La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée

Une première « vague de panique » pour la ministre Vallée

Protégée par un garde du corps depuis son entrée au cabinet des ministres, la députée de Gatineau, Stéphanie Vallée, n'avait jamais senti de « vague de panique » comme celle vécue lorsqu'un activiste a lancé un objet sur le premier ministre Philippe Couillard, jeudi soir, lors d'un rassemblement à Montréal en mémoire des victimes de la tuerie d'Orlando.
Ministre de la Justice et ministre responsable de l'Outaouais, Mme Vallée se trouvait tout près du premier ministre lorsque ce dernier a été promptement escorté en dehors de la foule après un incident impliquant un militant de la communauté LGBT.
« Ça m'a permis de réaliser à quel point les gardes du corps et les gens de la Sûreté du Québec (SQ) qui assurent notre protection et notre sécurité sont des professionnels, a raconté Mme Vallée. [...] Ce sont des gens qui sont effacés, qui travaillent dans l'ombre, mais qui font un travail essentiel et sur qui on peut compter. »
Bien qu'elle se soit déjà retrouvée dans des situations « où ça chahute un petit peu plus », l'incident de jeudi soir dans la métropole aura été « une première expérience » de la sorte pour Stéphanie Vallée. « J'étais à quelques mètres du premier ministre, donc j'avais l'activiste devant les yeux - un activiste que je connais - donc je vous avoue que ça a été la première fois où j'ai senti cette vague de panique là, a-t-elle mentionné. Il nous est arrivé que lors d'annonces il y avait des manifestants [...], ces comités d'accueil là étaient bruyants, mais jamais ils n'étaient violents ou agressifs envers nous ou les gens de notre équipe. [Jeudi], ça a été quelque chose de différent. »
La ministre a du même coup dénoncé ce « triste » incident, qui « a malheureusement attiré toute l'attention médiatique ».