«Pour moi, cette reconstruction représente des emplois. Cette entreprise a également une longue histoire et je veux qu'elle ait un avenir brillant», a déclaré la première ministre Wynne.

Un million pour la Fromagerie St-Albert

La fromagerie St-Albert a le vent dans le dos. L'entreprise de l'Est ontarien, en pleine reconstruction, reçoit un octroi d'un million de dollars de la part du gouvernement provincial.
La première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, en a fait l'annonce lors de sa visite des nouvelles installations, lundi.
La fromagerie entend investir cette somme dans la formation de sa main-d'oeuvre, une mesure rendue nécessaire par de la modernisation de l'équipement, et dans la mise en oeuvre d'un plan de marketing.
« Pour moi, cette reconstruction représente des emplois. Cette entreprise a également une longue histoire et je veux qu'elle ait un avenir brillant. [...] Le fromage St-Albert a été un produit phare de cette collectivité pendant les 120 dernières années, et je suis fière d'appuyer cet important projet », a déclaré la première ministre Wynne.
Alors que les tuiles se sont multipliées les semaines après l'incendie du 3 février 2013, qui a complètement ravagé la fromagerie, le vent a depuis « tourné du bon bord » pour la direction et les employés de l'établissement s'apprêtent à démarrer les machines à St-Albert.
« Reprendre notre place »
« Sur le plan des ressources humaines, nous avions besoin de [la subvention annoncée], absolument, pour engager des gens et former nos employés... C'est ce qui a de plus important pour nous présentement. Nous voulons reprendre notre place sur le marché, et plus encore », a dit Réjean Ouimet, le directeur général sortant de la fromagerie.
La nouvelle direction entend miser davantage sur le marketing pour élargir son marché. Une partie de la subvention annoncée hier servira d'ailleurs à ces fins.
« Nous voulons travailler sur les différents aspects du marketing. À la fromagerie St-Albert, ça n'a jamais été notre fort. Les gens ont toujours acheté nos produits, car ils sont de qualité et c'est ainsi que nous nous sommes bâtis une réputation. Nos fromages se sont toujours bien vendus comme ça. Mais sur le plan du marketing, nous avons de l'ouvrage à faire. Et puisqu'on a de l'argent, on va s'en servir », a affirmé le directeur général Éric Lafontaine.
Travaux à 70 % complétés
En date d'hier, les travaux de reconstruction, évalués à 30 millions $, étaient à 70 % complétés.
D'ici la fin du printemps, les curds de St-Albert redeviendront officiellement « franco-ontariennes ». Depuis l'incendie, la production des produits St-Albert a été temporairement transférée dans des établissements du Québec.
« Ce qui sera le plus long, ce n'est plus les travaux de construction, mais la période d'essai et de tests sur nos fromages. On ne parle pas ici de la fabrication en chaîne d'un produit quelconque, mais de nourriture. Il y a des standards de qualité très élevés à rencontrer et nous devons nous assurer de les atteindre avant d'officialiser la production », explique Éric Lafontaine.
Le nouvel édifice de la fromagerie est 30 % plus grand, ce qui permettra de doubler la production une fois la vitesse de croisière atteinte. Un musée et un restaurant seront également aménagés.
Le VAFO remis à 2017
Par ailleurs, le projet de création du Village d'antan franco-ontarien (VAFO) sur les terrains de la fromagerie est toujours dans les plans. Le projet ne verra toutefois pas le jour avant 2017.
Les instigateurs du projet, qui espéraient voir s'animer un village typique de l'Ontario français des années 1850, attendent toujours le financement nécessaire.