Les Gatinois Sébastien et Mélodie Collard seront à surveiller lors des Championnats canadiens de tennis U16.

Une première pour les Collard

Depuis des années, ils sont bénévoles aux Futures d'hiver et au Challenger d'été de Gatineau. Leur mère, Johanne Demers, est justement co-présidente du Challenger Banque Nationale qui offrira une bourse globale de 75 000 $ US chez les hommes et 25 000 $ US chez les dames cette semaine.
Samedi, quand le tournoi se mettra en branle, Sébastien et Mélodie Collard vivront une grande première. L'adolescent de 16 ans et sa soeur de 14 ans seront sur les terrains du parc de l'île pour prendre part aux tableaux des qualifications. Pour la première fois, ils seront réunis dans un même tournoi professionnel.
« On pourrait croire que c'est arrangé avec le gars des vues, mais ce n'est vraiment pas ça ! C'est du solide », lance Mathieu Toupin, leur entraîneur chez Tennis Outaouais Performance (TOP).
Sébastien et Mélodie ont été choisis par Tennis Canada pour participer aux qualifications sur la base du mérite. Cet hiver, Sébastien a d'ailleurs gagné un premier match de qualification pendant les Futures de Gatineau. Récemment, il a gagné les deux premières étapes des Championnats du Québec des 16 ans et moins. Il participera bientôt au championnat canadien dans la même catégorie.
Deux ans plus jeune, Mélodie ne compte plus ses titres remportés sur les scènes nationales et internationales. TOP n'a jamais voulu brûler les étapes avec la meilleure raquette canadienne chez les 14 ans et moins. « Tout le travail qui a été fait avec elle commence à rapporter depuis huit mois. Elle est devenue vraiment dominante, même chez les moins de 18 ans. Le temps est venu de lui donner une première expérience chez les professionnelles », souligne Mathieu Toupin, qui porte également le chapeau de co-président du Challenger de Gatineau.
Pas nerveuse
Si elle est nerveuse, Mélodie Collard le cache bien. « Je n'ai pas à l'être, car je ne me suis pas fait d'attentes. J'ai hâte d'essayer cette nouvelle aventure. Je suis habituée à jouer contre des juniors. Je veux juste profiter du moment et voir où je me situe par rapport aux joueuses d'expérience », lance celle qui partira défendre les couleurs du Canada aux Championnats du monde des moins de 14 ans dès mardi prochain en Europe.
D'ici quelques années, la Gatinoise aimerait se frotter aux meilleures comme le font certains adolescents surdoués canadiens en ce moment. Denis Shapovalov, Félix Auger-Aliassime et Bianca Andreescu peuvent lui servir d'inspiration grâce à leurs succès sur la scène mondiale.
« C'est bien de savoir que je pourrais monter comme eux parce que j'ai droit aux mêmes ressources. Je vais aussi m'entraîner au centre national de Montréal à l'occasion. »
Samedi après-midi, elle s'apprêtera à disputer un match qui restera gravé dans sa mémoire. Son frère ne sera pas trop loin et sera lui aussi dans le feu de l'action.
« J'ai l'habitude de jouer dans les mêmes tournois que lui, mais ça va être la première fois qu'on le fait chez les professionnels. Je vais toujours me souvenir de cette journée, surtout que notre mère est co-présidente du tournoi ! »
Sébastien : 2e tournoi pro
S'il a goûté à l'euphorie d'une première victoire professionnelle aux Futures de Gatineau cet hiver, Sébastien Collard demeure réaliste quant à ses chances d'ajouter un deuxième succès samedi.
« Un Challenger, c'est bien plus fort qu'un Futures. Le 500e joueur au monde était une tête de série aux Futures. Ici, le même joueur doit passer par les qualifications. J'ai hâte de voir où je me situe par rapport à ce niveau professionnel. »
À 16 ans, il voit bien ce qui se passe avec Félix Auger-Aliassime. Au même âge, le Québécois vient de gagner un Challenger en France. Quant à lui, Denis Shapovalov arrive de Wimbledon, mais Collard signale qu'il s'agit de phénomènes et qu'il n'est pas rendu là dans son développement.
« Denis et Félix, ce sont des exceptions. On voit que le Canada devient de plus en plus fort au tennis. De mon côté, je ne sais pas encore si je vais passer chez les professionnels. Je pense plus à terminer son stage chez les moins de 18 ans et je regarde du côté des universités américaines. »
Pour l'instant, il va savourer son moment spécial avec sa soeur. « Je ne dirais pas que c'était un rêve pour nous de participer au même tournoi professionnel. Nous n'en avons pas beaucoup parlé, mais chacun de notre côté, je pense que c'est ce que nous souhaitions depuis longtemps. »
À surveiller au Challenger de Gatineau
Avant la rentrée des têtes d'affiche comme Denis Shapovalov, Peter Polansky, Aleksandra Wozniak ou encore le Tunésien Malek Jaziri, première tête de série chez les hommes et 47e joueur mondial, il y aura beaucoup à se mettre sous la dent au parc de l'Île de Hull en fin de semaine dans les tableaux de qualifications du Challenger Banque Nationale de Gatineau.
Chez les dames, les deux représentantes de Tennis Performance Outaouais (TOP) auront tout un défi à relever. À son premier tournoi professionnel et à seulement 14 ans, Mélodie Collard devra se frotter à la favorite des « qualifs ». L'Australienne Ellen Perez, 21 ans, est classée 469e au monde et elle a déjà gagné un tournoi ITF de 10 000 $ à Bruxelles en 2016. Le duel aura lieu sur le court central autour de 15 h.
Le tirage au sort n'a pas été plus clément envers Claudelle Labonté-Frey. La Gatinoise de 18 ans aura la deuxième favorite dans les pattes pour sa participation à son deuxième Challenger en carrière. La Chilienne Alexa Guarachi, 26 ans et 510e au classement de la WTA, sera son adversaire. Le match débutera sur le court numéro un dès 10 h. À la même heure, l'Ottavienne Petra Januskova (11e favorite) sera sur le court central pour affronter la Canadienne Charlotte Petrik.
Parmi les autres Canadiennes à surveiller samedi, notons les présences de Mireille Moreau, Isabelle Boulais et Catherine Leduc. Fille de Patricia Hy-Boulais, ancienne gloire du tennis canadien, Isabelle Boulais avait gagné le championnat national des 16 ans et moins à Gatineau il y a deux ans.
Toujours chez les dames, la présence de la Russe Elena Bovina représente une intrigue. Âgée de 34 ans, elle occupe le 972e rang mondial, mais elle a déjà été 14e meilleure joueuse de la planète en 2005. Des blessures l'ont éloigné du terrain pendant trois années complètes de 2013 à 2015. L'ancienne quart de finaliste de l'Omnium des États-Unis de 2002 doit maintenant refaire son classement en passant par de petits tournois.
Trente-deux joueuses/joueurs sont inscrits aux qualifications. Les huit joueuses/joueurs qui gagneront leurs deux duels accéderont au tableau principal dès lundi.
Chez les hommes, le tableau des qualifications n'avait pas été complété en fin de la soirée vendredi, mais le Gatinois Nicaise Muamba (maintenant déménagé à Montréal) sera de la partie tout comme le Québécois Alexis Galarneau et l'Ottavien Malik Bhatnagar.
Les activités débuteront dès 10 h samedi et dimanche. Elles devraient s'étirer jusqu'à 18 heures. L'entrée est gratuite pendant les qualifications.