L’animation de Michel Robichaud sera surtout axée sur l’humour, laisse savoir celui qui possède un talent certain pour le «racontage». «Outre les présentations, je partagerai quelques anecdotes de mon passage au Festival en 2014 et plusieurs moments cocasses vécus en temps de pandémie», dit-il.
L’animation de Michel Robichaud sera surtout axée sur l’humour, laisse savoir celui qui possède un talent certain pour le «racontage». «Outre les présentations, je partagerai quelques anecdotes de mon passage au Festival en 2014 et plusieurs moments cocasses vécus en temps de pandémie», dit-il.

Animation du FICG: le beau défi de Michel Robichaud

Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est
Michel Robichaud s’apprêtait à quitter Granby, lundi matin, lorsqu’il s’est entretenu avec La Voix de l’Est. Six ans après lui-même avoir été sacré lauréat du Festival international de la chanson de Granby, il est revenu y passer une semaine pour le même événement, mais une tout autre expérience.

En acceptant d’animer les quatre demi-finales, en début d’année, l’auteur-compositeur-interprète était bien loin de se douter qu’il aurait à le faire devant une caméra plutôt qu’un Palace rempli à craquer.

C’est que, rappelons-le, le FICG s’est tourné vers une édition virtuelle cette année, pandémie oblige.

À LIRE AUSSI: Festival international de la chanson de Granby : entièrement virtuel et gratuit

Les quatre demi-finales ont donc été préenregistrées entre le 9 et le 16 août, et seront diffusées en ligne du 18 au 21 sur la page Facebook, le compte YouTube et le site officiel du Festival. Précisons également qu’il n’y aura pas de grande finale, donc aucun gagnant, mais 21 prix seront tout de même remis.

Un travail de longue haleine

Si le mandat initial donné à Michel Robichaud n’a pas tant changé avec cette nouvelle réalité, la façon de faire, elle, était tout autre, explique celui qui avait animé une des demi-finales en 2018.

«Tout le monde a eu à s’adapter à une version plus plateau de télévision que spectacle. C’était d’ailleurs la première fois que je parlais à une caméra sans public, admet-il. La première journée de tournage a été un peu plus difficile, mais je pense que j’ai gagné en aisance par la suite. »

Ajoutez à cela qu’il a reçu les cartons devant le guider quelques jours seulement avant les tournages, plutôt que quelques semaines d’avance, comme c’est normalement le cas. « C’est sûr que ça ajoutait de la pression. Mais c’était une pression stimulante. J’ai passé pas mal de temps, le soir, à travailler mes textes dans ma chambre d’hôtel. Disons que je n’ai pas eu beaucoup de temps pour visiter la ville ou pour voir le soleil », note-t-il.

Les quatre demi-finales ont donc été préenregistrées entre le 9 et le 16 août, et seront diffusées en ligne du 18 au 21 sur la page Facebook, le compte YouTube et le site officiel du Festival.

Les journées se sont facilement étirées du matin jusqu’au soir, et il n’a pas été rare d’enligner douze heures de travail d’affilée, fait-il valoir. « Les demi-finalistes avaient chacun deux jours au Palace: une journée de répétition, et une journée de captation. Pendant la première, j’étais présent pour les écouter, bien sûr, et aussi pour les capter au vol l’un après l’autre pour jaser de leur présentation et valider certaines informations. Pendant la deuxième, on enregistrait mes animations entre leurs prestations. »

À LIRE AUSSI: Un 52e Festival de la chanson de Granby entre défis et adaptation

Ses interventions seront surtout axées sur l’humour, laisse savoir celui qui possède un talent certain pour le « racontage ». « Outre les présentations, je partagerai quelques anecdotes de mon passage au Festival en 2014 et plusieurs moments cocasses vécus en temps de pandémie. »

Un nouveau studio

Parlant de pandémie, comment Michel Robichaud a-t-il traversé cette pause forcée? « Honnêtement, pour moi, ça a bien tombé. Il ne me restait que trois spectacles à ma tournée, donc je n’ai pas tant l’impression d’avoir été privé de quoi que ce soit », avoue-t-il.

L’artiste de 35 ans a surtout profité des derniers mois pour concrétiser un projet qu’il a dans sa mire depuis sa victoire au Festival de la chanson: créer son propre studio d’enregistrement.

«J’ai complètement transformé mon garage dans le but de réaliser des albums, de faire des collaborations avec d’autres artistes et peut-être même le louer, ou offrir mes services d’ingénieur de son», dit celui qui habite les Laurentides.

Avec tout ça, il n’a pas encore eu le temps de se pencher sur une suite à son Beau mystère (2014) et Tout refaire (2018). « Je ne suis pas un auteur-compositeur-interprète qui ne vit que pour sa musique. Mon processus créatif inclut une longue période d’observation, où la musique disparaît parfois complètement de ma vie, et après, j’y reviens et ponds tout d’un coup. Ça va venir, un troisième album, ne soyez pas inquiets! » tient-il à nous rassurer.

+

AU PROGRAMME LE MARDI 18 AOÛT

Première soirée de demi-finales avec:

  • Audâze (Saint-Roch-de-Richelieu, Québec)
  • éemi (Saskatoon, Saskatchewan)
  • Ariane Roy (Québec, Québec)
  • Jalapeño Papa (East Hants, Nouvelle-Écosse)
  • Kinkead (Sainte-Foy, Québec)
  • Maxime Lapointe (Granby, Québec)

La diffusion a lieu gratuitement à 19 h 30 sur la page Facebook, le compte YouTube et la page officielle du Festival international de la chanson de Granby (www.ficg.qc.ca).