Philippe Aumont

Une semaine cruciale pour Philippe Aumont

Ça passe ou ça casse cette semaine pour Phillippe Aumont au camp des Phillies de Philadelphie.
Le lanceur gatinois de 25 ans a offert de bonnes performances jusqu'à maintenant lors des matches de la Ligue des Pamplemousses en Floride, mais alors que son club se prépare à monter vers le nord jeudi pour deux dernières parties hors-concours au Citizens Bank Park en fin de semaine, il ne sait toujours pas s'il s'est taillé un poste dans l'enclos de releveurs pour amorcer la saison, comme il l'avait fait l'an dernier.
Aumont a probablement connu sa meilleure sortie du camp d'entraînement hier dans un gain de 6-3 contre les Blue Jays de Toronto. Il a été envoyé dans la mêlée dès le milieu de la quatrième manche, s'amenant au monticule alors qu'il y avait déjà deux coureurs sur les sentiers. Il a cependant mis fin à la menace en forçant le meilleur frappeur des Jays, Jose Bautista, à frapper un ballon, tandis qu'Adam Lind mettait fin à la manche en frappant un roulant. Renvoyé sur la butte pour la manche suivante, il a enchaîné en obtenant trois retraits consécutifs, dont un sur des prises.
C'était la troisième sortie de suite où l'artilleur de 6'7» était appelé à lancer plus qu'une manche. Il en avait lancé deux et un tiers la semaine dernière, contre Toronto également (aucun point sur deux coups sûrs et trois buts sur balles), et deux autres contre Boston le 15 mars dernier (alloué un point mérité sur un circuit en solo).
Pour l'ensemble du camp, il a une fiche de 0-2 mais sa moyenne de points mérités est respectable à 3,00. Il a accordé cinq points en tout, quatre mérités, sur huit coups sûrs et sept buts sur balles, avec deux retraits sur des prises en 12 manches lancées. Il n'a pas de sauvetage à sa fiche, ayant raté sa seule chance d'en obtenir un.
«Ça va bien jusqu'à maintenant, j'ai eu une ou deux sorties plus difficiles, mais j'en ai connu une bonne (hier)», m'a-t-il confié après sa troisième présence sans bavure au camp, en neuf apparitions.
Pas de stresse
«Personne ne m'a rien dit. L'an passé, on m'avait dit que j'étais retenu une fois rendu à Philadelphie. Il reste probablement trois ou quatre lanceurs à couper (sic), je ne sais pas exactement. Je ne me stresse pas trop avec ça, c'est une chose à laquelle il faut s'habituer tant que tu n'es pas un vétéran établi. Je pense que j'ai fait mon boulot, maintenant, ça va être à eux de prendre une décision. Moi, c'est certain que je veux être à Philly, ajoutait celui qui a un prénom prédéstiné pour jouer dans la Ville de l'Amour fraternel.
Eux, ce sont les dirigeants des Phillies, le nouveau gérant Ryne Sandberg et l'instructeur des lanceurs Bob McClure en particulier.
Sandberg, l'ancienne vedette des Cubs de Chicago, a dirigé le Gatinois au niveau AAA, avec les IronPigs de Lehign Valley, il y a deux ans. Quant à McClure, qui arrive de Boston, il a déjà l'air de mieux s'entendre avec l'ancien choix de première ronde des Mariners que son prédécesseur Rich Dubee.
Un nouveau lancer
En plus de s'entendre avec lui pour qu'il demeure plus droit au monticule, McClure lui a d'ailleurs permis d'expérimenter au camp avec un nouveau tir, une «cutter» (une rapide qui a un petit crochet en arrivant au marbre, rentrant sur les poignets d'un frappeur droitier).
«Ça fait un bout de temps que j'expérimente avec ce lancer, mais par le passé, on me disait toujours non, que je n'avais pas besoin de ça. Quand j'en ai parlé à Bob, ça a tout de suite cliqué, il pensait que ça pourrait être bon pour moi. Je l'ai utilisé pour la première fois (hier), à deux occasions. Les deux étaient de bons lancers, un pour une prise et l'autre pour une balle. Le premier gars qui s'est élancé dessus a eu l'air surpris, il regardait le tableau pour voir la vélocité (environ 92 milles à l'heure, 2-3 milles de moins que sa rapide). Si ça peut empêcher les frappeurs de tricher sur la rapide ou la tombante, tant mieux», a-t-il indiqué.
Alors que l'avenir immédiat de Phillippe Aumont va se jouer dans les prochains jours, lui qui peut être rétrogradé au niveau AAA une dernière fois sans passer par le ballottage, celui d'Érik Bédard est en suspens. Agent libre après sa participation au camp des Rays de Tampa Bay, il a confié qu'il n'avait pas eu d'appel de clubs intéressés par ses services au cours de la journée d'hier.