Le metteur en scène Olivier Choinière garde une part de mystère au sujet de sa pièce.

26 mots pour nous (re)penser

Pour la quatrième mouture de ses 26 lettres présentée dans le cadre de Scène Canada, le 28 juin au Centre national des arts, l'homme de théâtre Olivier Choinière s'est inspiré du 150e anniversaire de la Confédération pour soumettre ces 26 mots. Entendra-t-on parler de d'« A»ustérité, de « C»onstitution, de « M»ulticulturalisme, de « P»euples (Premiers ou fondateurs) ou de « S»olidarité, c'est-à-dire de « N»ous ? Impossible de confirmer quels termes le principal intéressé a sélectionnés pour cette soirée unique. « Le choix des mots fait partie de l'effet surprise de la soirée ! » clame-t-il en riant.
On connaît toutefois les noms des 26 personnalités des quatre coins du pays - et provenant également de tous les horizons - qu'il a invité à prendre part active à l'exercice de réflexion. Parmi elles, l'ex-politicienne Françoise David, l'artiste hip-hop Muskokay Lindsay « Eekwol » Knight, le poète officiel du Parlement du Canada George Elliott Clarke ou encore le chroniqueur du Maclean's Paul Wells. Mais aussi des artistes originaires de la région ou y habitant : la slameuse Marjolaine Beauchamp, les écrivaines Monia Mazigh et Marie-Hélène Poitras, de même que le comédien, poète et auteur acadien Gabriel Robichaud.
Chacun d'eux a reçu un mot « dont on a perdu le sens, soit parce qu'il a été dénaturé par le discours ambiant, soit parce que le mot a été tellement galvaudé qu'il ne veut plus rien dire ».
Les 26 mots qui seront déclinés - en ordre alphabétique - le 28 juin sont donc tous liés à l'histoire, à la politique et à l'actualité socio-économique canadiennes. Et les personnalités choisies ont dû prendre la plume ou le clavier pour (re)donner un contexte audit mot qui leur a été attribué.
« Sans présumer de la nature des propos soutenus par les 26 participants, il y aura assurément un accent politique et critique, en contrepoids à l'esprit de célébration du 150e, fait valoir Olivier Choinière. On entendra toutes sortes de flèches pour contrer la langue de bois, la surutilisation de mots qu'on nous sert parfois comme des épouvantails pour nous empêcher de penser. »
Car de l'avis de l'homme de 43 ans, plusieurs mots « nous ont été volés ». « On assiste à une guerre dont les victimes collatérales sont les mots-mêmes que certaines utilisent comme des armes de destruction massive », déplore-t-il.
D'où l'importance, selon lui, de les (re)penser collectivement, pour leur (re)conférer sens et portée.
de l'Acte d'écrire
Les 26 lettres du spectacle ne relèvent toutefois pas seulement de l'alphabet. Elles s'incarnent concrètement en 26 missives qui seront postées à ceux à qui elles sont destinées.
« Chaque personne s'adresse à une autre, son enfant, un parent ou un ami, voire quelqu'un avec qui elle aimerait entamer un dialogue. Il ne s'agit donc pas d'un discours, ni d'une lettre ouverte, mais bien de quelque chose de plus personnel, voire de plus intime », rappelle l'instigateur du projet.
Olivier Choinière apprécie ce geste quasi désuet qui s'inscrit à contre-courant de l'instantanéité que présupposent les textos et des idées (pré)conçues s'exposant en 140 caractères.
« Écrire une lettre marque un temps de dépôt, de recul, qui relève moins du défoulement. Ça ouvre un lieu de réflexion de plus en plus rare dans l'espace public. »
« De plus, c'est une invitation à réfléchir à deux, le début d'un dialogue, une première réplique qui pourrait donner lieu à un échange », insiste-t-il.
Si Olivier Choinière a éclaté la distribution dans les genres de prises de parole et en prenant soin de refléter plusieurs générations, c'est d'ailleurs pour mieux créer des contrastes. Il a néanmoins tenté d'éviter « un casting trop évident ».
« Personne n'est là pour représenter qui que ce soit d'autre que lui ou elle, ni n'a été sélectionné pour porter le poids de prendre la parole au nom de sa communauté ou de son peuple. Chacun est là pour partager son propre point de vue sur le mot qu'il ou elle a reçu. »
POUR Y ALLER 
Le 28 juin, 19 h 30
Centre national des arts
Billetterie du CNA ; 1-888-991-2787 ou ticketmaster.ca