La semaine de la prévention de la noyade se déroule jusqu'au 26 juillet.

Un mensonge lourd de conséquences

Daniel était un bon ami à moi quand nous fréquentions l'école intermédiaire Glaude, à Vanier.
L'école intermédiaire, soit dit en passant, était à l'époque l'école où les élèves complétaient leurs 6e, 7e, et 8e années avant de passer au secondaire.
Donc mon ami Daniel et moi avions 13 ans, nous étions des collègues de classe et des coéquipiers dans l'équipe d'étoile pee-wee au baseball, les Cardinals de Vanier. (Je sais que «cardinal» au pluriel s'écrit «cardinaux», mais l'équipe portait plutôt le nom anglais, comme les Cardinals de Saint-Louis du baseball majeur. Et ce, même si la population de Vanier était 98% francophones... Ah! Ces Franco-Ontariens!).
Daniel était drôle. Blagueur, taquin, joueur de tours, on ne s'ennuyait pas en sa compagnie. Si je devais décrire ce qu'il avait l'air, je dirais qu'il ressemblait un peu au regretté André «Dédé» Fortin, le chanteur et membre fondateur du groupe Les Colocs. Chaque fois que j'entends une chanson des Colocs, je pense à mon ami d'enfance et champ gauche des Cardinals.
---
Nous sommes en août de l'année 1974. En pleine canicule. Daniel et nos deux amis Jacques et André frappent à ma porte un matin.
«Denis, me dit Daniel, que fais-tu?
- Bof... pas grand-chose. Il fait trop chaud pour jouer dehors.
- Viens avec nous, on va se baigner au Camp de l'Amitié. (Un camp d'été à Val-des-Bois dirigé par l'ancien prêtre de Vanier, (feu) le Père Armand Fournier. Pratiquement tous les enfants de Vanier séjournaient quelques semaines d'été à ce camp).
- Mais l'école débute dans deux semaines, Daniel. Il n'y a plus personne au Camp de l'Amitié.
- Je sais. Alors nous serons seuls, nous quatre!
- Mais comment vous rendez-vous à Val-des-Bois?
- Mon oncle Rolland va nous emmener. Il va à son chalet pour la journée. Donc il nous laissera au Camp de l'Amitié, et il reviendra nous chercher en fin d'après-midi.
- Donc il n'y aura pas de surveillant?
- T'as tout compris, Denis, me lance Daniel de son petit sourire espiègle.
- Mes parents ne me laisseront jamais aller s'il n'y a pas d'adultes là-bas.
- Fais comme nous, tu n'as qu'à leur dire que le Père Fournier y sera. Même mon oncle Rolland m'a cru. Viens, ce sera le fun. On a du Coke, des chips, des Jos Louis. (Puis il ajoute à voix basse:) Et Jacques a volé des cigarettes de son père.
- Attendez-moi ici, je vais demander à ma mère.»
(Je reviens au bout de quelques minutes, penaud).
- Puis, Denis? Tu viens?
- Non Daniel, je n'ai pas le droit.
- Mais lui as-tu dit que le Père Fournier y sera?
- Oui. Et elle a appelé le Père Fournier pour vérifier. Donc non seulement je ne peux pas y aller, mais je suis en pénitence pour le restant de la semaine. Amusez-vous les gars.
- Gros bébé la-la, Gratton! Sa maman l'a puni!
- Byyyye Daniel. Salut les gars. On se revoit à l'école dans deux semaines.»
Je n'aurais pas dû demander la permission à ma mère. J'aurais dû simplement quitter avec mes amis en lui disant que j'allais jouer dehors. Elle ne m'aurait pas posé de question, je passais habituellement mes journées dehors pour ne revenir qu'à l'heure du souper. Elle ne se serait doutée de rien. Ma mère a raconté «l'incident» à mon père à son retour du travail. Il n'était pas fier de moi.
Ce soir-là, vers 20 h, le téléphone sonne. Mon père répond. «Denis, me dit-il en déposant le récepteur, c'est pour toi.»
C'était mon ami Jacques au bout du fil. Lui, Daniel et André étaient de retour de Val-des-Bois, croyais-je. Jacques m'a parlé deux minutes. Et je n'ai pas dit un mot durant ces deux minutes. J'ai écouté, puis j'ai raccroché. Et j'ai couru à ma chambre. Mon père est venu me voir.
«Ça va, Denis? T'as pas dit un mot au téléphone. C'était qui?
- Jacques.
- Que voulait-il?
- Lui, Daniel et André ont passé la journée au Camp de l'Amitié. Ils sont partis en chaloupe sur le lac. Et quand Daniel s'est levé pour faire une singerie, la chaloupe a chaviré. Jacques et André on réussi à nager jusqu'à la plage. Mais Daniel n'est pas très bon nageur. Et il ne portait pas de gilet de sauvetage.
- Et...?
- Il s'est noyé, Papa. Daniel est mort.»
Puis j'ai fondu en larmes dans les bras de mon père.
---
La semaine nationale de prévention de la noyade se déroule jusqu'au 26 juillet. Consultez le www.snpn.ca pour connaître les activités dans chaque région.