Didier Farré.

Une 16e édition du FFO marquée par la bonne humeur

Le nouvelle comédie d'Albert Dupontel, 9 mois ferme, lancera les festivités du film de l'Outaouais (FFO) qui soufflera ses 16 bougies aux quatre coins de Gatineau du 14 au 25 mars, sous la présidence de la productrice Denise Robert (Cinémaginaire), née à Ottawa.
Le comédien-réalisateur français ne sera pas présent lors de la soirée d'inauguration, mais son film, présenté en primeur au Québec, ne manquera pas d'ancrer le festival dans la bonne humeur, a souligné mardi le président du festival, Didier Farré, lors de la conférence de presse destinée à lever le voile sur la programmation. Cette soirée sera aussi l'occasion d'honorer Marie-France Brière, cofondatrice du Festival du film d'Angoulême et «grande découvreuse de talents» à qui Gilles Vigneault et Robert Charlebois, entre autres, doivent leur carrière en France, a mentionné M. Farré.
Quelque cinquante longs-métrages - précédés d'autant de courts-métrages, grâce à la reconduction du partenariat avec le Festival international court métrage Outaouais (FICMO) - se partageront les écrans du Cinéma 9, du Cinéma des Galeries Aylmer et du Cinéma Landmark (ex-Empire) d'Orléans.
Le FFO modernise sa logistique en ce qui concerne l'achat des billets. Il sera désormais possible de réserver ses places en ligne, via le site ffo.ticketacces.net. Les trois cinémas participants demeurent des points de vente. 
Le festival continue de se faire le hérault du cinéma fleurdelysé. Tom à la ferme, de Xavier Dolan, y sera présenté en primeur. Les festivaliers auront notamment la chance de visionner UvangaLe Coq de St-Victor et Fish Story, essentiellement tourné à Wakefield et produit par Annie Coutu, d'Aïsha Productions, basée en Outaouais.
Le festival donnera la chance de voir ou revoir certains films québécois majeurs tels que Gabrielle ou Louis Cyr, ainsi que d'autres ayant fait une trop brève percée en salle en Outaouais, comme Sarah préfère la courseLe démantèlementL'autre maison, Amsterdam ou, voire quelques uns jamais projetés à Gatineau, à commencer par Diego Star, L'ange gardien (sortie prévue le 7 mars), Une jeune fille et Ressac. 
On attend aussi de nombreux documentaires, dont Québékoisie et Denise Filiatrault - projeté en présence de la grande comédienne et productrice ou encore Secondaire V. Chaque soir, à 19h, l'Université du Québec en Outaouais (UQO) projettera un documentaire. 
De plus, «on a considérablement augmenté les projections scolaires», a affirmé Didier Farré. Quelque 5000 étudiants issus d'une dizaine d'écoles de la région bénéficieront de projections gratuites, a-t-il souligné. Pour la toute première fois, un jury composé d'étudiants remettra un prix à l'un des films en compétition. Ce prix étudiant sera remis en même temps que les prix Totem, lors du gala de clôture. 
International
Outre Prisonners et Dallas Buyer's Club, deux productions américaines respectivement réalisées par les Québécois Denis Villeneuve et Jean-Marc Vallée, la programmation mise sur énormément de primeurs. Mentionnons Quay d'Orsay, de Bertrand Tavernier, Dans la maison et Jeune et jolie, deux films de François Ozon, le remake d'Angélique, mais aussi SuzanneLe grand départJe fais le mortLa marche, Marina et Mohamed Dubois. Et M. Farré esquisse un large sourire en évoquant la comédie Les garçons et Guillaume à table, de Guillaume Gallienne, qu'il a adoré.  Mentionnons également les films La playa Le passéTel père, tel fils, La Chasse et Kon Tiki.
Les toujours populaires classes de maître accueilleront cette année Denise Robert, Denise Filiatrault, Just Jaeckin (réalisateur d'Emmanuelle - présenté par M. Farré comme «le film ayant connu la plus longue durée de vie sur les écrans québécois, en restant 13 ans à l'affiche» - et du Dernier amant romantique, qui sera projeté au FFO) et le producteur Richard Goudreau. Elles sont gratuites mais une inscription est requise pour y assister.
D'autres ateliers portant sur le Septième art (diffusion, structures de financement, etc.) sont prévus à l'UQO. Parmi les intervenants, on attend entre autres la chanteuse Jorane, qui a réalisé la musique de Louis Cyr.
«On ne s'ennuiera pas», a promis M. Farré. «L'Outaouais peut être très fière de ce festival, qui n'a rien à envier aux autres festivals cinématographiques au Québec», a abondé la nouvelle présidente du c.a. du FFO, Nancy Béliveau, qui remplace Richard Simoens.
Un effort publicitaire particulier a été fait pour attirer le public ontarien, a laissé entendre M. Farré. 
Renseignements et inscriptions: www.offestival.com