Marie-France Kenny, présidente de la FCFA.

Une «interprétation déraisonnable», déplore la FCFA

La Fédération des communautés francophones et acadienne s'inquiète des répercussions partout au pays d'une décision sur les droits scolaires rendue récemment par une cour d'appel qui stipule notamment que le droit à l'éducation en français garanti par la Charte vise les citoyens canadiens et exclurait donc les immigrants.
Dans des jugements rendus au début du mois, la Cour d'appel des Territoires du Nord-Ouest a infirmé des jugements qui étaient favorables à l'agrandissement de deux écoles situées à Yellowknife et à Hay River.
Marie-France Kenny, présidente de la FCFA, qualifie d'«alarmante» la position des juges de la Cour par rapport «à qui a droit de fréquenter l'école de la minorité et qui doit contrôler l'accès  à celle-ci».
Plus de détails dans notre édition du 20 janvier 2015