Quentin Tarantino lors d'une marche contre la brutalité policière la semaine dernière.

Un syndicat policier réserve une «surprise» à Tarantino

Le directeur exécutif du plus grand syndicat policier aux États-Unis a annoncé une «surprise» pour Quentin Tarantino, après que le réalisateur eut suscité sa colère par ses commentaires sur la brutalité policière.
Jim Pasco, de la Fraternal Order of Police, a déclaré au Hollywood Reporter que le syndicat avait planifié quelque chose pour Tarantino et que «l'élément de surprise était l'élément le plus important».
M. Pasco a précisé que «le moment viendrait où (ils allaient) essayer de lui faire mal de la seule façon qui semble importante pour lui, soit économiquement». Il a ajouté que cet événement pouvait se produire à tout moment d'ici la première de son film The Hateful Eight, qui sortira le jour de Noël.
Plusieurs groupes policiers ont annoncé qu'ils boycotteraient le film après que Tarantino eut participé à une manifestation contre la brutalité policière, en octobre. Il avait alors dit qu'il manifestait contre «le meurtre» et qu'il voulait montrer qu'il était «du côté des personnes assassinées».
Le cinéaste, qui n'a pas commenté la menace de Jim Pasco, a défendu ses remarques tout en assurant qu'il n'était pas contre la police. En entrevue avec MSNBC, mercredi, Tarantino a déclaré que la police, en se querellant avec lui, jetait de l'ombre sur «le fait que les citoyens ont perdu foi en la police».
Jim Pasco n'a pas répondu aux demandes d'entrevues à ce sujet, vendredi.