«Un terme» à l'affaire Blais

Une autre peine doit être purgée par un ex-policier de Gatineau qui s'est reconnu coupable de fraudes totalisant 80 000$ entre 2004 et 2005.
Yves Blais a reçu une première sentence pour fraude en 2009. Le tribunal l'avait condamné à purger deux ans moins un jour  dans la collectivité pour avoir fraudé cinq personnes et pour entrave à la justice. L'individu avait plaidé coupable à sept chefs d'accusation, à la fin de 2008.
Il avait alors décrit l'enfer du jeu compulsif qui l'avait amené à profiter de son statut de policier pour gagner la confiance des gens et leur emprunter de l'argent, qu'il n'a jamais remis entièrement.
Mercredi, l'ex-policier a reçu une deuxième sentence pour le même genre de crime. Lorsqu'il a subi son premier procès, un fonctionnaire à la retraite et une femme d'affaires avaient indiqué à la police de Gatineau qu'ils étaient aussi des victimes du même homme. Toutes les fraudes se sont produites dans la même période, mais les deux dernières n'ont été rapportées que plus tard, lorsque les médias se sont emparés de cette histoire.
Yves Blais a reconnu ces deux autres fraudes.
Il a versé, mercredi, deux montants de 3 000$ à ses victimes, et accepté de compléter 150 heures de travaux communautaires. Une probation de deux ans s'ajoute à cette deuxième sentence. Une ordonnance de dédommagement de 10 000$ pour la femme d'affaires et de 15 000$ pour le retraité a été prononcée.
«Cela met un terme à cette affaire», a dit le procureur de la Couronne, Claude Doire. Pour l'avocat de l'accusé, Gérard Larocque, la sentence de 2009 aurait été la même si les plus récentes accusations avaient été déposées en même temps, à l'époque.
Le problème de jeu de M. Blais se serait résorbé. «Il fait face à la musique», a commenté Me Larocque.