Un père intimidateur mis à l'amende

Un père qui a voulu rendre justice à sa fille en intimidant et en menaçant de mort un autre élève de l'école primaire Saint-Pie-X de Papineauville, en 2012, est mis à l'amende par la Cour du Québec.
L'accusé, dont nous tairons le nom parce que sa fille d'âge mineur est impliquée, est âgé de 48 ans.
Le 14 décembre 2012, le père a vu un autre élève pousser sa fille, alors qu'il venait de la reconduire à l'école. Sous le coup de l'émotion, il est sorti de sa voiture et a commencé à injurier le jeune garçon, posant quelques instants son doigt sur le nez de l'enfant. Un enseignant a été témoin de la scène.
Quelques instants plus tard, à l'intérieur, et devant l'éducatrice en services de garde, il a proféré des menaces de mort à l'égard du même garçon. Le jeune, absent à ce moment, était toujours à l'extérieur.
Le père a plaidé coupable à deux chefs d'accusation sommaires, la semaine dernière, au palais de justice de Gatineau. L'avocat de la défense, Jacques Belley, a relaté au juge Gaston Paul Langevin que cet incident entre les deux enfants n'était pas le premier.
«Mon client admet qu'il a pété sa coche. Il le regrette, aujourd'hui», a expliqué Me Belley.
La mère du garçon s'est brièvement adressée au juge. «Ce qui me répugne, c'est qu'il s'agit d'une chicane d'enfants qui a mal tourné. [...] Je m'explique mal ce qui s'est passé.» La mère a rappelé que l'intimidation dans les écoles - qui fait les manchettes depuis des mois au Québec, en Ontario et ailleurs au pays - a été perpétrée par un adulte envers un enfant. Le juge a dit comprendre la mère. «Il y a beaucoup de gestes d'intimidation entre (les élèves) dans les écoles. Encore, maintenant, si des adultes s'en mêlent...»
Le tribunal a imposé au père une amende de 350$ et lui a ordonné de faire un don de 250$ au Centre d'aide aux victimes d'actes criminels. Une probation d'un an s'ajoute aux conditions de la cour.
Le magistrat a soulevé que les autorités avaient pris l'affaire au sérieux dès le départ. Depuis l'incident, le père a respecté les conditions imposées par la cour et n'a pas récidivé.