Voie de fait: un policier de la GRC plaide non coupable

Un policier de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) du Nouveau-Brunswick qui a fait les manchettes après s'être plaint de ne pas pouvoir fumer de la marijuana médicinale lorsqu'il était en uniforme pour traiter ses symptômes de stress post-traumatique a plaidé non coupable à des accusations de voies de fait contre deux de ses collègues.
L'avocat T.J. Burke a enregistré le plaidoyer, mardi, au nom du caporal Ron Francis, qui est accusé d'avoir agressé deux agents de la paix et d'avoir résisté à son arrestation.
Francis avait été arrêté le 6 décembre parce que son employeur s'inquiétait de sa santé après qu'il eut été retrouvé dans une rue du centre-ville de Fredericton. Selon le service de la sécurité publique de la ville, le caporal a dû être maîtrisé à l'aide d'un pistolet à impulsions électriques.
Son procès de trois jours devrait s'amorcer le 3 septembre.
En novembre, Ron Francis avait remis sa tunique rouge de cérémonie à ses supérieurs, en reprochant à la GRC et au gouvernement fédéral de ne pas aider suffisamment les policiers souffrant de troubles liés au stress post-traumatique.
La police fédérale a déclaré que ses membres qui disposent d'une ordonnance pour de la marijuana thérapeutique ne doivent pas consommer la médication lorsqu'ils portent leur tunique rouge ou leur uniforme régulier, parce que cela envoie un mauvais message au public.
Francis, qui n'était pas présent dans la salle d'audience à Fredericton, mardi, est présentement en congé.