deux aides pourront donc être cumulées. 

Cette mesure s’applique rétroactivement au 15 mars 2020 et restera en vigueur « jusqu’à la date de levée de l’état d’urgence» décrété au Québec en raison de la pandémie, «ou jusqu’à l’épuisement des fonds réservés à cette aide spéciale», stipule le RAAV.

Ce coup de pouce financier est limité à un plafond de 500$ par demande. 

Cette aide spéciale, explique  le RAAV, s’inspire du fonds d’aide mis en place par Netflix pour renflouer la Fondation des artistes ainsi que l’Actors’ Fund of Canada, afin d’aider les artistes de l’audiovisuel. 

Le formulaire à remplir, disponible ici, doit être retournée à l’adresse reception@raav.org.

Renseignements: raav.org ; 514 866-7101 ; helene.pappathomas@raav.org