Le Hull-Volant de Gatineau, a conclu son parcours en quart-de-finale lors du Championnat canadien de baseball junior.

Un tournoi dont le Hull-Volant n'a pas à rougir

La logique a été respectée au Championnat canadien de baseball junior. Les deux grosses puissances, Québec et Windsor, ont croisé le fer en grande finale, dimanche soir. Le club qui représentait la Vieille Capitale a eu raison de son rival ontarien.
Les Diamants de Québec l'ont emporté, 5-3.
L'autre club québécois inscrit à ce tournoi, le Hull-Volant de Gatineau, a conclu son parcours en quart-de-finale.
Le club hôte n'a certainement pas à rougir de cette performance.
Peu de gens, au départ, lui accordaient des chances de remporter les grands honneurs. Afin de lui donner un peu de coffre, on lui avait greffé quelques joueurs de talent provenus des autres organisations de la Ligue de baseball junior élite du Québec.
Même l'entraîneur-chef, Luc Desgroseillers, avait été prêté par une autre formation.
« Après notre défaite, les gars ont vécu une vraie déception. Depuis le jour 1, ils ont cru en leurs chances et ils ont travaillé très fort », commente-t-il.
Dans son match décisif, le Hull-Volant s'est incliné 3-2 face au deuxième club représentant l'Ontario, St. Thomas.
Trois manches de prolongation ont été nécessaires.
« Notre équipe a été capable d'élever son jeu d'un cran. Il n'est jamais facile de participer à un tournoi comme celui-là. Nous avons affronté des provinces plus garnies. L'expérience, pour les gars, fut grandiose. L'organisation, le soutien des spectateurs... Ça les a motivés encore plus à se défoncer », croit Desgroseillers.
Il faudra voir si le momentum accumulé dans les derniers jours saura transporter l'équipe dans son prochain défi. Le Hull-Volant sera encore une fois négligé, à compter de jeudi, lorsque débuteront les séries éliminatoires du baseball junior élite.
La formation gatinoise se frottera au Royal de Repentigny au premier tour.
L'homme qui remplacera Desgroseillers dans l'abri des joueurs, Marco Daigle, ose croire qu'il sera possible de causer une surprise.
« Moi, en tous cas, j'y crois. Je vais tout faire pour transmettre ça à mes joueurs. Tout l'ensemble des joueurs croient en leurs moyens. Les séries, c'est une autre saison. Il faut juste emmener le positif des 42 premiers matches avec nous » commente-t-il.
« Nos sept joueurs qui ont participé au Championnat canadien devraient être confiants. Cette confiance peut être transmise aux plus jeunes. Il ne faut simplement pas paniquer, il faut faire son travail. Lorsque nous aurons des gars sur les buts, il faudra faire la job. Il faudra garder cette job simple. »
Bilan
Les organisateurs du Championnat canadien sont plutôt satisfaits du travail accompli.
Leur événement a été plombé par certains problèmes. « C'est désolant. Nous avons eu à composer avec la pluie chaque jour. Je suis convaincu qu'avec une meilleure météo, les foules auraient pu être meilleures », croit M. Daigle.
Les organisateurs ont aussi été très rapidement confrontés aux limites du parc Sanscartier. L'absence de véritables vestiaires et de salles de bain permanentes pour les spectateurs a constitué un des points faibles du week-end.
« Nos équipes ont quand même fait un super travail, dit M. Daigle. Je pense notamment aux gens qui ont été contraints de refaire le terrain à trois reprises, vendredi, afin qu'il demeure en bonne condition. Notre dernier match a été joué à minuit moins quart. »