Web

Les effacés de l’histoire régionale en podcast

Gaby Déziel-Hupé, James Patrick Maloney, la famille Laflèche: des personnages qui ont marqué à leur façon le paysage culturel de l’Outaouais seront ramenés dans l’oreille du public dans la série de balladodiffusions L’Histoire secrète de l’Outaouais.

Un nouveau podcast de la série de cinq épisodes sera mis en ligne chaque jeudi, à compter du 20 septembre.

Arts et spectacles

La culture s’invite dans la campagne

Culture Outaouais s’est invité dans les élections provinciales Québec en présentant, mercredi 19 septembre, cinq propositions destinées à « alimenter le débat électoral » sur des enjeux culturels spécifiques à la région de l’Outaouais, d’ici le 1er octobre.

L’organisme souhaite attirer l’attention du futur gouvernement du Québec sur deux enjeux « primordiaux » : « la réalité frontalière de l’Outaouais avec l’Ontario » et « la protection du patrimoine régional ».

Cinéma

Oscars: «Chien de garde» représentera le Canada

«Chien de garde», de Sophie Dupuis, a été sélectionné pour représenter le Canada dans la course à l’Oscar du meilleur long métrage en langue étrangère.

Le film raconte l’histoire de JP, qui vit avec son frère Vincent, sa mère Joe et sa copine Mel dans un petit appartement de Verdun. Constamment sur la corde raide, JP tente de conserver un équilibre entre les nombreux besoins de sa famille dont il se sent responsable, son travail de collecteur qu’il fait avec son frère et ses fonctions dans le cartel de drogue de son oncle Dany qu’il considère comme un père.

«Chien de garde» met en vedette Jean-Simon Leduc, Théodore Pellerin, Claudel Laberge, Maude Guérin et Paul Ahmarani.

Depuis sa sortie en salle, ce premier long métrage de Sophie Dupuis a été présenté en compétition dans près d’une vingtaine de festivals à l’international. Le long métrage a également récolté trois prix Iris lors du dernier Gala Québec Cinéma: Meilleure interprétation féminine, premier rôle, Révélation de l’année et Meilleur montage.

Lors de l’annonce de sa sélection, mercredi après-midi à Montréal, Sophie Dupuis s’est dite «encore bouche bée» que son film ait été retenu dans la course à l’Oscar.

«Chien de garde» s’opposera maintenant à des dizaines d’oeuvres dans l’espoir d’obtenir une nomination à la 91e cérémonie des Oscars, qui se tiendra le 24 février, à Hollywood.

Chaque pays a jusqu’au 1er octobre pour désigner la production qui le représentera dans la catégorie du meilleur film en langue étrangère, puis l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences procédera à deux vagues de vote pour finalement retenir cinq finalistes.

Pour être admissible, un film doit avoir été produit à l’extérieur des États-Unis et ses dialogues doivent principalement se dérouler dans une autre langue que l’anglais.

————

Les derniers films canadiens soumis:

2017: «Hochelaga, terre des âmes», François Girard

2016: «Juste la fin du monde», Xavier Dolan

2015: «Félix et Meira», Maxime Giroux

2014: «Mommy», Xavier Dolan

2013: «Gabrielle», Louise Archambault

2012: «Rebelle», Kim Nguyen (finaliste à l’Oscar)

2011: «Monsieur Lazhar», Philippe Falardeau (finaliste à l’Oscar)

2010: «Incendies», Denis Villeneuve (finaliste à l’Oscar)

2009: «J’ai tué ma mère», Xavier Dolan

————

Quelques films soumis pour la 91e cérémonie des Oscars:

Mexique: «Roma», Alfonso Cuarón

Belgique: «Girl», Lukas Dhont

Colombie: «Pájaros de verano» («Les oiseaux de passage»), Ciro Guerra et Cristina Gallego

Japon: «Manbiki kazoku» («Une affaire de famille»), Hirokazu Kore-eda

Suède: «Gräns» («Border»), Ali Abbasi

Cinéma

Michael Moore se réfugiera au Canada si les choses se détériorent aux États-Unis

TORONTO — Si les choses tournent mal pour Michael Moore après la sortie de son prochain documentaire politique, le provocateur progressiste a un plan pour échapper à une éventuelle persécution aux États-Unis : il déménagera au Canada.

Les déclarations de ce genre sont courantes chez les progressistes américains. Mais Michael Moore assure qu'il est sérieux au sujet de son plan pour quitter les États-Unis, et pas seulement en raison de son affinité de longue date pour le Canada.

Affaires

Cineplex: des effets de neige et de parfum dans les salles de cinéma

TORONTO — Cineplex a annoncé mardi avoir signé une entente avec la compagnie de cinéma immersif CJ 4DPLEX pour implanter la technologie 4DX dans 13 de ses salles de cinéma.

Grâce à cet accord avec l’entreprise de Séoul, Cineplex pourra offrir pour la première fois les effets de mouvement, de vent, de brouillard, de pluie, d’éclair, de neige, de bulles, de vibrations et de parfum de 4DX dans les salles de cinéma de certains marchés à l’extérieur de Toronto.

Cineplex a indiqué qu’elle identifierait les villes qui profiteront de la technologie 4DX dans les mois à venir, mais qu’elle s’intéressait notamment aux villes comme Montréal et Vancouver.

Le Scotiabank Theatre Chinook de Cineplex, à Calgary, sera l’un des premiers à être équipé de cette technologie.

L’entente avec CJ 4DPLEX survient quelques jours après que Cineplex a annoncé son partenariat avec la société de technologie VRstudios pour l’implantation d’entre 30 et 40 installations de réalité virtuelle au Canada.

La société a récemment fait pression pour diversifier ses activités au-delà des salles de cinéma afin de lutter contre la volatilité du box-office, les services de visionnement en continu, dont Netflix, et la baisse de l’achalandage.

Télé et radio

De garde 180 jours

CHRONIQUE / Tout le monde a une opinion sur la compétence des professeurs, sur l’état de nos écoles, sur ce qu’on devrait enseigner. Mais combien d’entre nous avons un réel portrait de ce qui s’y passe au jour le jour, des conditions dans lesquelles les profs doivent enseigner? La série documentaire «180 jours» risque d’avoir sur vous le même effet que «De garde 24/7», si vous avez suivi cette excellente série à Télé-­Québec, au point de changer considérablement votre vision du milieu scolaire.

Diffusée à partir de jeudi à 20h sur la même chaîne, la série de 12 épisodes, de la même équipe de production que De garde 24/7 chez Avanti, s’étend sur les 180 jours d’une année scolaire, de la rentrée au bal des finissants, à l’école secondaire Gérard-Filion à Longueuil. Dans cette première polyvalente au Québec, les élèves, de 65 nationalités différentes, proviennent souvent de milieu défavorisé. Le taux de décrochage y est élevé. De façon extrêmement sensible et respectueuse, la réalisatrice Mélissa Beaudet nous permet vraiment de saisir l’intensité de ce qui se vit dans une école chaque jour.

Comme d’autres problématiques scolaires, l’intimidation est l’un des sujets les plus sensibles. Et pas seulement celle qui se passe à l’intérieur des murs, mais aussi après les classes, notamment sur les réseaux sociaux, terreau fertile d’intimidation. Quand une élève reçoit des messages tels que «grosse pute, tu devrais pas vivre» et «fais-toi frapper par une voiture», l’école n’a pas le choix d’intervenir, de concert avec la police. Même collaboration quand un souteneur s’introduit dans la cour pour recruter des jeunes filles. Déjà dans les premiers jours, une altercation survient dans le couloir; un élève vient de dire à une autre de «niquer» sa mère. Un conflit que doit régler avec le plus grand tact une des directrices adjointes.

Imaginez, en cette rentrée, plusieurs postes de professeurs n’ont pas encore été comblés. Un enseignant engagé il y a à peine deux semaines doit à son tour former un suppléant. C’est si récent que, dans les documents remis aux élèves, Hugo Ladéroute n’est pas identifié. «Le pas de nom, c’est moi!» dit-il aux élèves qui cherchent leur classe de français. Attendez de voir la prof d’ECR (éthique et culture religieuse). Avec elle, la matière devient soudainement intéressante.

J’ai été particulièrement touché par la classe de Celso C. Leduc, composée d’élèves aux prises avec des troubles de communication. Une scène du cinquième épisode, particulièrement émouvante, montre ces élèves exprimer toute leur reconnaissance envers leur professeur et leurs camarades, avant le congé des Fêtes. Une démonstration éloquente de ce que peut changer l’école dans les vies d’enfants au bord de décrocher.

J’ai eu un coup de cœur pour la directrice, Sylvie Dupuis, elle-même une ancienne élève de Gérard-Filion. Humaine, attachante, investie. Les directeurs d’école peuvent passer pour des durs, c’est tout le contraire pour Sylvie Dupuis, qu’on sent tout à fait sincère dans ses rapports avec le personnel et les élèves.

Ce n’est pas vrai que les jeunes n’ont pas d’opinion, qu’ils n’ont rien à dire. Et ce, même si personne ne lève la main quand le prof demande qui connaît Michel Tremblay. Fred Pellerin? Deux mains se lèvent. Rachid Badouri? Tout le monde le connaît. Bien que certains visages soient brouillés dans les situations les plus délicates, la majorité des élèves se montrent à la caméra. Sachez qu’il a fallu expédier par la poste 1500 demandes de consentement aux parents afin d’y arriver, un travail titanesque.

C’est fou comme plusieurs séries offertes sur nos chaînes cet automne réveillent en nous tant d’admiration. Pendant que la téléréalité célèbre l’insignifiance, il y a au moins les Infractions, Classe à part, Pinel : au cœur de la maladie mentale, L’unité des naissances et 180 jours qui nous font voir le travail essentiel d’une multitude d’individus, motivés par le cœur et le dévouement. De la télé qui fait du bien, dont notre monde a cruellement besoin.

***

Les quatre chefs chez Guy A.

Philippe Couillard, François Legault, Jean-François Lisée et Manon Massé seront de la première de Tout le monde en parle, dimanche à 20h sur ICI Radio-Canada Télé. Pour leur permettre de participer au Face à face Québec 2018 à TVA jeudi soir, l’émission sera exceptionnellement enregistrée vendredi. Aussi sur le plateau de Guy A. Lepage et Dany Turcotte : Louis-José Houde pour le Gala de l’ADISQ, Paul Arcand, qui a reçu un Gémeaux pour Conversation secrète, de même que Pénélope McQuade et Hugo Latulipe pour le documentaire Troller les trolls.

Télévision

Le Vrai courage du Selfie

Anorexie, dépression, anxiété irraisonnée, troubles obessionnels compulsifs et dépendances diverses: huit jeunes adultes – dont la Gatinoise Noémie Calderon – se sont confiés à la caméra. La leur. Braquée sur eux-mêmes. Au quotidien.

S’adressant directement à elle, ils parlent de leurs troubles psychologiques et de leurs démons, explorant au quotidien les recoins parfois bien sombres de leur psyché. Sans intervention extérieure. sans filtre et sans fard. Sans autre jugement que le leur.

Musique

Bryan Adams demande à Ottawa de modifier les lois sur le droit d’auteur

OTTAWA — Le chanteur Bryan Adams demande à Ottawa de modifier les lois sur le droit d’auteur pour les aligner davantage avec les dispositions en vigueur aux États-Unis.

L’auteur-compositeur-interprète canadien de renommée internationale a dit à un comité de la Chambre des communes, mardi, qu’un article de la Loi sur le droit d’auteur doit être modifié pour donner aux artistes la capacité de mieux contrôler ce qu’ils créent.

Bryan Adams a souligné aux députés que la loi empêche les artistes de récupérer la propriété de leurs créations jusqu’à 25 ans après leur mort.

Le musicien âgé de 58 ans a noté que les artistes américains pouvaient récupérer le droit d’auteur sur leurs œuvres 35 ans après avoir cédé leurs droits aux producteurs de disques.

L’artiste, connu pour des succès tels que Summer of ‘69 et I Do It for You, a déclaré que le changement qu’il propose n’aurait probablement pas d’impact sur les revenus qu’il tire de sa musique.

Il a toutefois ajouté que les jeunes artistes pourraient en bénéficier, notamment en ayant la possibilité de réinvestir dans leur oeuvre plus tard dans leur carrière.

«Je pense que c’est juste» de faire ce changement, a lancé celui qui a vendu plus de 65 millions d’albums à travers le monde.

Livres

«Fear»: 1,1 million de livres vendus en une semaine

NEW YORK — L’ouvrage du journaliste d’investigation américain Bob Woodward sur la présidence Trump, «Fear», s’est vendu à plus de 1,1 million d’exemplaires pour sa première semaine en librairie, a indiqué mardi l’éditeur Simon and Schuster, meilleur démarrage jamais enregistré par cette maison qui publie notamment Stephen King et Mary Higgins Clark.

Pour le seul 11 septembre, jour de la sortie de ce récit qui brosse un tableau apocalyptique de la Maison-Blanche à l’ère Trump, Fear s’est écoulé à 900000 exemplaires.

Musique

Prince, un piano et un micro, en toute simplicité

MINNEAPOLIS — Les admirateurs de Prince qui s’attendent à entendre ses sonorités de guitare habituelles sur un nouvel album inédit posthume seront sans doute surpris par des mélodies jazz interprétées au piano.

Piano & A Microphone 1983 propose Prince en toute simplicité, pianotant et chantant Purple Rain et huit autres chansons dans un enregistrement unique réalisé dans son studio il y a 35 ans. Warner Bros. Records lance l’album vendredi sur CD, vinyle et en format numérique.

L’enregistrement de 35 minutes vient boucler la boucle de la musique de Prince, estime Troy Carter, conseiller de la succession de Prince. Le chanteur participait à sa tournée solo Piano & A Microphone quand, à 57 ans, il s’est effondré et est mort d’une surdose accidentelle de fentanyl dans son complexe de Paisley Park, en banlieue de Minneapolis, le 21 avril 2016, une semaine après un concert à Atlanta.

L’enregistrement est présenté presque entièrement tel que Prince l’avait enregistré dans sa maison de Chanhassen, aujourd’hui démolie, l’année ayant précédé le film Purple Rain et sa bande originale, parus en 1984.

L’album inclut notamment 17 Days - la face B de l’extrait When Doves Cry -, Purple Rain, A Case of You de Joni Mitchell, International Lover et Strange Relationship.

L’enregistrement a été souvent piraté pendant des années, mais le son de ces copies était de qualité inférieure. Michael Howe, qui s’occupait du répertoire de Prince chez Warner Bros alors que l’artiste était toujours vivant, aimait beaucoup l’enregistrement et espérait trouver la copie originale. Il l’a finalement découverte sur cassette dans la chambre forte de Prince, qui contient des milliers d’enregistrements studio et en concert inédits de Prince.

La cassette «était en très bon état», a-t-il souligné.

Depuis la mort de Prince, sa succession a été sélective concernant la sortie de nouveau matériel. L’an dernier, NPG Records et Warner Bros. Records ont lancé une édition allongée de Purple Rain. L’enregistrement par Prince de sa chanson Nothing Compares 2 U - qui a valu un succès à Sinead O’Connor en 1990 - est sorti cette année.